Navigation par alignements

La navigation par alignements est une technique de navigation maritime qui utilise le fait que lorsque l'observateur voit deux amers et se situe sur la demi-droite qui les joint, les deux amers lui apparaissent superposés ("alignés"). L'alignement est nommé en assemblant les noms des deux amers, le plus lointain en premier. Les alignements "A/B" (A par B) et "B/A" (B par A) sont à 180° l'un de l'autre. Si "A" est plus près de vous que "B", vous êtes sur l'alignement "B/A".

Cette propriété peut permettre :

  • d'estimer la position du navire en notant l'instant où le navire passe sur l'alignement de deux amers (le navire se trouve à cet instant sur le prolongement de la demi-droite qui joint les deux amers)
  • de naviguer en sécurité en gardant le navire sur l'alignement (alignement de route)
  • de rester à l'écart d'une zone dangereuse en évitant de croiser l'alignement (alignement de sécurité).
  • de mesurer la variation magnétique (W) à ce cap par comparaison des relèvements compas et vrai de l'alignement.

Mise en œuvre

Alignement type
Alignements de chenal d'entrée
Alignement de marques à terre
L'observateur se trouve légèrement sur la gauche de l'alignement

La technique consiste à trouver sur la carte marine deux amers fixes (les amers flottants ne sont jamais utilisés comme alignement) dont l'alignement passe par la route souhaitée, puis à les repérer dans le paysage. On positionne ensuite le navire de manière à suivre l'alignement (maintenir les deux amers alignés) s'il s'agit d'un alignement de route. Certaines routes ou certains chenaux (entrées et sorties de ports...) sont volontairement "matérialisées" en implantant des balises (phares, tourelles, ou simples amers) qui forment l'alignement voulu.

Pour utiliser un alignement de sécurité, on effectue un changement de direction lorsque les deux amers s'alignent.

Lorsqu'on se rapproche d'un alignement, les deux amers semblent se rapprocher : on dit que l'alignement se ferme ; lorsqu'on s'en éloigne, l'alignement s'ouvre. On peut ainsi utiliser des alignements dits ouverts, c’est-à-dire des alignements qui maintiennent l'un ou l'autre des amers repérés à droite ou à gauche de l'autre amer.


On peut connaître précisément la position du navire lorsqu'il se trouve simultanément sur deux alignements. Cette technique peut aussi être combinée avec la navigation par relèvements pour obtenir une position (un point) par un relèvement et alignement.

Bénéfices 
Basée sur l'optique et la géométrie, c'est une technique de navigation très précise. Elle peut se pratiquer la nuit, en utilisant les phares et balises lumineuses.
Inconvénients 
Cette technique ne peut se pratiquer qu'à proximité des côtes, et si les conditions de visibilité le permettent ; en outre elle ne doit pas être utilisée sur des repères dont la position pourrait changer accidentellement comme les bouées.

Alignements et départ de régate

Lors des compétitions de voile légère ou côtière prendre un bon départ est de la plus haute importance : Le bateau qui part bien dégagé des autres bénéficie d'un vent franc et peut déventer ses adversaires (un gain d'une demi longueur de coque se transforme très vite en un avantage dix fois plus important). Le champion Paul Elvström indiquait qu'un bon départ de régate compte pour 50% du résultat.

Toutefois les règlements de course prévoient des pénalités pour les barreurs trop impétueux qui "volent le départ" et coupent la ligne avant le signal : Cela peut aller d'un simple rappel individuel (obligeant à retourner à la ligne de départ et à la repasser, en général dans le déventement des adversaires plus prudents) à une disqualification pure et simple .

Lors des régates en rivière la ligne est en général immuable avec un mât à pavillonnerie et un abri pour le comité de course sur la berge.

La plupart des clubs de rivière installent deux marques d'alignement (comme celles de la photo ci-contre) sur la berge côté club pour matérialiser la ligne de départ et peignent parfois en blanc un arbre ou plantent un poteau-repère sur la berge opposée, alignements appréciés des barreurs confrontés au manque de place , aux déventements divers et au courant .

Les parcours de championnats en eaux semi-abritées ( baie ou sur un grand lac ) utilisent des parcours plus grands, loin des rives et officiellement définis (triangles et trapèzes olympiques) avec des lignes de départ perpendiculaires (en principe) à la direction du vent, lignes matérialisées par un bateau principal (Bateau-Comité) portant les officiels (Comité de course) et la pavillonnerie associé à un bateau auxiliaire (dit Bateau-bouée ou bateau-viseur) portant des viseurs-arbitres à l'autre bout.

Le bateau Comité principal est placé à droite (tribord) de la ligne en regardant face au vent et le bateau bouée à gauche (bâbord). Dans un contexte très compétitif les bateaux sont à touche-touche et se battent pour la position la plus favorable dans la phase de pré-départ.

La ligne (immatérielle) peut être neutre (exactement perpendiculaire au vent), avantagée tribord (le concurrent partant tribord amures près du bateau comité est favorisé) ou au contraire (cas très fréquent, les comités de course n'appréciant pas les empoignades et les percussions autour de leur bateau), avantagée bâbord (départ favorable près du bateau-bouée). Toutefois la règle de course fondamentale donnant la priorité au bateau au près tribord amures sur un concurrent bâbord amures interdit en pratique, sauf très gros décalage de la ligne par rapport à la perpendiculaire au vent, de partir bâbord amures depuis le bateau bouée. Les régatiers comparent cette rare occurrence au « coup du roi »  ou « hole in one »  des golfeurs.

La meilleure tactique est donc de partir tribord amures soit en milieu de ligne (en général moins fréquenté) ou à l'extrémité bâbord... mais pour cela il faut au préalable, après avoir déterminé le côté favorable de la ligne, avoir pensé à prendre un alignement en ayant visé longtemps à l'avance le bateau bouée depuis la proximité immédiate du bateau comité et mémorisé un repère à terre (un amer du type arbre, cap, colline, maison, etc.) dans le prolongement de la ligne de départ. Dans la fièvre de la dernière minute, cet alignement bateau bouée-amer à terre permet de flirter avec la ligne de départ sans trop risquer la disqualification.

En cas de faux départs successifs (et de pression croissante parmi les concurrents) il est bon de revérifier cet alignement crucial car le bateau comité et le bateau bouée, peuvent éviter (bouger autour de leur ancre).


Notes et références

    Voir aussi

    Articles connexes

    • Portail du monde maritime
    • Portail de la voile
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.