Philippe Peschaud

Le colonel Philippe Peschaud, né le à Saint-Quentin (Aisne), et mort lundi à Paris, est un officier français de la 2e division blindée.

Philippe Peschaud
Biographie
Naissance
Décès
(à 91 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Militaire
Conjointe
Autres informations
Grade militaire
Distinctions

Biographie

Philippe Peschaud avait déserté en août 1940 pour rejoindre la France libre au Cameroun. Il avait réalisé un raid de 5 000 km à la boussole en 1942 pour aller chercher l'artillerie de la colonne Leclerc, devenue 2e DB. À la tête de son peloton de circulation routière, il avait ensuite « marqué la route » aux unités de la 2e division blindée du général Philippe Leclerc, des plages de Normandie au nid d'aigle d'Hitler à Berchtesgaden, en passant par la Libération de Paris.

Chargé de la sécurité personnelle du général Leclerc en Indochine, il avait quitté l'armée en 1947 pour créer une compagnie de transport de produits pétroliers. Président pendant trente-deux ans de l'Association des anciens de la 2e DB, le colonel Philippe Peschaud était grand-croix de la Légion d'honneur. Paradoxalement, il ne s'est jamais vu remettre la croix de Compagnon de la Libération. Cet illustre combattant est aujourd'hui inhumé au cimetière de sainte-Lucie en Corse près du village de Porto-Vecchio.

Très proche du général Leclerc qui est son témoin lors de son mariage le avec une rochambelle[1], Rosette Trinquet (1920-2015)[2], il n'a cessé toute sa vie de diffuser le culte et les idées chères au maréchal par le biais de la fondation Leclerc qu'il a créée et dirigée durant 32 années.

Voir aussi

Articles connexes

Notes et références

  1. « Biographie de Philippe Peschaud », Who's who en France, consulté le 1er septembre 2015.
  2. « Mort de la rochambelle Rosette Peschaud », Le Monde, 1er septembre 2015.
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de l’Aisne
  • Portail de la Résistance française
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.