Pierre-Nicolas Bénard

Pierre-Nicolas Bénard est un architecte français mort en 1817.

Pour les articles homonymes, voir Bénard.

Pierre-Nicolas Bénard
Présentation
Décès 1817
Nationalité France
Mouvement architecture néoclassique
Formation élève d'Étienne-Louis Boullée
Pavillon du Parc Monceau, construit par Bénard entre 1803 et 1806, démoli dans les années 1860 (à l'emplacement des bâtiments situés entre les no 15-17 de la rue Murillo et le no 64 de la rue de Lisbonne).
Hôtel de l'administration du Timbre, rue de la Paix.

Biographie

Élève d'Étienne-Louis Boullée, Bénard épousa en 1787 la fille d'une demi-sœur de son maître, Adélaïde Jeanne Victoire Hennequin de Blissy.

Il seconda Boullée à plusieurs reprises, en particulier dans ses projets pour la transformation de la Bibliothèque royale.

Architecte du ministère des Finances, il entreprit, rue de Rivoli à Paris, la construction de l'hôtel des Postes, qui fut achevé par François-Hippolyte Destailleur et devint le siège du ministère des Finances. L'édifice a été incendié sous la Commune. Bénard bâtit également l'hôtel du Timbre, rue de la Paix[1].

À l'hôtel de Bourvallais, no 13 place Vendôme, il aménagea en 1814 la salle des séances du Conseil d'État, remplacée en 1827 par une salle à manger d'apparat (dite « Galerie Peyronnet ») construite par l'architecte François-Hippolyte Destailleur.

Dans le parc de Jeurre, il construisit la maison du portier (1813), la ferme de style piémontais (1810-1811), le pigeonnier (1812), qui furent complétés par Jacques-Charles Bonnard.

Héritier de Boullée, il fut l'usufruitier de ses dessins et les transmit à la Bibliothèque royale[2].

Notes et références

  1. M. Gallet, p. 60
  2. ^M. Gallet, p. 60

Voir aussi

Sources

  • Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle : Dictionnaire biographique et critique, Paris, Éditions Mengès, , 494 p. (ISBN 2-8562-0370-1)

Bibliographie


  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail du XVIIIe siècle
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.