Phalangium opilio

Phalangium opilio est une espèce de faucheux aranéomorphes de l'ordre des opilions, largement répandu dans le monde.

Description

Ses longues pattes sont brun orangeâtre à noires, et pourvues de nombreuses petites épines disposées en 4 ou 6 rangs parallèles sur les fémurs, tibias et tarses. Le patella équivaut à la moitié du tibia. La seconde paire de pattes est la plus longue.

Ses hanches, ses chélicères et ses pédipalpes sont jaune orangé. Son corps présente une face dorsale légèrement segmentée, grisâtre et verruqueuse. L'ornementation dorsale varie grandement selon les spécimens. Ses yeux sont noirs, globuleux et saillants sur la face dorsale. La face ventrale est blanche.

Dimorphisme sexuel

Le mâle se distingue par ses chélicères en forme de cornes[1].

Répartition et habitat

Répartition

Originaire de l'Eurasie, il fut introduit en Amérique du Nord, en Afrique du Nord et en Nouvelle-Zélande. C'est l'espèce en son genre la plus répandue sur la planète.

Habitat

Ce petit opilion vit dans les régions humides, notamment les marais et les tourbières, mais également dans les forêts, les champs, les broussailles, les pelouses, les jardins, autour des murs et des clôtures.

Cycle

Mature à la fin de l'été (d'où le nom de faucheux ou faucheur).

Alimentation

C'est un arthropode nocturne qui se nourrit de petits animaux vivants ou morts.

Systématique

L'espèce Phalangium opilio a été décrite par le naturaliste suédois Carl von Linné en 1758.

Confusion

Malgré sa ressemblance, un opilion n'est pas une araignée. Il est dépourvu de glandes sérigènes et ne peut produire de soie, ses pattes comportent de 20 à 80 segments, et son corps est uni. Chez l'araignée, le corps comprend un céphalothorax et un prosome, ou abdomen (insecte). Enfin, la femelle pond ses œufs dans une crevasse ou dans l'écorce d'un arbre, grâce à un ovipositeur télescopique. Odiellus pictus se distingue aisément à son motif contrastant sur sa face dorsale, et particulièrement à ses tarses composés de nombreux articles.


Notes et références

  1. Michael Chinery, Insectes (sic) de France et d'Europe occidentale, Paris, Flammarion, , 320 p. (ISBN 978-2-0812-8823-2), p. 301

Liens externes

  • Portail de l’arachnologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.