Michel Bourez

Michel Bourez est un surfeur professionnel français né le à Rurutu, en Polynésie française. Il participe à la plupart des compétitions sous la nationalité polynésienne[Note 1]. Il est par ailleurs pré-sélectionné avec l'équipe de France pour les Jeux olympiques de 2020 et dans cette optique se présente aux compétitions sous le drapeau français pour au moins deux saisons à partir de 2019[1].

Michel Bourez

Michel Bourez lors du Quiksilver Pro France 2013 à Hossegor (France)
Fiche d'identité
Date de naissance
Lieu de naissance Rurutu (Polynésie française)
Nationalité Française
Nationalité sportive Polynésienne (jusqu'en 2018)
Française (depuis 2019)
Résidence Toahotu (Polynésie française)
Taille 1,79 m (5 10)
Poids 80 kg (176 lb)
Surnom Spartan
Style Regular
Sponsors Hurley, Futures Fins, Kelly surfshop, Firewire surfboard, OAM accessories et Red Bull
Site officiel michelbourez.com
Carrière
Début en WQS 2005 (à 19 ans)
Début en WCT 2009 (à 23 ans)
Palmarès
CT QS Jun. Spé.
Victoires 3 3 - 1
Finales 1 1 - -
Titres - - - -

Biographie

Michel Bourez a commencé le surf en Polynésie française à l'âge de 13 ans. Il devient champion d'Europe en 2006.

Son plus grand exploit il le réalise le à Hossegor au Quiksilver Pro France il sort au 1er tour l'Hawaiien Andy Irons triple vainqueur de l'épreuve et surtout au 3e tour Kelly Slater. Il sera battu au tour suivant par le brésilien Raoni Monteiro[2]. Il récidive le à Hossegor au Quiksilver Pro France en tant que Wild card il sort au 2e tour l'Australien Joel Parkinson puis Bede Durbidge au 3e tour respectivement 4e et 3e au classement WCT 2008. Il sera battu en quart de finale par Damien Hobgood et termine ainsi 5e.

Vainqueur de la plus prestigieuse épreuve hawaïenne d’Haleiwa[3] dimanche , Michel a gagné son ticket pour l’ASP World Tour, le championnat du monde de surf. Michel rejoint ainsi les trois autres français: Jérémy Florès, Mikaël Picon et Tim Boal, dans le championnat du monde de surf, l’ASP World Tour (anciennement appelé circuit WCT).

Il obtient en 2014 son meilleur résultat sur le CT avec une cinquième place au classement général, deux victoires à Margaret River et Rio de Janeiro et une troisième place lors du Fiji Pro. Sa saison 2015 est marquée par une blessure lors d'une chute en free surf à Teahupoo le . Avec la main gauche et une vertèbre fracturées, il est contraint de déclarer forfait pour les compétitions à Rio et aux Fidji[4]. Il effectue son retour à la compétition lors du J-Bay Open en Afrique du Sud au mois de juillet.

Il devient Pipe Master en 2016 en remportant le Billabong Pipe Masters face à l'Américain Kanoa Igarashi et après avoir éliminé l'ultra favori John John Florence, déjà sacré champion du monde. Il rejoint ainsi Mark Richards, Gary Elkerton et Andy Irons dans le club très fermé des surfeurs ayant remporté chacune des étapes de la Triple Crown of Surfing[5].

Palmarès et résultats

Saison par saison

Classements

Année 200720082009201020112012201320142015201620172018
Championship Tour21e11e6e15e12e5e21e6e19e8e
Qualifying Series40e2e10e22e4e14e79e79e46e108e

Annexes

Notes

  1. En surf, les français nés en Polynésie française peuvent s'il le souhaitent participer aux épreuves avec la nationalité polynésienne. Il en va de même pour les surfeurs réunionnais ou guadeloupéens.

Références

Liens externes

  • Portail du surf
  • Portail de la Polynésie française
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.