Philippe Arthuys

Philippe Arthuys est un musicien et réalisateur français né à Paris le et mort le à Toulouse. Il est le fils de l'homme politique et résistant Jacques Arthuys, et père de la comédienne Sophie Arthuys, du réalisateur Bertrand Arthuys et du compositeur Christophe Arthuys.

Le Groupe de Recherche de Musique Concrète

C'est au sein du GRMC, avec Pierre Schaeffer et Pierre Henry, que Philippe Arthuys se familiarise avec la musique concrète. Le principe de base de la musique concrète consiste à travailler la matière sonore directement sur le support d'enregistrement, à partir d'une écoute assidue des éléments enregistrés, conformément à l'idée, que Schaeffer formule dès 1948, « qu'il existe un autre chemin que la notation pour accéder à la musique ». À cette période, la musique concrète paraît essentiellement destinée à renouveler la musique dramatique. Le tempérament d’Arthuys s'accommodant bien de cette tendance, il recherche surtout les rapports de la musique avec la poésie ou l'image, dans des œuvres illustrant des textes de Kipling (Le crabe qui jouait avec la mer, 1955) ou d’Apollinaire (Le voyeur, pour un film de Henri Gruel, 1956). La libération d’esprit et de technique ainsi trouvée influence les musiques de films qu'il compose pour Jacques Rivette (Paris nous appartient, 1961) et Jean-Luc Godard (Les Carabiniers, 1963). Mais la collaboration entre Maurice Béjart et Pierre Henry s'intensifie, et Philippe Arthuys se spécialise dans la composition de musiques de films, ce qui exaspère Pierre Schaeffer. Constatant qu'ils s'adonnent plus à la composition qu'à la recherche, celui-ci finit par les contraindre à démissionner du Groupe. Ce sera la fin de l'avant-garde de la musique concrète, et la naissance du GRM que l'on connaît encore aujourd'hui[1].

Compositeur

Philippe Arthuys défend l'idée que le traitement musical doit être appréhendé par-delà sa fonction de renforcement du récit. Le musical doit demeurer selon lui « en dehors du film »[2] : « Les nouvelles procédures prétendent à un plus haut degré d'abstraction, une plus grande complexité. En réaction, en lutte avec les images, son action visant à exhiber, voire à déterminer la structure filmique, le musical entre dans son rapport d'hétérogénéité avec le discours visuel.»[2]. Il écrit de nombreuses musiques de films, entre autres : Les Camisards (1970) et Rude journée pour la Reine (1973) de René Allio, Le Vent des Aurès (1966), Chronique des années de braise (Palme d'or au Festival de Cannes de 1975), Vent de sable (1982) et la Dernière Image (1986) de Mohammed Lakhdar-Hamina.

Parallèlement à la musique de film, Arthuys compose des musiques pour le théâtre, le cirque et la danse. Il écrit notamment la musique de Voilà l'homme (1956), ballet de Maurice Béjart sur un argument de Jacques Prévert[3].

Réalisateur

Parallèlement à sa carrière de compositeur, il se dirige vers la réalisation. Il travaille comme assistant réalisateur sur Vanina Vanini de Roberto Rossellini puis réalise de nombreux films, faisant notamment tourner Françoise Prévost dans La Cage de verre (coréalisateur : Jean-Louis Levi-Alvarès, 1965), sur l'holocauste juif ; Jean Vilar dans Des Christs par milliers (1969), sur la violence du monde ; Jean Négroni dans Noces de sève (1979), parabole antinucléaire.

Filmographie

Discographie

Liens externes

Notes et références

  1. Une culture du son, Evelyne Gayou http://www.mouvement.net/site.php?rub=2&fiche_alias=&id=136303d6dd5e9e87&fsize=5 (le lien ne semble plus marcher)
  2. Quand le film se fait musique : Une nouvelle ère sonore au cinéma, Jean-Claude Mari, L'Harmattan, p. 108
  3. Béjart, Antoine Livio
  • Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail de la musique
  • Portail du cinéma français
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.