Onofrio Panvinio

Onofrio Panvinio ou Onuphrius Panvinius (Vérone le Palerme le ), un augustin érudit, était un historien italien et un spécialiste de l'Antiquité, qui fut le bibliothécaire du cardinal Alexandre Farnèse.

Onofrio Panvinio
Biographie
Naissance
Décès
(à 38 ans)
Palerme
Activités
Autres informations
Ordre religieux
Membre de

Biographie

Le buste d'Onofrio Panvinio dans la Protomothèque de la Bibliothèque municipale de Vérone

À onze ans il entra dans l'ordre des ermites augustins et en 1539 il alla à Rome, ville pour laquelle il se passionna et dont il devait documenter la topographie et les inscriptions, l'histoire ancienne et médiévale, les auteurs et les grandes familles papales au cours d’une vie courte mais spectaculairement productive.

Après avoir obtenu à Rome son diplôme de bachelier ès arts en 1553 puis enseigné aux novices de son ordre à Rome et à Florence, il obtint en 1557 le doctorat en théologie. Il visita les bibliothèques d'Italie et poursuivit ses recherches historiques en Allemagne en 1559. Refusant l’offre d’un évêché, il accepta le poste plus intéressant pour lui de correcteur et de réviseur des livres de la Bibliothèque apostolique vaticane en 1556. Il mourut en 1568 alors qu’il accompagnait son ami et protecteur, le cardinal Farnèse, au synode de Monreale

On l’a reconnu comme un des plus grands historiens de l’Église et un des plus grands archéologues de son temps. Le savant imprimeur Paul Manuce l'a appelé antiquitatis helluo (« un glouton d’antiquité ») et Jules César Scaliger l'a nommé pater omnis historiae (« le père de toute l'histoire »).

Sa grande carte archéologique de la Rome antique a été établie en 1565[1]. Vers la même époque il commença à collaborer avec le graveur français Étienne Dupérac, qui continua à fournir des illustrations pour des impressions posthumes des travaux de Panvinio. Tous ses nombreux travaux historiques, théologiques, archéologiques et liturgiques n’ont pas été publiés, même après sa mort ; certains sont toujours manuscrits dans la Bibliothèque vaticane.

Son portrait par le Titien se trouve dans la Galleria Colonna.

Publications

  • De fasti et triumphi Romanorum a Romulo usque ad Carolum V (Venice, 1557) "On the festivals and triumphs of the Romans from Romulus to Charles V";
  • A revised edition of Sigonius's Fasti consulares (Venice, 1558);
  • De comitiis imperatoriis (Basel, 1558);
  • De republica Romana (Venice, 1558); "On the Roman Republic";
  • Epitome Romanorum pontificum (Venice, 1557); "Brief history of the Roman pontiffs";
  • A revised edition of Bartolomeo Sacchi's De vitis pontificum (Venice); "On the lives of the popes";
  • XXVII Pontif. Max. elogia et imagines (Rome, 1568); "Elogies and images of twenty-seven pontiffs";
  • Of sybils and Sibylline oracles;
  • Chronicon ecclesiasticum a C. Julii Caesaris tempore usque ad imp. Maximilianum II (Cologne, 1568); "Ecclesiastical chronicle from the time of Julius Caesar to that of Emperor Maximilian";
  • De episcopatibus, titulis, et diaconiis cardinalium (Venice, 1567);"of the bishoprics, tituli and diaconates of the cardinals";
  • De ritu sepeliendi mortuos apud veteres Christianos (Cologne, 1568); "Of burial rites for the dead among the early Christians";
  • De praecipuis urbis Romae santioribusque basilicis (Rome, 1570; Cologne, 1584);
  • De primatu Petri et apostolicae selis potestate (Verona 1589): "Of the primacy of Peter and the power of the apostolic see";
  • Libri X de varia Romanorum pontificum creatione (Venice, 1591);
  • De bibliotheca pontificia vaticana (Tarragona, 1587); "On the pontifical Vatican Library";
  • Augustiniani ordinis chronicon (Rome, 1550); "Chronicle of the Augustinian Order";
  • De ludis circensibus (Venice, 1600); "On the circus games". A posthumous publication with etchings by Dupérac that date to the 1560s.
  • Epitome antiquitatum romanarum (Rome, 1558);
  • De antique Romanorum religione; "On the ancient religion of the Romans";

Karl Gersbach, OSA, a publié de nombreux articles sur les aspects de la carrière de Panvinio. Philip Jacks a situé sa carrière dans le cadre des premières recherches sur l'Antiquité dans The Antiquarian and the Myth of Antiquity: The Origins of Rome in Renaissance Thought. (Cambridge University Press) 1993. La seule biographie moderne est l'étude bibliographique de Jean-Louis Ferrary, Onofrio Panvinio et Les Antiquités romaines (Rome) 1996.

Notes

  1. "The map, the description, the monuments of ancient Rome, have been elucidated by the diligence of the antiquarian and the student" a écrit Edward Gibbon dans le dernier chapitre de The Decline and Fall of the Roman Empire (1787), mais dans un note en bas de page (ch. 13, note 75 on-line text) il signalait l'appréciation négative de Bernard de Montfaucon qui voyait en Panvinius un érudit qui omnes obscuravit (« qui a tout embrouillé »).

Bibliographie

  • Jean-Louis Ferrary, Onofrio Panvinio et les Antiquités romaines (Collection de l’École française de Rome, 214), Paris, De Boccard, 1996, XII-252 p., 12 pl.
  • (it) Stefan Bauer, Panvinio, Onofrio, in Dizionario biografico degli Italiani, vol. 81, 2014, pp. 36-39.

Liens externes

  • Portail du catholicisme
  • Portail de l’historiographie
  • Portail de l’Italie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.