Moratalla

Moratalla est une municipalité dans la province de Murcie, Espagne. Elle a une superficie de 961 km2 et une population d'environ 8 475 habitants (2005).

Pour les articles homonymes, voir José Moratalla.

Moratalla

Héraldique
Administration
Pays Espagne
Communauté autonome Murcie
Province Murcie
Comarque Noroeste
Maire
Mandat
Juan Llorente Martínez (PSRM-PSOE)
2007-
Code postal 30440
Démographie
Gentilé Moratallero, ra
Population 7 839 hab. ()
Densité 8,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 38° 11′ 11″ nord, 1° 53′ 26″ ouest
Altitude 681 m
Superficie 96 100 ha = 961 km2
Distance de Madrid 83 km de Murcie; 391 km de Madrid km
Divers
Saint patron Jésus Aparecido
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Moratalla
Géolocalisation sur la carte : Espagne
Moratalla
Liens
Site web ayuntamientomoratalla.net

    La municipalité est située dans un secteur montagneux (Revolcadores, 2 001 m ; Villafuerte, 1 750 m ; Buitre, 1 400 m), et elle est croisée par les fleuves Benamor et Alhárabe (affluents de la Segura).

    Son nom vie du nom latin que portait la ville sous l'époque romaine, à savoir Murata tallea

    La municipalité est jumelée avec Saint Jean de Serres (France).

    Géographie

    La ville de Moratalla couvre une superficie de 954,82 km2, est la 202e plus grande municipalité d'Espagne et la troisième dans la région de Murcie, derrière Lorca et Jumilla . elle fait partie de la "comarca del noroeste" et le centre ville est située sur l'une des pentes de la colline de San Jorge et encadré par le mont Buitre (1 427 m ) et le double pic du Fraile"" (1 372 m). Moratalla, a une altitude moyenne de 681 mètres au-dessus du niveau de la mer, bien qu'il existe des quartiers comme le Calar de la Santa situé à 1 250 mètres d'altitude.

    Vers Calasparra et Segura se trouve un jardin et de la culture des céréales et du riz; vers Grenade, le sol essentiellement montagneux (Revolcadores, les peaux, 1 880 m; Villafuerte, 1 750 m).

    Il s'agit de la zone la plus montagneuse de Murcie, avec plus de 20 sommets de plus de 1 400 m. Le plus important d'entre eux est le Pico de Revolcadores avec 2 027 m de hauteur est souvent considéré comme le plus élevé dans la région (selon d'autres sources, Revolcadores mesurées au sommet culmine à 2 001 m et los obispos, avec 2 015 m).

    La rivière Alharabe prend source sur la commune de Moratalla ainsi que son affluent, le Benamor, qui conflue dans le Segura.

    Il convient de mentionner l'existence de bains thermaux situées dans la zone connue Somogil où l'eau coule à 24 °C. Situé dans le Barranco de Hondares, affluent de l'Alharabe.

    Localités voisines

    Moratalla est à l'extrémité ouest de la région de Murcie bornée au nord et à l'ouest par la province d'Albacete, à savoir les municipalités de Socovos, Hellin, Letur et Nerpio. À l'Est, les communes limitrophes sont Calasparra ; au sud, Cehegín et Caravaca de la Cruz et le sud-ouest par la province de Grenade, avec la ville de Puebla de Don Fadrique.

    Lieux

    La municipalité est divisée en quartiers, qui formaient les différents villages distants de plusieurs kilomètres loin entre. Par nombre d'habitants on compte notamment:

    • Benizar (La Tercia, Mazuza, Otos et d'autres localités, 952 hab.)
    • San Bartolomé ( La Sabinar, Calar de Santa et autres:. 619 hab)
    • Campo de San Juan (San Juan Casicas, Zaen de Arriba, Zaen de Abajo, Maisons Aledo, La Ribera et autres: 284. pop)
    • Cañada de la Cruz (avec les peaux: 205 hab.)
    • Chêne (147. Pop) Arenal (121 hab.); Béjar (55 habs.); Inazares (40 habs.); Cobatillas (19 habs.); fleuve Segura (24 habs.), La Rogations (14 habs.).

    5945 personnes vivent dans la ville même.

    Distance par rapport aux hameaux appartenant à la ville

    Distance en kilomètres
    hameauKilomètres (aprox)
    Benizar32
    Calar de la Santa32
    Campo de Béjar14
    Campo de San Juan21
    Cañada de la Cruz57
    El Sabinar28
    Inazares55
    La Rogativa45
    Mazuza40
    Casa Requena42
    Otos37

    Histoire

    Préhistoire

    Il y avait une présence importante de groupes d'hommes préhistoriques sur la commune, comme en témoigne l'art rupestre qui bien conservés qui se trouvent dans les grottes de la commune, ce qui correspond à plus de cinquante pour cent des peintures rupestres de la région de Murcie. L'ajout en 2004 d'un nouveau site, œuvre de l’archéologue Javier Ros, dans la zone del Molino de Capel une fois de plus, montre l'importance de ces lieux à ces expressions humaines sectaires. Tous ces échantillons relèvent de l'art du Levantin (il y a 10 000 ans).

    Des centaines d'images peintes forment un patrimoine absolument remarquable et précieux de l'intelligence humaine, tandis que ces magnifiques "musées en plein air" font donc, depuis 1998 partie du patrimoine mondial de l'humanité.

    En 2007, il a été ouvert un Centre régional de l'interprétation de l'art rupestre "Maison du Christ" (Casa de Cristo). L'objectif principal de ce nouvel espace, situé à six kilomètres de la ville de Moratalla est de préserver, diffuser et promouvoir la mise en valeur de l'art Rupestre de la Région de Murcie.

    Il y a aussi des tombes murs argarique et chalcolithique sur la colline des Vipers (env. 3 000 av.). À Los Molinicos a été trouvé un village ibérique du IVe siècle. C. ).

    Moyen Âge

    Moratalla était une seigneurie et une des principales commanderies de l'ordre de Santiago dès le XIIIe siècle[1],[2].

    Le château de Moratalla

    Histoire contemporaine

    À partir du milieu du XVIIIe siècle, la vie des paysans est très difficile. Essentiellement à cause des épidémies récurrentes et les crises agricoles, des disettes, des phénomènes sociaux tels que le banditisme et l'anarchie, et le manque d’industrialisation. Dans le milieu du XXe siècle il n’y avait guère d’industries, et Moratalla se retrouvait essentiellement isolé du fait du manque de communication et de routes commerciales.

    Dans l'histoire récente de la ville, les faits les plus pertinents ont été la construction de l’autoroute du No1uest, ce qui a mis fin à l’isolement de la ville. Autre évènement marquant, le grand incendie de 1994 , qui a brûlé plus de 30 000 hectares. En 1994, la Sierra de la Muela brûla dans sa quasi-totalité, toute la Sierra del Cerezo et les monts situés entre celle-ci et le sanctuaire de Notre Dame de l’Espérance (Nuestra Señora de la Esperanza ) situé sur la commune de Calasparra, sur une rive du fleuve Segura. En 2005, les observations ont montré que certains pins ont repoussé, surtout dans les lieux ombragés, généralement avec des hauteurs ne dépassant pas m. Seule la Forêt Galería aux abords de la rivière Segura (bosque galería) a été entièrement replanté. et a seulement été entièrement rénové la forêt galerie sur les rives du fleuve Segura. Dans la zone de Las Murtas, on a replanté des cèdres d’Espagne.

    Démographie

    La population historique de Moratalla, depuis 1900, est atteinte en 1940. Dans les années 1960, une crise se produit, avec des pertes de population (-24 % en 10 ans, -35 % en 20 ans) qui émigre surtout en France et en Communauté Valencienne (essentiellement dans la commune d’Alicante). Dans les années 1980, il y a une stabilisation de la population qui se trouve confirmée dans les années 1990, aux alentours de 8 500 habitants. D’après l’INE, en 2010, il y avait 4 313 hommes et 4 131 femmes.

    Évolution démographique
    1900191019201930194019501960197019811991200120052008200920102011
    12 68913 50013 41213 69214 53614 11714 02910 5499 0838 6258 4368 4738 4248 4558 4448 382

    Liste des Maires

    Liste des maires
    MandatMaireParti
    1979-1983Antonio García AriasPSOE (Minorité)
    1983-1987Antonio García AriasPSOE (Majorité)
    1987-1990Antonio García AriasPSOE (Majorité)
    1990-1991Antonio Navarro GarcíaPSOE (Majorité)
    1991-1995Antonio Navarro GarcíaPSOE (Majorité)
    1995-1999Antonio Navarro GarcíaPSOE (Minorité )
    1999-2000Antonio García AriasPSOE (Majorité)
    2000-2001Jesús Molina GarcíaIU (coalition avec le PP)
    2002-2003Antonio García RodríguezPP
    2003-2007Antonio García RodríguezPP (Minorité)
    2007-2011Juan Llorente MartínezPSOE (Minorité)
    2011-2015Antonio García RodríguezPP (Majorité)

    Économie et services

    Les ressources principales de la commune proviennent de l’agriculture (abricots, olives (huiles d’olives), amendes, pêches, plantes aromatiques …), les fruits en conserves. L’industrie de transformation du bois et le tourisme rural sont aussi très importants. La commune fait également partie de l'air d'appellation «  Calasparra  (es) » [3],[4] pour sa production de riz, notamment le bomba.

    Vue sur les champs céréaliers de San Juan

    Écologie

    Moratalla contient plusieurs espaces naturels protégés notamment par la LIC (Lugar de importancia comunitaria) et ZEPA ( Zona de especial protección para las aves).

    Il y a également la réserve naturelle de Sotos y bosque de la ribera Cañaverosa. La réserve naturelle de Moratalla préserve des espèces comme le bouquetin ibérique.

    Culture

    La municipalité a une bibliothèque qui contient environ 20 000 ouvrages, avec une section importante sur la littérature pour enfants. Le théâtre (Trieta) fait également office de cinéma et accueille des expositions temporaires, publiques et privées. Dans ce théâtre ont souvent lieu des spectacles organisés par le groupe municipal La Cortijá, dont le but principal est de recueillir des fonds pour l' Association espagnole contre le cancer. Les festivités traditionnelles sont Las fogatas de San Anton (janvier), la bénédictions des blés (Bendicion de los trigos) en avril, le pèlerinage de La Rogativa ( La romeria de La Rogativa) en mai, le jour de Jésus Christ en juin, la Saint-Barthélemy en août, les feux de joie appelés ‘’ Castillos de la Purisima’’ en décembre et la Sainte Barbara en décembre.

    Semaine sainte de Moratalla

    Tambourineurs à Moratalla

    Bien que pendant la Semaine sainte (semaine de Pâques), on organise à Moratalla les traditionnelles processions, la tradition la plus caractéristique de la ville sont, sans aucun doute, les tamboradas (concentration importante de tambourineurs), le jeudi saint, vendredi saint et le dimanche de la résurrection. Les ‘’tamboradas’’ est une tradition antique, où les tambours servent à rappeler les tremblements de terre qu’il y aurait eu lors de la crucifixion de Jésus Christ. On ne sait pas exactement l’ancienneté de cette tradition, plusieurs hypothèses sont émises, mais la plus plausible est celle qui présente cette tradition des ‘’tamboradas’’ comme un héritage des Franciscains durant le XVIe siècle.

    Il y a plusieurs localités qui partagent cette tradition si enracinée dans le peuple, comme Moratalla, diverses communes pratiquent cette tradition des ‘’tamboradas’’ comme Mula , Baena , Calanda , Hellin ou Tobarra. Cependant, la célébration se singularise à Moratallera parce que les tambourineurs portent dans cette ville des tuniques faites traditionnellement avec des dessins qui sont toutes uniques et colorées, comme les Nazaréens, avec le visage couvert d’une toque. Les tambours sont également faits traditionnellement dans la ville.

    Le plus grand afflux de joueurs de tambour se produit aux alentours de midi et dans l’après-midi, en se concentrant sur la zone connue sous le nom de la ‘’Farola y Plaza Tamallo’’.

    La tunique

    Les robes sont, sans doute, la particularité de la semaine sainte de Moratalla de par leurs singularités. Leurs motifs sont totalement différents les uns des autres.

    Les journées nationales

    Avec son caractère annuel, et ce, depuis 1984, toutes les municipalités qui ont cette tradition de ‘’tamboradas’’ célèbrent chaque année les Journées Nationales du tambour ‘’Jornadas nacionales de Exaltacion del tambor y el Bombo’’, plus couramment appelées les ‘’Jornadas’’. Moratalla a accueilli à deux reprises, soit en 1987 et 1997, la IIIe et la XIIe Conférence Nationale, après avoir été démissionné en 2008 en tant que ville qui accueillera la XVIIIe édition de cet événement de grande ferveur populaire, en particulier le et les 1er et , Moratalla vibrera au rythme du jeu et de battre des milliers de batteurs qui voyagent avec leurs tambours vêtements disparates.

    Fêtes en l’honneur du Saint Christ del Rayo

    Le jour du ‘’ Cristo del Rayo ‘’ qui a lieu le , mais les festivités en son honneur appelé populairement ‘’Fiestas de la vaca ‘’ (Fête de la vache) se tiennent pendant la semaine du 11 au , elles commencent lorsque la cloche sonne, à l’aube du . En outre, durant les festivités, différents événements se produisent, parmi lesquels :

    • ‘’ Encierros de toros ‘’ (Course de taureaux) dans les rues de la ville
    • Élection de Miss Moratalla et ses dauphines,
    • Concours littéraire ‘’Albaricoque de Oro’’
    • Feux d'artifice,
    • Bals dansants

    Feria de San Miguel

    La feria de San Miguel coïncide avec la Saint Miguel (), San Miguel étant le saint patron de la ville. Chaque année, la municipalité organise un marché médiéval dans les rues principales de la ville.

    Moratalleros célèbres

    • Ramón Barba, sculpteur, *1767-†1831.
    • Pedro María López y Martínez, *1861, professeur à l’université en Philosophie, auteur de Apuntes para unos prolegómenos a la Metafísica.
    • José Antonio Lozano Teruel, *1939, biologiste et biochimiste
    • Manuel López Azorín, *1946, poète
    • Pascual García, *1962, poète et écrivain
    • Juan Martínez Navarro "El Petra", activiste démocrate, fondateur du P.S.O.E. à Moratalla. *1920-†2005.
    • Jesús Martínez García ("Jesús Castaño"). Moratalla (1902)-Mallorca (1974). Poète signant ses poèmes sous le pseudonyme de Elías Los Arcos.
    • Esteban Navarro (né en 1965), écrivain espagnol y est né.

    Bibliographie

    • ALONSO TEJADA, A. (1992): "Algunos comentarios sobre las pinturas rupestres de Moratalla (Murcia)", Ars Praehistorica, t. VII-VIII (1988-1989), Sabadell (Barcelona), p. 157-165.
    • ALONSO TEJADA, A. y GRIMAL, A. (1996): El arte rupestre prehistórico de la cuenca del rio Taibilla (Albacete y Murcia): Nuevos planteamientos para el estudio del Arte levantino, 2 vols, Barcelona.
    • ALONSO TEJADA, A. y GRIMAL, A. (2006): "El arte rupestre prehistórico del Noroeste y del Altiplano de la Región de Murcia: Datos para un balance", XVIII Jornadas de Patrimonio Histórico, Comunidad Autónoma de la Región de Murcia (ISBN 84-7564-349-3), p. 53-78.
    • GARCÍA GARCÍA, M. Quinientos años de devoción a Jesucristo Aparecido. Ayuntamiento de Moratalla, 1993.
    • GARCÍA GARCÍA, M. Moratalla a través de los tiempos. Ayuntamiento de Moratalla, 2003
    • GARCÍA GARCÍA, M. Ermitas y Cofradías. Asoc. Cultural Ntro. Padre Jesús Nazareno. 2003
    • LILLO CARPIO, P. El poblado ibérico fortificado de Los Molinicos, Moratalla (Murcia). Colec. docs. serie Arqueología, núm. 3. Edit. Regional, Murcia, 1993.
    • LILLO CARPIO, P.(1979): "Las figuras rupestres de la Risca", Murcia, 15, 3 pp.
    • LILLO CARPIO, P.(1993): Poblado ibérico fortificado de Los Molinicos, Moratalla, Murcia, Editora Regional.
    • MATEO SAURA, M.A. La pintura rupestre en Moratalla (Murcia). Ayuntamiento de Moratalla, Murcia. Editoria Regional.
    • RODRÍGUEZ LLOPIS, M. Documentos para Historia Medieval de Moratalla. Nº 98. Academia Alfonso X El Sabio. Murcia, 1988.
    • RUBIO HEREDIA, A. Cosas de Moratalla. Imprenta Moderna, Moratalla, 1915.
    • SÁNCHEZ MARTÍNEZ, J.J. El Castillo-Fortaleza. Tertulia cultural. Cuaderno nº 6. Moratalla, 1993
    • VV.AA. Ciclo de temas históricos para escolares Villa de Moratalla. CAAM, Alcoy, 1978.
    • VV.AA. Murcia Recupera: Moratalla... Fundación Centro de Estudios Históricos e Investigaciones Locales de la Región de Murcia. Murcia, 1999.

    Galerie

    Jumelages

    Moratalla est jumelée avec

    Articles connexes

    Liens externes

    Site officiel de la Mairie de Moratalla

    Notes et références

    1. Philippe Josserand, Église et pouvoir dans la péninsule ibérique : les ordres militaires dans le royaume de Castille, 1252-1369, Casa de Velázquez, , 912 p. (ISBN 978-8-4909-6119-3, présentation en ligne), p. 279 (note 283)
    2. (es) Ángel Luis Molina Molina, « Evolución urbana de Moratalla (edad Media-1850) », dans La recuperación de los núcleos urbanos y su entorno: aportaciones para su estudio histórico-geográfico, Editum, (présentation en ligne), p. 7
    3. RÈGLEMENT (CE) N° 1107/96 DE LA COMMISSION du 12 juin 1996 relatif à l'enregistrement des indications géographiques et des appellations d'origine...
    4. (es) Denominación de Origen Protegida "Calasparra" sur le site du Ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et de l'Environnement (Espagne)
    • Portail de la Région de Murcie
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.