Parti communiste de la Syrie et du Liban

Le Parti communiste de la Syrie et du Liban (arabe : الحزب الشيوعي السوري اللبناني al-hizb al-shuyū'ī al-sūrī al-lubnānī), était un parti communiste fondé en 1924 par l’Égyptien d’origine libanaise Fouad Chemali, le Libanais Youssef Yasbek et l’Arménien Artin Madoian[1]. Son secrétaire général en a été le Kurde damascène Khalid Bagdache (en) dès 1936. Le parti était présent au Liban et en Syrie.

Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.

Parti communiste de la Syrie et du Liban
(ar) الحزب الشيوعي السوري اللبناني
Présentation
Fondation 1924
Disparition 1943
Fondateurs Fouad Chemali
Youssef Yasbek
Artin Madoyan
Remplacé par Parti communiste syrien
Parti communiste libanais
Idéologie communisme, marxisme
Affiliation internationale Komintern
Couleurs rouge

Fu'ad al-Shimali a représenté le parti au sixième congrès de l’Internationale communiste en 1928.

Sous l’occupation française, le parti était une organisation clandestine. Il a été brièvement légalisé sous le gouvernement du Front populaire, puis a été interdit à nouveau en 1941.

Dans les années 1930, le parti combat l'attrait que pouvait exercer le fascisme sur certains nationalistes qui imaginaient que celui-ci se proposait de libérer les Arabes de la colonisation britannique et française. L'écrivain communiste Raif Khoury indique au contraire que le fascisme « croyait fermement en la colonisation et se préparait pour la conquête ». Le secrétaire général du parti Khaled Bagdache, lors du premier congrès syro-libanais pour la lutte contre le fascisme (1939), s'oppose à l'attitude « neutraliste » adoptée par une partie du mouvement nationaliste dans le conflit opposant les pays démocratiques aux pays fascistes[2].

Le Parti communiste a été scindé fin 1943 en Parti communiste syrien et en Parti communiste libanais, mais cette décision n'est devenue effective qu'en 1964 ; dans l'intervalle un Comité central et un Bureau politique communs ont été maintenus[1].

Notes et références

  1. Claude Palazzoli, La Syrie - Le rêve et la rupture, Paris, Le Sycomore, 1977 (ISBN 2-86262-002-5)
  2. « Les communistes arabes et la lutte contre le fascisme et le nazisme (1935-1945) », Orient XXI, (lire en ligne, consulté le 17 août 2018)
  • Portail de la Syrie
  • Portail du Liban
  • Portail du communisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.