Ordalie de Marduk

L’Ordalie de Marduk est un texte mythologique assyrien, plus précisément un commentaire cultuel, datant probablement du règne de Sennacherib. Il représente le courant anti-babylonien qui se développe à cette époque en Assyrie, et qui cherche notamment à asseoir la primauté du dieu national Assur sur le dieu babylonien Marduk. Ce texte sert à expliquer la destruction de Babylone par Sennacherib en 689, et la déportation de la statue de Marduk en Assyrie. Il a été retrouvé dans un état très fragmentaire, et certains passages nous sont inconnus.

Pour les articles homonymes, voir Ordalie et Marduk.

Le récit part d'une interprétation particulière de l'Enuma Elish babylonien, et se passe d'ailleurs pendant l'Akîtu, le Nouvel An babylonien, durant lequel Marduk meurt puis renaît, symbolisant la renaissance de la Nature au printemps. Assur est assimilé par syncrétisme à la divinité Anshar, qui est le pendant masculin du couple primordial, avec son épouse Tiamat, que Marduk a tuée dans l'Enuma Elish. Tiamat est ici assimilée à une autre déesse assyrienne, Ishtar de Ninive. Assur veut donc venger la mort de Ishtar. Il préside donc une sorte de tribunal des dieux (réuni comme à l'habitude pour l'Akîtu), qui condamne l'attitude de Marduk, en dépit des protestations de son fils Nabû. Le dieu est donc jugé en criminel. Le texte est du reste mal connu, mais il n'est pas favorable à Marduk.

Bibliographie

  • J. Bottéro et S. N. Kramer, Lorsque les Dieux faisaient l'Homme, Paris, .
  • Portail de la mythologie
  • Portail de la littérature
  • Portail du Proche-Orient ancien
  • Portail de la Mésopotamie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.