Nucleolites

Caractéristiques

Ce sont des oursins irréguliers de petite taille (2 - 3,5 cm), élargis vers l'arrière. Le périprocte est disposé dans un sillon anal en position arrière, aux trois quarts de la hauteur de l'animal (donc sur le face aborale antérieure) ; la bouche est avancée sur la face orale[1].

Ils existèrent du Bajocien au Cénomanien et sont de bons indicateurs stratigraphiques[2].

Liste d'espèces

Selon le NHM[1] :

  • Nucleolites scutatus Lamarck, 1816 † (Bajocien-Kimméridgien, Europe) -- espèce-type.
  • Nucleolites brodei (Wright, 1859) † (Tithonien, UK)
  • Nucleolites burgundiae (Cotteau, 1871) † (Bathonien, France)
  • Nucleolites cerceleti Desor in Agassiz & Desor, 1847 † (Aptien-Albien, Angleterre, France)
  • Nucleolites elongatus Chiplonkar & Badve, 1972 † (Turonien, Inde)
  • Nucleolites lorioli (Cotteau, 1871) † (Callovien, Europe)
  • Nucleolites cordatus (Goldfuss, 1826) † (Cénomanien, France)
  • Nucleolites haimei (Wright, 1859) † (Tithonien, Angleterre, France)
  • Nucleolites subquadratus (L. Agassiz, 1839) † (Valanginien, Suisse).

Certaines études y ajoutent Nucleolites amplus, autrement considéré comme une sous-espèce de Nucleolites scutatus. World Register of Marine Species (18 novembre 2013)[3] ne reconnaît que Nucleolites scutatus Lamarck, 1816.

Liens externes

Notes et références

  1. (en) « Nucelolites », sur NHM (consulté le 18 novembre 2013)
  2. « Nucleolites », sur Echinologia (consulté le 18 novembre 2013)
  3. World Register of Marine Species, consulté le 18 novembre 2013
  • Portail des échinodermes
  • Portail de la biologie marine
  • Portail de la paléontologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.