Monument national de la Kasbah

Le Monument national de la Kasbah (arabe المعلم الوطني بساحة القصبة), plus simplement appelé Monument national, est un monument commémoratif et symbole de nombreux événements en Tunisie. Il est situé au centre de la place de la Kasbah à Tunis, en face de l'hôtel de ville.

Monument national de la Kasbah
Abdelfattah Boussetta posant devant le Monument national de la Kasbah en 1989.
Présentation
Type
Créateur
Matériau
Construction
Hauteur
22 m
Localisation
Adresse
Coordonnées
36° 47′ 52″ N, 10° 10′ 00″ E

Le monument est conçu et réalisé en 1989 par le sculpteur tunisien Abdelfattah Boussetta[1].

Localisation

Il se trouve au centre de la place de la Kasbah, dans le quartier de la kasbah de Tunis.

Histoire

En 1988, l'État tunisien propose la construction d'un monument symbolique sur la rue principale de Tunis (avenue Habib-Bourguiba) pour occuper la place du 7-Novembre (rebaptisée ainsi après le coup d'État du 7 novembre 1987), là où se trouvait la statue équestre de l'ancien président Habib Bourguiba. Cependant, le projet est annulé et il est décidé d'y placer une horloge, baptisée « réveille-matin »[1].

Plus tard, l'État décide de créer un monument commémoratif pour le pays sur la place de la Kasbah, en raison de la valeur et de l'histoire de ce lieu, mais aussi en raison de la grande surface disponible qui permet d'y aménager un vaste édifice. Dès lors, un concours est organisé par l'État via le ministère de la Culture, et une commission dirigée par Zoubeir Turki est chargée de choisir le meilleur projet parmi douze propositions[1].

Abdelfattah Boussetta sous le Monument national de la Kasbah en 1989.

Au début de l'année 1989, la commission annonce que le sculpteur Abdelfattah Boussetta a remporté le premier prix du concours[1], l'artiste affirmant qu'il était sûr de gagner le concours après s'être longtemps isolé dans sa maison de Ksar Hellal pour effectuer ses recherches aboutissant à son projet final[1]. Il indique par ailleurs ne pas accepter la monotonie ou la symétrie et, tout au long des étapes du projet, s'être libéré des limites de la sculpture classique, ce qui a conduit à une structure sculpturale libre[2].

L'artiste décrit le monument comme un monument national et une base pour le drapeau national[1], mais aussi comme un ajout au mouvement architectural islamique (arabe الحركة الهندسية الإسلامية) dont la place de la Kasbah est un témoin de longue date[2]. Sur une base principale, qui est agrémentée de croissants faisant le lien avec les piliers de l'islam[1], une seconde base heptagonale soulève des « tours inclinées » (arabe الأبراج), qui représentent le mouvement de départ et la liberté ; celles-ci se combinent et se rencontrent au sommet pour protéger le « dôme de l'islam » (arabe قبة الاسلام "الكوكبة"), symbolisant les valeurs islamiques, avant que les colonnes ne s'étendent à l'infini pour exprimer l'avenir et la continuité[1]. Enfin, la « plante planétaire » (arabe النبتة الكوكبية) comme l'appelait l'artiste, est une sculpture en bronze située sous le centre du monument. Issue du cœur du sol tunisien, elle insuffle l'ambition et l'espoir[2],[1].

Le monument est inauguré fin 1989[2].

Description

Le monument est posé sur un socle octogonal entouré de dix drapeaux, tandis qu'un onzième est hissé sur le monument. Le socle est entrecoupé d'une base pentagonale intermédiaire composée de cinq croissants et chacun est orné de versets du Coran en bronze. L'édifice lui-même est constitué de sept tours en béton revêtues de marbre qui sont posées sur une deuxième base heptagonale et convergent vers le sommet culminant à 22 mètres[1].

Des bas-reliefs en bronze contrastent avec la couleur blanchâtre de l'ouvrage. Ainsi, chacune des tours est ornée d'inscriptions calligraphiques en arabe, suivies de colombes stylisées qui s'envolent vers un dôme en bronze posé sur la couronne et relié au drapeau tunisien[1]. Sous celui-ci se trouve la « plante planétaire » qui constitue le cœur du monument[2].

Représentation

Il figure en image de fond sur les cartes d'identité tunisiennes.

Références

  1. (ar) Mohamed Matri Smida, « Rencontre avec le sculpteur du monument de la Kasbah », Al Chourouk, , p. 21.
  2. (ar) Mohamed Al Mahjoub, « Le sculpteur Abdelfattah Boussetta par Al Horria : derrière chaque sculpture géante, un artiste distingué », Al Horria, , p. 17.

Bibliographie

  • (ar) « Toutes les informations sur le monument de la Kasbah », Al Akhbar, , p. 11.

Voir aussi

  • Portail de Tunis
  • Portail de la sculpture
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.