Palais ducal de Mantoue

Le Palazzo Ducale di Mantova (en français Le palais ducal de Mantoue) est un groupe de bâtiments situé dans la ville italienne de Mantoue (Lombardie), construit entre les XIVe et XVIIe siècles, principalement par la noble famille Gonzague et constituant leur résidence dans la capitale de leur Duché.

Pour les articles homonymes, voir Palazzo Ducale.
Palais ducal de Mantoue
Palazzo Ducale
Façade du Palazzo Ducale.
Présentation
Destination initiale
Maison de Gonzague
Style
Entre les XIVe et XVIIe siècle.
Commanditaire
Occupant
Propriétaire
Statut patrimonial
Bien culturel en Italie (d)
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées
45° 10′ N, 10° 48′ E

Particularités

Les bâtiments sont reliés par des couloirs et des galeries. Les intérieurs sont enrichis par des loggias et de grands jardins.

Le complexe comprend 500 chambres et occupe une superficie d'environ 34 000 m2.

Les œuvres les plus célèbres sont les fresques de la camera degli Sposi[1], entièrement de la main d'Andrea Mantegna, situées dans le Castello San Giorgio, la partie militaire initiale du complexe architectural qui comporte d'autres très importants éléments d'architecture et de peinture.

Histoire

Les plus anciennes parties du château sont le Palazzo del Capitano, construit au début du XIVe siècle par le capitaine du peuple Guido Bonacolsi (dont la famille a dirigé de Mantoue de 1271 à 1328) et de la Domus Magna bâtie en 1355. Les Gonzague, qui s'emparèrent du pouvoir en 1328, unifièrent les deux bâtiments en un complexe immobilier qui allait devenir le cœur du palais ducal. En s'installant dans les anciens palais communaux, les nouveaux seigneurs en subvertissent le sens politique et, petit à petit, imposent leur présence dans l'espace civique[2].

À la fin du même siècle, Bartolino de Novare, l'un des plus célèbres architectes militaires de l'époque, construisit le château Saint-Georges.

À l'occasion du concile qui se réunit à Mantoue en 1459-1460 et pendant lequel les participants sont logés dans le Palazzo del Capitano et la Domus Magna, Ludovico II Gonzague transfère sa cour au château Saint-Georges[2].

Le DomusNova fut terminée, un siècle plus tard par Luca Fancelli qui est à l'origine de la partie appelée Corte Nuova ( Nouvelle Cour), comprenant entre autres les appartements ducaux avec le célèbre cycle de fresques de Giulio Romano.

La tour de l'horloge du clocher de l'église Santa Barbara qui avait le rôle de chapelle du Palais (Basilique Palatine) pour les Gonzague, a été conçue par Giovan Battista Bertani.

Entre le XVIe et le XVIIe siècle,le peintre et architecte Antonio Maria Viani construisit dans l'appartement de Vincent Ier la salle dite des Métamorphoses et la Loggia d'Eleonora.

Par la suite, les édifices ont vécu une période d'abandon ayant eu comme conséquence leur forte détérioration. Le processus a été arrêté au XXe siècle par une action continue de restauration et par l'affectation du site en musée de la région.

Architecture et décoration

L'ensemble architectural du Palazzo Ducale impressionne par sa dimension et par la complexité de ses couloirs en enfilade.

L'entrée du palais se fait par la piazza Sordello[3] depuis laquelle on peut voir les plus anciens édifices, le palazzo del Capitano (Palais du Capitaine) et la Domus Magna, qui en constituent la façade. Ces deux bâtiments ont un large portique avec des arcs en ogive, des baies simples au premier étage et doubles au second. L'utilisation de la pierre claire qui alterne avec la brique, du marbre de différentes couleurs pour les colonnes et les pilastres, crée un fort chromatisme. Depuis les balcons, les seigneurs et les dames pouvaient facilement regarder toutes les manifestations qui se déroulaient sur la piazza tels les tournois, les cérémonies de toutes sortes, les représentations théâtrales, ou bien encore les exécutions.[4].

Le palais appelé Domus Nova a été conçu et réalisé par Luca Fancelli, dont c'est la première réalisation importante, à la demande du marquis Frédéric qui souhaitait agrandir le palais initial des Gonzague. Fancelli en conserva les deux grandes tours latéralestout en respectant les règles de régularité et d'ordre typique des architectures de l'époque[4].

A partir des années 1570, à la demande de Guillaume Gonzague, Giovan Battista Bertani réaménagea les corps les différents corps de bâtiment de façon plus rationnelle. Il construisit le long des plus grands côtés de la cour de la Mostra deux raccords qui unirent les façades opposées du petit palais de la Rustica et de la loggia des Marbres[4].

L'Escalier monumental des Duchesses, construit au XVIIe siècle et rénové en 1779 par Paolo Pozzo, conduit à la salle del Morone, dont le nom depuis 1494 provient de la toile du peintre véronais Domenico Morone L'Expulsion des Bonacolsi (1328) (scène de la Piazza Sordello).

À l'étage noble du Palais du Capitaine se trouve la Première Chambre de Guastalla, avec une frise peinte à fresque de portraits de la famille Gonzague menant à la Salle de Pisanello. Après 1433, Antonio Pisano avait été commissionné pour peindre des fresques représentant un tournoi et d'autres scènes qui ont été laissés inachevées.

La Galleria Nuova (Nouvelle Galerie) est un couloir construit en 1778 par Giuseppe Piermarini qui relie l'appartement de Guastalla à l'appartement ducal. Elle abrite plusieurs retables du début du XVIIe et de la fin du XVIIIe siècle, de Francesco Borgani, Carlo Bononi, Spagnoletto et autres artistes. La galerie se termine par la grande Sala degli Arcieri (Salle des Archers), autrefois pièce de l'appartement du duc Vincent Ier. Elle est célèbre pour un retable de Peter Paul Rubens (1605), à l'origine partie d'un triptyque de l'église de la Santissima Trinità de la ville, La famille Gonzague dans l'adoration de la Sainte Trinité.

Ensuite on trouve la Galleria degli Specchi (Galerie des Glaces) qui a été construite par le bon vouloir de Vincent Ier comme une loggia ouverte avec un décor néoclassique ajouté dans la période 1773-1779. La voûte est décorée de fresques par deux élèves de Guido Reni.

Antonio Pisano, dit Pisanello, a peint en 1433 et 1437, des fresques remarquables dans la salle qui porte aujourd'hui son nom à la demande du marquis Jean-François Gonzague. Ces fresques content l'épopée du Roi Arthur dont les histoires étaient fort prisées à l'époque car elles constituaient le paradigme du comportement chevaleresque et un divertissement pour la cour. Les Gonzague étaient alors des mercenaires dont la richesse et le prestige reposaient sur leur art de la guerre qu'ils mettaient au srrvice des grandes puissances de la péninsule. Cette œuvre est typique du style prisé à Mantoue qualifié de « gothique international » et présente une composition typique des tapisseries bourguignonnes contemporaines.Ce programme décoratif n'a jamais été terminé pour des raisons qui demeurent inconnues[4].

L'appartement officiel de Frédéric II Gonzague, appelé l'appartement de Troie, s'ouvre sur un grand salon de forme trapézoïdale, la Salle des Chevaux, homonyme de celle du Palais du Té et qui était aussi décorée de toiles représentant des chevaux, aujourd'hui disparues. À côté, une petite loggia donne sur deux cabinets, dits des Oiseaux et des Faucons. A côté de la grande salle dite Salle de Jupiter ou Salle des Têtes, se trouve le Cabinet des Césars, conçu par Jules Romain, dont l'ensemble de fresques a été partiellement conservé. Des niches, sur la partie supérieure des murs, contenaient la série des onze Empereurs romains peints par Titien entre 1536 et 1540. Cette salle était un hommage à l'autorité impériale de Charles Quint dont dépendait la fortune politique du duc. La Salle de Troie, qui a donné son nom à l'appartement, est ornée de fresques représentant des épisodes marquants de la guerre des Grecs contre les Troyens telle qu'Homère la narra dans l'Iliade. Pour réaliser cette salle, Jules Romains suivit les instructions de l'humaniste Benedetto Lampridio qui arriva à la cour de Mantoue en 1536. Autrefois décorée de trophées militaires, cette salle rappelait les vertus guerrières de Frédéric II. Jules Romain décora de stucs la grande loggia dite la Loggia des Marbres, qui sera transformée en galerie début des années 1570. Cet espace, percé de trois grandes arcades et particulièrement lumineux, donne sur un jardin, le Cortile della Cavalerizza[4].

Vers 1570, Bertani, afin de pouvoir exposer les très nombreuses statues antiques de la collection des Gonzague, fit multiplier par deux la longueur de la salle et fermer les ouvertures qui donnaient sur la cour. Ainsi, le duc pouvait s'enorgueillir d'une galerie, lieu de représentation que l'on commençait à voir apparaitre dans les résidences nobles de Rome et de Florence [4].


Galerie

Notes et références

  1. Fermée après le tremblement de terre du 29 mai 2012, la Chambre des Époux est difficilement accessible
  2. Patrick Boucheron, De l'éloquence architecturale, Milan, Mantoue, Urbino (1450-1520), B2, , 70 p. (ISBN 978-2-36509-037-7)
  3. Piazza Sordello
  4. Barbara Furlotti et Guido rebecchini, L'art à Mantoue, Paris, Hazan, , 279 p. (ISBN 978-2-7541-0016-8).

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de la Lombardie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.