Obiit

Un obiit (forme raccourcie du Latin obivit qui signifie « il est mort »), est le nom consacré par l'usage pour des armoiries funéraires.

Obiit du marquis Charles Rodriguez d'Evora y Vega, en la Cathédrale Saint-Bavon de Gand.
Deux exemples d'obiit divisé. Gauche : mari survivant sa femme (église Saint-André de Boreham) ; droite : femme survivant son mari (église Saint-Jean-Baptiste de Finchingfield (en)).
Ne doit pas être confondu avec Obituaire.

Description

C'est une peinture, ou une enluminure, dont le fond est de couleur sombre, souvent noir, peint la plupart du temps sur un panneau en bois de forme quadrangulaire[1], indiquant l'année de décès, et, parfois aussi, de naissance, ainsi que les armoiries de la personne. Il était peint sur un fond blanc lorsqu'il était réalisé pour une demoiselle morte jeune (et de fait non mariée).

Au Royaume-Uni, le fond des obiits est quelquefois divisé verticalement blanc et noir. Si la gauche est noire et la droite est blanche, il signifie qu'un mari est mort, laissant une veuve ; si la gauche est blanche et la droite est noire, il signifie qu'une femme mariée est morte, laissant un veuf.

Usage

L'obiit est placé devant le catafalque durant la cérémonie des funérailles, puis fixé sur un mur intérieur de l'église avec laquelle la famille nobiliaire avait un lien ou ramené au château.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. Utilisé aussi parfois pour une représentation d'armoiries d'alliance. Voir
  2. voir obiits du Prince Régent, du roi Léopold III et du roi Baudouin dans l'église Saint-Jacques-sur-Coudenberg.
  3. Liste non exhaustive de peintres héraldistes parmi lesquels plusieurs ayant réalisé des obiits.
  • Portail du christianisme
  • Portail de l’héraldique
  • Portail de l’enluminure
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.