Phil Jackson

Philip Douglas Jackson (né le à Deer Lodge dans le Montana) est un ancien joueur et entraîneur de basket-ball. Il est, en tant qu'entraîneur, six fois champion NBA avec les Bulls de Chicago et cinq fois avec les Lakers de Los Angeles. Il détient le record de titres NBA (11), de finales disputées (13), de victoires en playoffs (229), de % de victoires en saison régulière (70,4 %) et en playoffs (68,8 %), ainsi que le deuxième meilleur bilan sur une saison régulière (72-10) en 1995-1996 derrière Golden State Warriors (73-9) en 2015-2016.

Pour les articles homonymes, voir Jackson.

Phil Jackson
Fiche d’identité
Nom complet Philip Douglas Jackson
Nationalité États-Unis
Naissance
Deer Lodge, Montana
Taille 2,03 m (6 8)
Poids 100 kg (220 lb)
Surnom Zen Master
Situation en club
Numéro 17, 18
Poste Ailier fort
Carrière universitaire ou amateur
1981-1984 Fighting Sioux du Dakota du Nord
Draft de la NBA
Année 1967
Position 17e
Franchise Knicks de New York
Carrière professionnelle *
SaisonClubMoy. pts
1967-1968
1968-1969
1969-1970
1970-1971
1971-1972
1972-1973
1973-1974
1974-1975
1975-1976
1976-1977
1977-1978
1978-1979
1979-1980
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Knicks de New York
Nets du New Jersey
Nets du New Jersey
6,1
6,3
3,7
5,8
6,9
9,2
9,1
4.8
3,1
1,8
5,1
2,9
8,6
Carrière d’entraîneur
1978-1981
1982-1987
1987-1989
1989-1998
1999-2004
2005-2011
Nets de Brooklyn (assi.)
Patroons d'Albany
Bulls de Chicago (assi.)
Bulls de Chicago
Lakers de Los Angeles
Lakers de Los Angeles
Basketball Hall of Fame 2007
* Points marqués dans chaque club dans le cadre de la saison régulière du championnat national.

Il a entrainé durant sa longue carrière des joueurs d'exception, tels que Michael Jordan, Scottie Pippen, Kobe Bryant ou Shaquille O'Neal. Il est également l'un des principaux utilisateurs de l'attaque en triangle[1].

En tant que joueur, Phil Jackson a également remporté deux titres de champion avec les Knicks de New York en 1970 et 1973.

Biographie

Carrière de joueur

Après une enfance stricte dans le Montana, Phil Jackson entre à l'Université du Dakota du Nord. Lors de la Draft 1967 de la NBA, il est choisi par les Knicks de New York. Bien qu'étant un athlète complet, avec des bras longs, Jackson est un tireur limité et relativement lent. Il compense ses faiblesses par son analyse du jeu et énormément de travail, spécialement en défense (il est d'ailleurs le joueur de la ligue commettant le plus de fautes en 1974-1975, titre qu'il partage avec Bob Dandridge[2]). Il fait partie durant sa première saison en NBA de la NBA All Rookie team[3]. Remplaçant clé de l'équipe des Knicks championne en 1973, il devient titulaire peu de temps après le départ de nombreux joueurs à la retraite. Jackson prend sa retraite en 1980 après deux dernières saisons pour les Nets du New Jersey.

Carrière d'entraîneur

Durant les années suivantes, Jackson entraîne principalement des équipes de ligues mineures, notamment en CBA avec le club des Patroons d'Albany (il y remporte un titre en 1984). Il recherche activement un emploi en NBA sans succès, peut-être à cause de son penchant connu pour les contre-cultures (notamment le mouvement hippie).

Il est finalement nommé en 1987 entraîneur-assistant aux Bulls de Chicago. Deux ans plus tard, il est nommé entraîneur. C'est là qu'il installe la fameuse attaque en triangle développée par Tex Winter et permet aux Bulls de remporter six titres. Jackson est aussi réputé pour son approche « zen » de l'entraînement qui lui permet de gérer des joueurs au caractère difficile, notamment Dennis Rodman, qu'il parvient à canaliser, réussissant l'un des plus grands paris du second three-peat des Bulls.

Rodman a ainsi été échangé peu avant la saison 1995-1996 par les Spurs de San Antonio. Le meilleur rebondeur de la ligue ne s'adapte pas au caractère strict de l'entraîneur Brian Hill, qui le transfère aux Bulls contre Will Perdue. Si sur le plan statistique les Bulls sont largement gagnants, de nombreux analystes craignent sur le moment que Rodman ne mette en péril l'équilibre des Bulls. Il n'en sera rien, Rodman sera un membre important de l'équipe triple-championne, défenseur hors pair et à chaque année meilleur rebondeur de la ligue.

Jackson est aussi réputé pour sa manière spéciale de faire passer ses messages aux joueurs : à l'entraînement, durant les séances de visionnage, il entrecoupe les analyses par des séquences de films. Il recommande régulièrement à ses joueurs de lire certains livres.

Sur le banc des Lakers

Mais les relations entre Phil Jackson et le general manager Jerry Krause empirent avec le temps. Après le titre de 1998, Jackson quitte l'équipe et prend une année sabbatique. Il apparaît que le départ de Jackson ait conditionné le départ à la retraite de Michael Jordan, qui paraissait pourtant désireux de continuer une année supplémentaire. Mais Krause semblait manifestement trop pressé de saborder son équipe vieillissante pour mieux la reconstruire.

Après une année de repos, Jackson redevient entraîneur cette fois aux Lakers de Los Angeles. Le défi est de taille, car en dépit du talent manifeste de Kobe Bryant et Shaquille O'Neal, Jackson doit gérer l'égo de ses deux stars. Il leur permet dès sa première saison de remporter le titre NBA, et trois titres en trois ans. La passe de quatre n'aura pas lieu, les Lakers sont arrêtés par les San Antonio Spurs durant les playoffs 2003.

Pour la saison 2003-2004, les Lakers sont ultra favoris grâce à l'arrivée de deux joueurs légendaires : Gary Payton et Karl Malone, tous deux à la recherche de leur premier titre. Durant la saison régulière, l'alchimie prend mal, les stars ayant du mal à jouer ensemble. Les Lakers atteignent néanmoins les finales NBA en prenant au passage leur revanche sur les Spurs durant les playoffs. Les Lakers sont donnés ultra-favoris pour les finales face aux Pistons de Détroit, mais à la surprise générale, les Pistons et leur défense rugueuse ont raison des Lakers qui semblent parfois trop suffisants et peu motivés. Les Lakers perdent en cinq matchs. Le , trois jours après sa première défaite en finales NBA en dix participations, Phil Jackson annonce sa démission.

Durant la saison 2004-2005, Phil Jackson est pressenti comme remplaçant de Lenny Wilkens aux Knicks de New York. C'est finalement Herb Williams qui prendra la position. Le , il retourne en tant qu'entraîneur aux Lakers de Los Angeles.

En 2007-2008, Phil Jackson atteint les finales avec les Lakers après avoir acquis la première place à l'Ouest (57 victoires, 25 défaites) mais ce sont les Celtics de Boston de Doc Rivers qui remportent le titre de Champion NBA en gagnant la série 4 à 2.

En 2008-2009, les Lakers se qualifient pour les playoffs et finissent meilleure équipe de la conférence ouest. Les Lakers remportent la finale 4-1 face au Magic d'Orlando et Phil Jackson devient l'entraîneur le plus titré de l'histoire de la NBA avec dix titres de champion devant Red Auerbach, l'entraîneur des Celtics de Boston dans les années 1960.

En 2009-2010 il est à nouveau champion après avoir battu les Celtics de Doc Rivers, 4 victoires à 3. Phil Jackson remporte par la même occasion son onzième titre NBA.

Il annonce le qu'il rempile avec les californiens pour une dernière saison qu'il espère " grande ". Mais le , son équipe est éliminée des playoffs par les Mavericks de Dallas en demi-finale de conférence, sur le score de 4 victoires à 0 (jamais son équipe n'avait été éliminée sur un tel score de toute sa carrière d'entraîneur jusqu'alors). Il prend alors sa retraite, qui était déjà programmée.

Après avoir été pressenti plusieurs fois pour un poste de dirigeant au sein de diverses franchises, notamment les Lakers, Phil Jackson est nommé officiellement président des Knicks de New York le . Il est démis de ses fonctions à l'été 2017, après un bilan mitigé en tant que General Manager.

Palmarès de joueur

Palmarès d'entraîneur

Équipe Année Saison régulière Playoffs
Victoires Défaites % victoire Classement Victoires Défaites % victoire Résultat
Bulls de Chicago 1989-1990 552767,12e en division Centrale10662,5 Défaite contre les Pistons de Détroit en finale de Conférence
Bulls de Chicago 1990-1991 612174,41er en division Centrale15288,2 Champion NBA
Bulls de Chicago 1991-1992 671581,71er en division Centrale15768,2 Champion NBA
Bulls de Chicago 1992-1993 572569,51er en division Centrale15478,9 Champion NBA
Bulls de Chicago 1993-1994 552767,12e en division Centrale6460,0 Défaite contre les Knicks de New York en demi-finale de Conférence
Bulls de Chicago 1994-1995 473557,33e en division Centrale5550,0 Défaite contre le Magic d'Orlando en demi-finale de Conférence
Bulls de Chicago 1995-1996 721087,81er en division Centrale15383,3 Champion NBA
Bulls de Chicago 1996-1997 691384,11er en division Centrale15478,9 Champion NBA
Bulls de Chicago 1997-1998 622075,61er en division Centrale15671,4 Champion NBA
Lakers de Los Angeles 1999-2000 671581,71er en division Pacifique15865,2 Champion NBA
Lakers de Los Angeles 2000-2001 562668,31er en division Pacifique15193,8 Champion NBA
Lakers de Los Angeles 2001-2002 582470,72e en division Pacifique15478,9 Champion NBA
Lakers de Los Angeles 2002-2003 503261,02e en division Pacifique6650,0 Défaite contre les Spurs de San Antonio en demi-finale de Conférence
Lakers de Los Angeles 2003-2004 562668,31er en division Pacifique13959,1 Défaite contre les Pistons de Détroit en finale
Lakers de Los Angeles 2005-2006 453754,93e en division Pacifique3442,9 Défaite contre les Suns de Phoenix au premier tour
Lakers de Los Angeles 2006-2007 424051,22e en division Pacifique1420,0 Défaite contre les Suns de Phoenix au premier tour
Lakers de Los Angeles 2007-2008 572569,51er en division Pacifique14766,7 Défaite contre les Celtics de Boston en finale
Lakers de Los Angeles 2008-2009 651779,31er en division Pacifique16769,6 Champion NBA
Lakers de Los Angeles 2009-2010 572569,51er en division Pacifique16769,6 Champion NBA
Lakers de Los Angeles 2010-2011 572569,51er en division Pacifique4640,0 Défaite contre les Mavericks de Dallas en demi-finale de Conférence
Total115548570,422910468,811 Championnats NBA
  • 11 titres NBA (6 avec les Bulls de Chicago et 5 avec les Lakers de Los Angeles). Record NBA.
  • 13 finales disputées. Record NBA.
  • 20 saisons : 1 155 victoires et 485 défaites.
  • 20 playoffs : 229 victoires et 104 défaites.
  • Record NBA du nombre de victoires en playoffs.
  • 70,5 % de victoires en saison régulière. Record NBA.
  • 69,7 % de victoires en playoffs. Record NBA.
  • 20 playoffs en 20 ans de carrière d'entraîneur. Jackson n'a jamais manqué la qualification pour les playoffs. Record NBA.
  • 5e coach pour le plus grand nombre de victoires en saison régulière.
  • 72 victoires 10 défaites sur la saison 1995-1996 avec les Bulls de Chicago.

CBA

NBA

  • 6 fois champion NBA avec les Bulls de Chicago (1991 à 1993 et 1996 à 1998).
  • NBA Coach of the Year (Entraîneur de l'année) en 1996.
  • 5 fois champion NBA avec les Lakers de Los Angeles (2000 à 2002 et 2009 à 2010) ; finaliste en 2004 et 2008.
  • 13 finales NBA disputées en tant qu'entraîneur (défaite en 2004 contre les Pistons de Détroit et en 2008 contre les Celtics de Boston).
  • Best Coach/Manager ESPY Award en 2002, 2009 et 2010.
  • En 48 séries de playoffs où l'équipe de Phil Jackson a gagné le premier match de la série, Jackson s'est imposé 48 fois

Livres

Phil Jackson est l'auteur d'une autobiographie: Un coach, onze titres NBA : Les secrets du succès sortie le et qui retrace sa vie en tant que joueur mais surtout en tant que coach. Il donnes ses secrets pour souder une équipe

Références

  1. Théophile Haumesser, « Vidéo : Phil Jackson explique l'attaque en triangle », sur Basketsession.com (consulté le 13 mars 2016)
  2. (en) « 1974-75 NBA Leaders », sur basketball-reference.com (consulté le 16 décembre 2014).
  3. (en) « NBA & ABA All-Rookie Teams », sur basketball-reference.com (consulté le 16 décembre 2014).

Liens externes

  • Portail du basket-ball
  • Portail des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.