Orhan

Orhan, Orkhan (turc : Orhan Gazi) (gazi ou ghazi en turc : gazi, combattant de la foi, de l'arabe : ḡāzin, غازٍ, conquérant ; triomphateur) ou Urchan[1] est un sultan ottoman. Son père était Osman Ier auquel il succéda vers 1326. Il est mort en mars 1362.

Pour les articles homonymes, voir Orkhan.

Orhan Gazi

Le bey Orhan.
Titre
2e souverain ottoman

(~ 38 ans)
Prédécesseur Osman Ier
Successeur Mourad Ier
Biographie
Dynastie Dynastie ottomane
Nom de naissance أُورخان بن عُثمان
Date de naissance
Lieu de naissance Söğüt
Date de décès
Lieu de décès Bursa
Nationalité Turque
Père Osman Ier
Mère Malhun Hatun
Fratrie Pazarli, Coban, Hamit, Alaeddin, Ali, Melik, Savcı
Conjoint Nilüfer Hatun, Asporça Hatun, Theodora Hatun, Eftandise Hatun, Bayalun Hatun
Enfants Soliman, Mourad, Ibrahim, Halil, Kasim, Sultan, Eyüp, Fatma, Hatice
Profession Bey, Chef militaire
Religion Islam

Liste des sultans de l'Empire ottoman

Orhan a eu cinq épouses, et sept fils : Soliman, Mourad, Ibrahim, Halil, Kasim, Sultan et Eyüp. C'est Mourad Ier qui lui succéda.

Histoire

Carte montrant l'étendue de l'empire ottoman au début du règne d'Orhan et ses conquêtes.

Orhan conquit Brousse (Bursa) le , dont il fit sa capitale.

Le territoire ottoman s’étendit peu à peu. Orhan Gazi passait tout son temps sur les champs de bataille où il remporta de nombreuses victoires et créa un nouveau corps d'infanterie appelé Yaya (en) (turc : yaya, piéton).

Sa seconde épouse fut Holofira, fille du prince byzantin de Yarhisar, qu'il enleva pendant la cérémonie de son mariage avec le prince voisin de Bilecik. Holofira se convertit à l'islam et prit le nom de Nilüfer Hatun. Elle donna naissance à Mourad.

Orhan assiégea Nicée (Iznik). L'empereur byzantin Andronic III Paléologue franchit les Dardanelles pour prendre les troupes ottomanes à revers. Celles-ci firent demi-tour pour affronter les armées byzantines. L'empereur byzantin dut se replier (1329). Orhan reprit aussitôt le siège de Nicée. Le gouverneur de Nicée n’espérant plus l’aide de Byzance, livra la ville aux Ottomans à condition que ceux-ci se comportassent correctement envers les habitants. Orhan accepta, faisant passer une des plus grandes villes chrétiennes de l’époque sous contrôle ottoman (1330).

Orhan poursuivit ses campagnes et prit le contrôle de la rive est de la mer de Marmara (1331), jusqu’à la province de Nicomédie (İzmit) vers le nord,dont il confia le gouvernement à son fils aîné Suleyman.

En 1342 Orhan finit de conquérir la province de Balıkesir en prenant les derniers châteaux. Avec cette conquête les Ottomans deviennent voisins de la principauté des Karesioğulları, région de Pergame (Bergama). Orhan Gazi profite des querelles de succession des Karesioğulları pour s’emparer de la province en 1345. La marine de la principauté des Karesioğulları se rallia aux armées ottomanes, ainsi les îles de la mer de Marmara furent annexées en 1352.

En 1346, Orhan se maria en troisièmes noces, avec Théodora, fille de son allié l’empereur byzantin Jean VI Cantacuzène. Avec des Serbes et des Bulgares, les Ottomans aidèrent cet empereur à s'installer sur son trône à Byzance (). Pour la première fois, à cette occasion les troupes ottomanes prirent pied en Europe.

En 1352, il conquit Chalcédoine (aujourd'hui Kadiköy) juste en face de Byzance sur le Bosphore.

En 1354, la principauté de Gerede (près d’Ankara) fut envahie et Ankara conquise. La même année Suleyman Pacha occupa Gelibolu (Gallipoli), évacuée par sa population grecque à la suite d'un tremblement de terre, donnant ainsi une tête de pont aux Ottomans en Europe.

À la mort d'Orhan vers 1360, les Ottomans possèdent le quart nord-ouest de l'Anatolie et ont pris pied en Europe.

Architecture

Après la prise de Nicée (1331), Orhan transforma l’église Sainte-Sophie en mosquée.

Il a fait bâtir un complexe comprenant une mosquée et un hospice (imaret) à Bilecik, une mosquée et une école à Brousse (Bursa). L’université créée à Brousse fut la première donnant un enseignement scientifique. L’apparition des premières institutions étatiques, sociales et scientifiques remontent à son époque.

Notes et références

  1. Par exemple dans Joseph Hammer-Purgstall, M De Hammer, op. cit., vol. I (lire en ligne).

Bibliographie

  • Joseph Hammer-Purgstall, M. De Hammer (trad. Louis Dochez), Histoire de l'Empire ottoman : depuis son origine jusqu'à nos jours, vol. I, Béthune et Plon, (présentation en ligne).

Liens externes

  • Portail de la Turquie
  • Portail de l’Empire ottoman
  • Portail du Moyen Âge tardif
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.