Nourredine Aba

Nourredine Aba (ou Noureddine), né le à Colbert (Aïn Oulmene) dans la wilaya de Sétif en Algérie, et mort à Paris le est un poète, dramaturge et conteur algérien créateur en 1991 de la Fondation Aba décernant des prix aux meilleurs écrivains de l'année[1].

Pour les articles homonymes, voir Aba.
Nourredine Aba
Biographie
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Paris
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Biographie

Noureddine Aba est lycéen à Sétif où il rencontre Kateb Yacine. Il sera son compagnon et son ami. Après avoir été mobilisé de 1946 à 1945, il suit le procès des criminels nazis à Nuremberg. Il devient ensuite conseiller technique à l'édition et collabore à la revue Présence africaine dès sa création. Il se tourne peu après à l'écriture.

Plusieurs de ses pièces furent jouées en Europe. À partir de 1982, Noureddine Aba donne des conférences dans des universités européennes et nord-américaines. Il a enseigné la littérature algérienne à l'Université de l'Illinois à Urbana-Champaign (Illinois, États-Unis).

Il crée en 1990 la fondation littéraire qui porte son nom. Le premier écrivain à être couronné est, en 1992, le journaliste-écrivain Tahar Djaout, assassiné quelques mois plus tard[2].

Bibliographie

  • L'Aube de l'amour, poésie, 1941
  • Au-delà des ombres, poésie, 1942
  • Les Portes crépusculaires et huit bracelets pour nostalgies, poésie, 1943
  • La Toussaint des énigmes, poèmes, 1963
  • Gazelle après minuit, poèmes, 1978
  • Mouette, ma mouette, poésie, 1984
  • Zaâtar s'est tu à la tombée de la nuit, 1981
  • Deux étoiles filantes dans le ciel d'Alger, 1979
  • La Gazelle égarée, conte, 1979
  • Les quatre ânes et l'écureuil, 1982
  • Montjoie-Palestine ou l'An dernier à Jérusalem, poèmes, Maspéro, 1968
  • L'Aube à Jérusalem
  • Le Dernier Jour d'un nazi, 1982, pièce jouée à Paris en 1986
  • La Récréation des clowns, 1980, pièce contre la torture[2]
  • Tell El Zaatar s'est tu à la tombée du soir
  • L'Annonce faite à Marco ou À l'aube sans couronne
  • L'Arbre qui cachait la mer
  • Le Chant perdu au pays retrouvé, récit poétique, 1978
  • L’Exécution au beffroi, 1995, pièce jouée à Paris en 1996[3],[4]

Notes et références

  1. (en) Simon Gikandi, Encyclopedia of African Literature, Taylor & Francis, (ISBN 978-1-134-58223-5, lire en ligne), p. 1
  2. Hassane Zerrouky, « Noureddine Aba, poète et dramaturge n'est plus », L'Humanité, (lire en ligne)
  3. L’Exécution au Beffroi, sur entractes.sacd.fr, consulté le 2 octobre 2019
  4. L'EXÉCUTION AU BEFFROI» DE NOUREDDINE ABA, sur humanite.fr, consulté le 2 octobre 2019

Voir aussi

Liens externes

  • Portail du théâtre
  • Portail de la littérature francophone
  • Portail de l’Algérie
  • Portail de la poésie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.