Parti togolais du progrès

Le Parti togolais du progrès (PTP) fut un parti politique togolais fondé par Nicolas Grunitzky, Pedro Olympio et Dermane Ayéva.

Modéré dans la lutte pour l'indépendance, le PTP et son allié l'Union des chefs et populations du nord (UCPN) remporta les élections de 1956 et forma un gouvernement après la proclamation de l'autonomie du Togo. Le PTP et l'UCPN furent battus en 1958 aux élections générales par les partis nationalistes du Comité de l'unité togolaise et de JUVENTO (Justice, Union, Vigilance, Education, Nationalisme, Ténacité, Optimisme). Ces derniers proclament l'indépendance du Togo le .

Le , un coup d'État orchestré par les services secrets français et exécuté par le sergent Etienne Gnassingbé se traduit par l'assassinat du président Sylvanus Olympio. Les leaders du PTP et de l'UCPN sont appelés à former un nouveau gouvernement. Le , le même Eyadéma (devenu lieutenant-colonel) opère un nouveau coup d'État et dissout tous les partis politiques. En 1969, le parti unique est proclamé et le Rassemblement du peuple togolais va instaurer une dictature jusqu'en 1991 où le multipartisme sera rétabli.

Les héritiers politiques du PTP se retrouvent principalement dans le Parti des démocrates pour le renouveau de Zarifou Ayéva même si ce dernier n'en revendique pas la filiation.

Bibliographie

  • Nicoué Lodjou Gayibor, « Le Parti togolais du progrès », in Histoire des Togolais. Des origines aux années 1960. Le refus de l'ordre colonial, volume 4, Karthala, 2011 (réimpr.), p. 577 (ISBN 9782811104870)
  • Portail de la politique
  • Portail du Togo
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.