Mohammed El Mokri

Mohammed El-Mokri, Mokri, Makri ou Maqri (1852 à Oujda ; à Rabat), Grand Vizir du Maroc sous protectorat français (1911-1955).

Mohamed El Mokri

Mohammed El Mokri
Fonctions
Grand vizir du Maroc
Monarque Moulay Abdelhafid
Moulay Youssef
Sidi Mohammed
Prédécesseur Madani el-Glaoui
Successeur Fatmi Benslimane
(Grand Vizir du Maroc)
Ministre des Finances
Monarque Moulay Abdelhafid
Biographie
Date de naissance 1844 ou 1851
Lieu de naissance Oujda (Maroc)
Date de décès
Lieu de décès Rabat (Maroc)
Chefs du gouvernement marocain

Biographie

Mohammed El-Mokri, fils de Abdeslam El-Mokri, issu d'une famille de réfugiés algériens ayant fui le colonialisme français et qui s'est installée à Oujda, fut le secrétaire particulier des sultans Mohammed IV et Hassan Ier. En 1869 il représenta le sultan du Maroc lors de l'ouverture du canal de Suez. En 1906, le sultan Abdelaziz envoya Mohammed El Mokri comme représentant à la conférence d'Algésiras. La délégation plénipotentiaire était menée par Mohammed el Torrès, mais c'est El Mokri qui prit la part la plus active dans les négociations.

En 1908, le nouveau sultan Moulay Hafid le nomma ministre des Finances, puis en 1911, l'éleva au rang de Grand vizir.

En 1912, le sultan Moulay Hafid se heurta frontalement avec la puissance française, il signa bien malgré lui, l'acte du Protectorat du Traité de Fès et préféra démissionner aussitôt, en prétextant, en accord avec les autorités françaises, des problèmes de santé. La question de la succession de Moulay Hafid fut confié à son frère, Moulay Youssef qui lui succèda. Un choix qui eut l'agrément du général Lyautey. Le lendemain de l'embarquement de Moulay Hafid pour la France, le grand vizir Mohammed El Mokri réunit au Dar Makhzen de Rabat, le , tous les membres du Makhzen pour leur faire communication de l'acte d'abdication de Moulay Hafid. L'assemblée des Makhzen avalisa la désignation de Moulay Youssef comme Sultan. Alors fut envoyé partout l'ordre de proclamer la nouvelle et d'envoyer l'acte d'hommage.

Durant le protectorat français au Maroc, Mohammed El Mokri entretenait d'étroites relations sociales et politiques avec les Khalifas du Maroc espagnol.

En 1951, Mohammed El Mokri fut invité à participer au gouvernement de Mohammed V. En 1953, la France déposa le sultan Mohammed V et plaça à la tête du protectorat marocain Mohammed ben Arafa. Ce dernier fit arrêter El Mokri, mais, face à l'impopularité de Ben Arafa, les autorités françaises renoncèrent bientôt à maintenir ce dernier au pouvoir. En 1955, Gilbert Grandval, qui venait d'être nommé résident général au Maroc, décida de rencontrer le grand vizir Mohammed El Mokri. Ce dernier, juste libéré des geôles marocaines, s'envola pour la France où il rencontra, à Vichy, Gilbert Grandval. El Mokri fit comprendre à Grandval que Ben Arafa était prêt à partir face à l'agitation populaire qui s'étendait à travers le protectorat marocain. La question du trône fut posée. Les discussions permirent d'envisager le retour triomphal de Mohammed V le . La même année, Mohammed El Mokri se retira de la vie politique. Il mourut deux ans plus tard, le à Rabat.

Bibliographie

  • Moumen Diouri, Réquisitoire contre un despote, éditions Albatros, 1972.
  • Moumen Diouri, Réalités marocaines, éditions L’Harmattan, 1988.

Liens externes

  • Portail du Maroc
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.