Mouvement des pionniers

Le Mouvement des pionniers était une organisation de jeunesse, d'inspiration scoute, réunissant les jeunes communistes (pionniers) dans l'URSS, les pays du bloc de l'Est et certains autres pays.

Mouvement des pionniers
Histoire
Fondation
Cadre
Type
En URSS, des petits octobristes deviennent pionniers et saluent le fanion au musée Lénine (1981).

Bloc soviétique

URSS

En URSS, tous les jeunes de 10 à 14 ans devaient obligatoirement faire partie de l'organisation des pionniers et porter un foulard rouge sur le cou lorsqu'ils étaient à l'école. Faire partie des pionniers était considéré comme une étape préparatoire au komsomol, organisation des jeunes communistes de 14 à 29 ans.

Le mouvement était étroitement lié au monde scolaire, et avait des visées ouvertement idéologiques, mais aussi sportives ou culturelles. Par petits groupes d'une dizaine de jeunes, les pionniers étaient réunis à un premier échelon en un maillon (звено), puis les maillons étaient regroupés dans un détachement (отряд) d'une trentaine de pionniers. L'ensemble des détachements d'une école formaient une troupe (дружина), dirigée par un moniteur membre du komsomol local[1]. Dans les villes, des palais des pionniers accueillent les activités, et des camps de pionniers accueillent à la campagne et autour des villes les pionniers pendant les vacances.

Le mouvement des pionniers compte 4 000 adhérents en URSS en 1922, 170 000 en 1924, et jusqu'à 1 110 000 en 1939[2].

Roumanie

La Roumanie socialiste disposait d'une organisation équivalente, lOrganizația Pionierilor, chaque membre étant un pionier (en roumain), avec différents grades comme celui de pionier de frunte (pionnier de première ligne). L'adhésion était obligatoire, le système était étroitement lié au cycle scolaire, et les nouveaux membres prêtaient serment. Les membres avaient de 8 à 14 ans[3].

Ailleurs

On trouve aussi des pionniers dans le Burkina Faso de Thomas Sankara[4].

Galerie


Notes et références

  1. André Adler, Le mouvement des Pionniers en URSS. Ses rapports avec l'école. In : Enfance., t. 2 n° 3, (lire en ligne), p. 266-270.
  2. Alessandro Stanziani, « Dorena Caroli, Ideali, ideologie et modelli formativi », Cahiers du monde russe. Russie - Empire russe - Union soviétique et États indépendants, vol. 47, nos 47/4, , p. 842–844 (ISSN 1252-6576, lire en ligne, consulté le 22 mai 2018)
  3. (ro) http://www.liis.ro/~bc/pagini/concursuri/web-design/9C_6/pionierii.htm
  4. Bruno Jaffré, « Mahoud un ancien pionnier », sur www.thomassankara.net, (consulté le 7 mai 2016)

Voir aussi

  • Portail de l’URSS
  • Portail de la Roumanie
  • Portail de la politique
  • Portail du communisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.