Michel G. Bergeron

Michel G. Bergeron[1] (né le à Québec) est un médecin et infectiologue québécois.

Pour les articles homonymes, voir Michel Bergeron et Bergeron.
Michel G. Bergeron
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Biographie et carrière

Il est fondateur et directeur du Centre de recherches en infectiologie de l'Université Laval, l'un des plus importants au monde dans le domaine de l'étude des maladies infectieuses, regroupant quelque 250 personnes, dont des chercheurs de 19 pays[2].

Dans sa jeunesse, il fréquente l'Institut Saint-Joseph. Il fait son cours classique à l'Académie de Québec. Parallèlement, il suit une formation de trompettiste au Conservatoire de musique. Hésitant entre une carrière musicale et la médecine, il opte pour cette dernière en 1964[2]. Il étudie la médecine à l'Université Laval de 1964 à 1968[3]. Il obtient une maîtrise à l’Université Laval et se spécialise en médecine interne et en maladies infectieuses[4] à l'université McGill. Il effectue ses études post-doctorales au New England Medical Center de l'université Tufts et au Massachusetts Institute of Technology (MIT), à Boston[5], où il côtoie Salvador Luria.

Il est professeur titulaire à la faculté de médecine de l'Université Laval. Il est auteur ou coauteur de plus de 407 publications scientifiques, 45 chapitres de livres, de plus de 1 100 présentations et invitations à des symposiums et de 81 présences en tant que modérateur lors de symposiums[6]. Il détient également 25 brevets[6]. Jusqu'en 1985, il travaille sur les infections rénales et la pharmacologie des antibiotiques[2].

En 1974, il fonde le Centre de recherche en infectiologie (CRI) du CHUL[7]. Aujourd'hui, le CRI compte 21 chercheurs et cliniciens et jouit d'un financement de plusieurs dizaines de millions de dollars par année[7],[8].

Ses recherches récentes portent notamment sur la pathogénèse de la pneumonie à pneumocoque, sur l'immunociblage du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et sur le développement de tests à base d'ADN pour l'identification des pathogènes et de leurs gènes de résistance aux antibiotiques. Ces travaux combinent génomique, puces à ADN, microfluidique et nanotechnologie[5]. La recherche vise entre autres l'élaboration d'un programme de détection des acides nucléiques utilisant les propriétés des biocapteurs polymères cationiques pour détecter les acides nucléiques non étiquetés, contribuant à raccourcir le délai d’obtention des résultats[4]. L'un des objectifs est de mettre cette détection rapide à la portée du patient directement au cabinet du médecin. Avec son équipe, il développe un microbicide vaginal ayant pour but de prévenir la transmission du VIH et des autres maladies transmissibles sexuellement[5], en phase d'investigation clinique au Cameroun[2].

Ses recherches visant à l'amélioration des tests à base d'ADN l'ont mené à créer une compagnie nommée GenePOC Diagnostics Inc. Cette dernière, basée dans le parc technologique du Québec métropolitain développe une machine capable de diagnostiquer n'importe quelle infection connue en moins d'une heure[9]. Cette invention permettra d'effectuer un diagnostic directement dans les cliniques au lieu de devoir envoyer des échantillons d'ADN dans d'autres hôpitaux pour analyse, procédure pouvant durer plusieurs jours, ce qui fera gagner du temps aux patients. Ladite machine est facile d'utilisation, ne nécessitant qu'une préparation en quatre étapes ne durant que trois minutes au total[9]. La rapidité et la précision du processus permettront de traiter un patient avec le médicament approprié et dans un temps record, évitant la possible dégradation de sa santé[9].

Distinctions

Notes et références

  1. Michel G. Bergeron, médecin et infectiologue, ne doit pas être confondu avec Michel Bergeron, médecin et néphrologue.
  2. Prix Wilder-Penfield - Notice biographique de Michel G. Bergeron
  3. « Formation académique », CRI
  4. Génome Québec - Répertoire des chercheurs
  5. Centre de recherches en infectiologie - Chercheurs
  6. http://www.cri.ulaval.ca/chercheurs/michel-g-bergeron/
  7. http://www.cri.ulaval.ca/le-centre/une-vision/
  8. http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201405/26/01-4770083-nouveau-centre-de-recherche-au-chul-un-potentiel-enorme.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_sante_585_section_POS2
  9. Site web de GenePOC Diagnostics
  10. Prix de l'œuvre scientifique, sur le site de l'Association des médecins de langue française du Canada
  11. Marianne White, « Michel G. Bergeron - Détecter pour mieux guérir », Le Soleil, Québec, 8 avril 2007, page 21
  12. « Michel G. Bergeron », sur le site de l'Ordre national du Québec
  13. La médaille de service, sur le site de l'Association médicale canadienne
  14. « Michel G. Bergeron, C.M., O.Q. », sur le site du gouverneur général du Canada
  15. « Canadian Innovation Awards | Manning Awards », sur www.manningawards.ca (consulté le 26 novembre 2017)
  16. « Dr Michel G. Bergeron | TRMC », sur www.cdnmedhall.org (consulté le 26 novembre 2017)
  • Portail de la Capitale-Nationale
  • Portail de la médecine
  • Portail du Québec
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.