Navire océanographique

Un navire océanographique est un navire utilisé pour la recherche scientifique en mer, et plus particulièrement les domaines de l'océanographie, de la météorologie, des études de courants marins, de la flore et de la faune aquatique, etc. Certains sont spécifiquement destinés à l'origine à être des navires-espions[1].

Navire océanographique

La goélette Tara dans le port de Brest
Le Belgica en mer

Ces navires sont donc dotés de multiples instruments de mesure, de laboratoires, et d'embarcations. De nombreux scientifiques sont présents à bord en supplément de l'équipage. Certains navires marchent à la voile, afin de limiter la pollution et le bruit généré par les moteurs.

Navires du commandant Cousteau
Navires de l’Ifremer
  • Jean Charcot (1965-1989) navire pluridisciplinaire
  • L'Atalante navire pluridisciplinaire
  • Thalassa navire destiné à l'halieutique
  • Le Suroît navire pluridisciplinaire
  • L'Europe navire de façade méditerranéenne
  • Gwen Drez navire de façade atlantique
  • Thalia navire de façade atlantique
  • Haliotis vedette océanographique
Navires exploités conjointement pour le compte du SHOM et de l’Ifremer
Navires de l’IRD
Le Coriolis II, navire océanographique québécois
Autres navires

Espagne

La marine espagnole met en oeuvre les navires océanographiques Las Palmas (A-52) et le brise-glace Hespérides (A-33) dépendant du Ministère de la défense ainsi que le Sarmiento de Gamboa, dépendant du ministère de la science.

Autres navires océanographiques

Notes et références

  1. Alexandre Sheldon-Duplaix, « Les navires espions durant la guerre froide », sur Areion24, (consulté le 16 mai 2019).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du monde maritime
  • Portail des navires
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.