Philippe Van Tieghem

Biographie

Orphelin de bonne heure, il est élevé par des membres de sa famille. Après l’obtention de son baccalauréat en 1856, il étudie à l’École normale supérieure et suit les cours de Joseph Bertrand (1822-1900), de Charles Sainte-Claire Deville (1814-1876) et de Louis Pasteur (1822-1895). Ce dernier le prend dans son laboratoire après son agrégation. Il commence à travailler sur des cultures de champignons et met au point la cellule de Van Tieghem, qui permet d’observer au microscope le développement du mycélium. Il obtient son doctorat de physique en 1864 et commence à enseigner la botanique à l’École normale supérieure. En 1866, il obtient un deuxième titre de docteur en histoire naturelle. De 1873 à 1886, il enseigne à l’École centrale des arts et manufactures. Il traduit, en 1873, le Traité de botanique de Julius von Sachs (1832-1897).

Il devient membre en 1871 de Société philomathique de Paris et en 1876 de l’Académie des sciences, institution qu’il dirige en 1899.

Van Tieghem entre au Muséum national d'histoire naturelle en 1878. Il enseigne également à l’Institut agronomique de Paris. Il est président de la Société botanique de France en 1881 puis en 1895 et rédacteur des Annales des sciences naturelles (section botanique)[1] entre 1882 et 1914.

Vie familiale

Il épouse en 1862 Hélène Sarchi, fille de l'essayiste Charles Sarchi (1803-1879) et de Félicité Rodrigues-Henriques, et petite-fille du philologue Philippe Sarchi. Il est le beau-père des botanistes Albert Mathieu Leclerc du Sablon, Gaston Bonnier et Julien Noël Costantin. De son union avec Hélène Sarchi, Philippe Van Tieghem eut un fils, Paul van Tieghem (de) (1871-1948), lequel donna naissance à Philippe Adrien Van Tieghem (de) en 1898; tous deux historiens de la littérature (le premier professeur à Louis le Grand et le second au lycée Pasteur), qui vont connaître une certaine notoriété au début du XXe siècle grâce à leurs importants travaux sur le mouvement romantique français et européen.

Œuvres et publications

  • Traité de botanique , Paris, F. Savy, 1884, 1 vol. (XXXI-1656 p.), ill., in-8, disponible sur Gallica.
  • Éléments de botanique, Paris, Masson, 3e éd. en 1898, 2 vol., ill., in-16 :
  1. tome I disponible sur Gallica
  2. tome II disponible sur Gallica

Notes et références

Annexes

Bibliographie

  • Nécrologie dans Le Miroir,
  • Julien Costantin, « Van Tieghem », Larousse Mensuel, n° 89, 1914, p. 184.
  • Comptes rendus de l'Académie des sciences, Paris, séance du (Archives de l'Académie des Sciences)
  • Gaston Bonnier, L'Œuvre de Philippe Van Tieghem, Imp. Bouloy, Nemours, 1915. Paru auparavant dans la Revue générale de botanique, 1914, tome 26, p. 353-441 [lire en ligne].

Liens externes

Tiegh. est l’abréviation botanique standard de Philippe Van Tieghem.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI

  • Portail de l’histoire de la zoologie et de la botanique
  • Portail de la France
  • Portail de la botanique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.