Miranda de Ebro

Miranda de Ebro est une commune espagnole de la communauté autonome de Castille-et-León, située dans la province de Burgos.

Pour les articles homonymes, voir Miranda et Ebro (homonymie).

Miranda de Ebro

Héraldique

Drapeau
Administration
Pays Espagne
Communauté autonome  Castille-et-León
Province  Province de Burgos
Comarque Ebro
Maire
Mandat
Fernando Campo Crespo (PSOE)
2007-2011
Code postal 09200
Démographie
Gentilé mirandés / mirandesa
Population 35 522 hab. ()
Densité 350 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 40′ 48″ nord, 2° 55′ 48″ ouest
Altitude 471 m
Superficie 10 139 ha = 101,39 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Miranda de Ebro
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Miranda de Ebro
Liens
Site web www.mirandadeebro.es
    Carillon de l'hôtel de ville de Miranda de Ebro, Espagne.

    Géographie

    Miranda de Ebro est située au nord-est de la province de Burgos, à 80 km de la ville de Burgos. Son territoire municipal s'étend sur 101,33 km2 et est limitrophe de l'Alava à l'est et de La Rioja au sud.

    Histoire

    Depuis ses origines, l’histoire de Miranda apparaît déterminée par son exceptionnelle position géographique.

    À cheval entre la Rioja, le Pays basque et la Castille, elle a été à travers les siècles, une pièce stratégique et commerciale de premier ordre. Ses importantes voies de communication furent à l’origine du développement de la ville, transformant une économie agricole et d’élevage ovin en une économie industrielle et tertiaire.

    Miranda doit son statut de ville à Alphonse VI en 1099.

    Au XIIIe siècle, le roi Alphonse X instaura la célèbre foire annuelle de Miranda.

    Le XVIe siècle est celui de la splendeur artistique de la ville, avec d’importantes sculptures romanes.

    Au milieu du XIIIe siècle, la ville s’émancipe avec l’installation de certains sculpteurs artisans, fabriques de cuir et moulins communaux.

    En 1795, la contre-offensive des troupes de la Révolution française les porte jusque sur la ligne de l’Èbre. Les Français ne réussissent pas à traverser cette frontière naturelle et signent le traité de Bâle.

    La conjonction des lignes de chemin de fer Madrid-Irun et Tudela-Bilbao, au XIXe siècle, allait être propice à la plus grande transformation de Miranda de Ebro avec l’installation d’usines et la diversification de ses commerces et de ses services.

    Le camp de Miranda

    Le camp de concentration de Miranda a été ouvert dès juillet 1937 par le gouvernement du général Franco (comment Franco peut-il gouverner en 1937 alors que la guerre n'est pas finie et Negrin est toujours président ?) pour y interner les Républicains espagnols et les membres des Brigades internationales capturés à la fin de la guerre civile espagnole.

    En 1940, il devient officiellement un "deposito de concentracion", c'est-à-dire l'équivalent d'un camp de concentration. Il a fonctionné jusqu'en . En 1960, sa destruction fut demandée par les autorités franquistes.

    À l'époque du régime de Vichy en France, les évadés de France occupée, qui franchissaient les Pyrénées et étaient faits prisonniers par la garde civile espagnole, étaient très souvent conduits au camp de Miranda, après internement dans des prisons régionales ou des balnearios (prisons improvisées dans les stations thermales des Pyrénées).

    Les archives du camp attestent de l'internement de 7 500 individus provenant de 57 nationalités différentes. En , 4 000 hommes (dont 3 000 Français) étaient internés dans ce camp prévu initialement pour 1 500 détenus.

    Les conditions de vie y étaient particulièrement pénibles : hygiène déplorable, soins médicaux inexistants ou défaillants, couchage déficient, alimentation lamentable et entretien insuffisant.

    La brutalité des gardiens pour qui tout interné était un rojo (un rouge, donc un communiste) marqua les esprits de même que la discipline absurde du camp.

    Les anciens internés du camp de Miranda relatent souvent l'anecdote des latrines du camp : 36 WC à la turque pour 4 000 internés ... Les évasions furent très rares. Le Castillan Carmelo Martinez Regules, détenu pour espionnage, put s'échapper et retourner en France (où il était étudiant) avec un autre interné, en 1941.

    Plus de 90 % des évadés de France, de fin 1940 au débarquement de Normandie, ont traversé la frontière espagnole : au total 35 000 évadés sur 100 000 tentatives. Les évadés capturés « mobilisables » – de 20 à 40 ans – sont détenus entre un an et dix-huit mois en prison et/ou au camp de Miranda de Ebro, puis acheminés, dans un premier temps sur le Portugal, ensuite sur Casablanca au Maroc.

    Jumelages

    Personnalités liées

    Notes et références

      Voir aussi

      Bibliographie

      • Pyrénées, l'échappée vers la liberté, Sébastien Barrere, Éditions Cairn, 2005 (ISBN 2-35068-027-4).

      Lien externe

      • Portail de Castille-et-León
      Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.