Pagarque

Un pagarque, parfois orthographié « pagarche », du grec παγος (village, par extension pagus) et αρχη (commandement), est, dans l'Empire byzantin, un magistrat administrateur de canton, équivalent à bailli ou procureur fiscal[1]. Il dispose de troupes commandées par un stratélate, et a autorité à côté de la curie (organe de la population locale) dans la cité, en représentant l'empereur. Toutefois à la campagne, il n'a pas autorité dans les grandes propriétés terriennes qui disposent de serfs. Le pagarque a donc autorité sur les villageois et paysans libres des cantons. Ses attributions sont notamment décrites par les papyrus trouvés en Égypte[2], notamment les papyrus d'Aphrodité[3] conservés au musée du Caire[4]. Selon Jean Maspero, la pagarchie est l'ancien nome de l'époque hellénistique, puis romaine, auquel les grandes propriétés (autopractes[5]) sont soustraites. Cette institution s'est répandue en Égypte au Ve siècle (vers 460/470) sous le règne de l'empereur Léon[6]. Jean Maspero n'exclut pas que ce système administratif ait été étendu à d'autres régions (diocèses de l'Orient byzantin, en Libye par exemple).

Notes et références

  1. L'Encyclopédie, 1re éd. 1765 (Tome XI, p.  744).
  2. Matthias Gelzer, Studien zur byzantinischen Verwaltung Ægyptens (compte rendu de Jean Maspero), in Journal des savants, année 1911, vol. IX, n° 4, pp. 180-184
  3. Dans le nome d'Antaiopolis
  4. Papyrus byzantins du musée du Caire n° 67019, 67002
  5. Indépendantes d'un point de vue fiscal ; il pouvait s'agir de grandes propriétés ou de villages de colons libres ayant obtenu le privilège d'autopragie
  6. Jean Maspero, L’Organisation militaire de l'Égypte ancienne, Paris, éd. Éditions Honoré Champion, 1912

Bibliographie

  • (de) Matthias Gelzer, Studien zur byzantinischen Verwaltung Ægyptens in Leipziger histor. Abhandl., Heft XIII, Leipzig, éd. Quelle & Meyer, 1909
  • Jean Maspero, Étude sur les papyrus d'Aphrodité

Liens externes

  • Portail du monde byzantin
  • Portail de l’Égypte
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.