Place Denis-Dussoubs (Limoges)

La place Denis-Dussoubs est une place circulaire, créée en 1712, et aujourd’hui lieu de la vie nocturne de Limoges.

Place Denis-Dussoubs

La place, de nuit
Situation
Coordonnées 45° 49′ 58″ nord, 1° 15′ 21″ est
Pays France
Ville Limoges
Quartier(s) Centre-ville
Début Boulevard Victor-Hugo
Rue Adrien-Dubouché
Rue des Combes
Avenue de la Libération
Fin Rue François-Chénieux
Rue Montmailler
Morphologie
Type Rond-point
Forme Circulaire
Longueur 65 m
Largeur 65 m
Superficie 2 200 m2
Histoire
Anciens noms Place Dauphine
Place des Sans-Culottes
Place de la Liberté
Place de la Révolution
Géolocalisation sur la carte : Limoges

Histoire

Unique place royale de Limoges, la place Denis-Dussoubs fut créée en 1712, et prit le nom de place Dauphine, en l’honneur du Dauphin, le futur Louis XV. Cette place faisait partie du premier projet d'ouverture de l'ancienne cité médiévale avec la destruction d'une partie des remparts, relancé et dirigé plus tard par l'intendant Turgot.

Vue de la place Denis-Dussoubs depuis la rue François-Chénieux

La place jouait un rôle important dans la circulation de la ville, car elle s'ouvrait — et s'ouvre encore — sur la route d'Angoulême (boulevard Victor-Hugo puis rue Armand-Dutreix), sur la route de Poitiers (rue Montmailler) et la route de Paris (rue François-Chénieux). Toutes les façades de la place présente la même forme (rouges et blanches autour des ouvertures) afin de mettre en valeur la statue royale, qui était sans doute celle de Louis XIV, et qui trônait alors au centre de la place. Une plaque aux armes du royaume de France, et portant la date « 1712 », située à l'angle avec la rue Montmailler rappelle sa création.

Un plan de Turgot est fixé et arrêté en 1775 ; la place prendra la forme qu'on lui connaît véritablement, circulaire. Les façades des bâtiments furent imposées. On privilégia la brique à la pierre et au bois, plus coûteux. Cependant, la place ne fut jamais achevée en suivant tout à fait ce plan[1].

En 1790, la place prend le nom éphémère de place des Sans-Culottes, puis rapidement celui de place de la Liberté, pour devenir à la IIe République place de la Révolution.

La fontaine supportant des dauphins, œuvre de Broussaud, construite en l'honneur du roi, ne supporta pas la Révolution.

Sous la IIIe République, cette statue détruite à la Révolution française fut remplacée par celle de Denis Dussoubs (œuvre de Roussel-Bardelle) qui mourut sur les barricades de Paris en 1851, donnant ainsi son nom définitif à la place. Durant la Seconde Guerre mondiale, la statue de bronze fut fondue par l'Occupant pour des besoins militaires.

Aujourd’hui, la place Denis-Dussoubs est l’un des lieux de la vie nocturne de Limoges avec ses cafés, sa brasserie et le cinéma « grand écran ».

Bâtiments

  • n°4 : Comité départemental du tourisme de la Haute-Vienne.
  • n°8 : Brasserie artisanale Michard (ancienne Brasserie Saint-Martial). Il s’agit de la dernière brasserie de la ville, qui comptait de nombreuses unités de production artisanale encore au milieu du XXe siècle. La brasserie est un des bars les plus fréquentés de Limoges ; la possibilité de manger des flammekueche et les vitrines laissant voir les cuves de la brasserie font, en plus de la qualité apparente de la bière, l’attrait du lieu.
  • n°11 : Cinéma Multiplex Grand Écran. Le plus grand cinéma de la ville (14 salles).

Bibliographie

L. Bourdelas, Histoire de Limoges, Geste Editions, 2014.

Notes

  1. Pays du Limousin (numéro spécial), Clémentine Perrin, décembre 2007
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de Limoges
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.