Orthographe pratique des langues ivoiriennes

L’Orthographe pratique des langues ivoiriennes est un ensemble de règles pour la transcription des langues de Côte d’Ivoire, rédigé par l’Institut de linguistique appliquée d’Abidjan en 1979.

Consonnes

Graphèmes
bbhcddh dzhffhggb ghhhyjk kplmn
Valeurs phonétiques
/b//ɓ//c//d//ɗ/ ///f//ɸ//ɡ//ɡb/ /ɣ/, /ɠ//h//ɕ//ɟ//k/ /kp//l//m//n/
Graphèmes
nyŋ/ŋnny/ŋmpʔ rsshtts tshvvhw xyzzh
Valeurs phonétiques
/ɲ//ŋ//ŋm//p//ʔ/ /r//s//ʃ//t//ts/ ///v//β//w//ɥ/ /x//j//z//ʒ/

Voyelles

Graphèmes
aäeë ɛɛaiïɩ oöɔuü ʊ
Valeurs phonétiques
/a//ʌ//ɑ//e//ə/ /ɛ//æ//i//ɨ//ɪ/ /o//ɤ/, /ø/, /ʊ//ɔ//u//y/, /ɯ/ /ō/

La nasalisation d’une voyelle est indiquée en la suivant d’une lettre  n . Dans les cas ambigus, le point est utilisé pour clarification, par exemple : /kaĩ/ est écrit  ka.in  et /kãi/ est écrit  ka.ni .

Les voyelles longues sont indiquées par le doublement de la voyelle, par exemple : /kaːn/ est écrit  kaan .

Tons

Les tons sont notés de deux façons différentes selon la langue et ses conventions : à l’aide d’accents, ou avec des signes de ponctuation.

Accents

Les langues dont les orthographes utilisent les accents pour indiquer les tons les utilisent de la façon suivante :

  • le ton haut est indiqué avec l’accent aigu : ó
  • le ton moyen n’est pas indiqué : o
  • le ton bas est indiqué avec l’accent grave : ò
  • le ton montant est indiqué avec l’accent circomflexe : ô
  • le ton descendant est indiqué avec l’accent antiflexe : ǒ
  • les tons sont indiqués sur la première syllabe dans les mots polysyllabiques, et sur la seconde ou troisième syllabe uniquement si leurs tons sont différents, par exemple /kɔ̀rɔ̀/, « porte » en sénoufo, est écrit  kɔ̀rɔ , et /kàmúrú/, « masque poro » en sénoufo, est écrit  kàmúru .

Ponctuation

Les langues dont les orthographes utilisent la ponctuation pour indiquer les tons l’utilisent avec les règles suivantes :

  • le ton haut est indiqué avec l’apostrophe : ʼmö
  • le ton bas est indiqué avec le signe moins : ˗su
  • le ton très haut est indiqué avec la double apostrophe : ˮdu
  • le ton moyen n’est pas indiqué : su
  • les tons montant ou descendant sont indiqués avec un signe de ponctuation en début de syllabe et un autre en fin de syllabe :
    • ton montant bas-haut : ˗woʼ
    • ton montant moyen-haut : toʼ
    • ton montant moyen-très haut : sonˮ
    • ton descendant moyen-bas : sɛ˗

Notes et références

    Bibliographie

    • P.D. Kokora, Institut de Linguistique Appliquée, Université d’Abidjan, Une orthographe pratique des langues ivoiriennes, Abidjan, Ministère de l’Education Nationale, Ministère de la Recherche Scientifique, Ministère des Affaires Culturelles, Ministère de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire, et des Sports,
    • (en) Sassongo Silué, « The Orthographic Conventions for Ivorian Languages », dans Kwesi Kwaa Prah, Writing African: the harmonisation of orthographic conventions in African languages, Cape Town, Centre for Advanced Studies of African Society (CASAS), , 167 p. (ISBN 1919799664)
    • Sea Souhan Monhuet Yves, « Graphèmes vocaliques et consonantiques des langues ivoiriennes : parcours historique et résultats », dans Bogny Yapo Joseph, Actes du colloque international - ABILANG 2018, Vision Libros, , 426–437 p. (ISBN 8417755101 et 9788417755102)
    • Portail de l’écriture
    • Portail de la Côte d’Ivoire
    • Portail de la linguistique
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.