Plinio Martini

Plinio Martini, né à Cavergno le et mort à Cavergno le , est un écrivain et poète suisse de langue italienne.

Plinio Martini
Naissance
Cavergno
Décès
Cavergno
Auteur
Langue d’écriture Italien
Genres
poésie, roman

Biographie

Plinio Martini est le deuxième de huit enfants et grandit dans un milieu modeste[1]. Après l'École normale de Locarno, Martini enseigne d'abord à l'école primaire de Cavergno et ensuite à l'école secondaire de Cevio. Ses écrits sont inspirés par la vie des habitants du Val Maggia[2].

Largement autodidacte[3], Martini commence en écrivant des poèmes[4] et des récits pour la jeunesse. Inspiré par les œuvres d'auteurs italiens classiques, comme Leopardi et Pascoli, ainsi que contemporains, par exemple Montale et Ungaretti, il parvient à « assimiler plusieurs modèles et [à] les refondre dans une écriture toute personnelle[3] ». En 1970, Martini publie Au fond du sac (récompense de la Fondation Schiller Suisse), "le roman suisse-italien le plus lu en 500 ans d'histoire de la Suisse italienne"[5]. Cet ouvrage raconte la vie menée au Val Bavona au début du XXe siècle, ainsi que l'expérience d'un jeune homme émigrant à l'étranger[6]. En 1975, il écrit son deuxième roman, Requiem pour tante Domenica (livre de la Fondation Schiller Suisse 1977), qui avec Au fond du sac compte parmi ses œuvres les plus connues.

Martini a été membre du Parti socialiste autonome[7], une dissidence de gauche de la section tessinoise du parti socialiste suisse.

Il meurt à 56 ans, après deux années de maladie[5].

Publications

  • Paese così, Locarno, Carminati, 1951
  • Diario forse d'amore, Locarno, Carminati, 1953
  • Storia di un camoscio, Zurigo, Edizioni Svizzere per la Gioventù, 1956
  • Acchiappamosche e il maiale, Zurigo, Edizioni Svizzere per la Gioventù, 1962
  • Il fondo del sacco, Bellinzona, Edizioni Casagrande, 1970
  • Requiem per zia Domenica, Milano, Il Formichiere, 1976
  • Delle streghe e d'altro, a cura di Alessandro Martini, Locarno, Dadò, 1979.
  • Corona dei Cristiani, a cura di Alessandro Martini, Locarno, Dadò, 1993
  • Nessuno ha pregato per noi, Interventi pubblici 1957-1977, a cura di Ilario Domenighetti, Locarno, Dadò, 1999

En traduction française

  • Le fond du sac, trad. de l'italien par Jeannine Gehring, B. Galland, 1977
  • Chasse aux sorcières, récits ; trad. de l'italien par Marie-Claire Gérard-Zai, Éditions de l'Aire, 1989
  • Requiem pour tante Domenica, trad. de Christian Viredaz, Éditions de l'Aire, 1994
  • Poésies inédites, trad. de l'italien par Dominique Hauser, Éditions de l'Aire, 2005

Bibliographie

  • Giovanni Orelli, Svizzera Italiana, Editrice La Scuola, Brescia 1986, 28, 119, 221-223.
  • Flavio Medici, A trent'anni dalla morte per rileggere Plinio Martini, in Rivista di Locarno, 8-9, Locarno agosto-settembre 2009, 35-36.

Notes et références

  1. (de) « Plinio Martini, Lehrer und Schriftsteller », sur TicinArte (consulté le 21 mars 2016)
  2. Larousse en ligne
  3. Ilario Domenighetti, « A la Une : Plinio Martini », sur Culturactif Suisse, (consulté le 21 mars 2016)
  4. Ilario Domenighetti, « Martini, Plinio » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne. consulté le 21 mars 2016.
  5. Ilario Domenighetti, « Plinio Martini », sur Fondazione Valle Bavona (consulté le 9 mars 2016)
  6. (it) Matteo Ferrari, « Ma un titolo, in fondo, come nasce? », sur Bibliothèque nationale suisse (consulté le 21 mars 2016)
  7. Gazette de Lausanne, 23.9.1989

Liens externes

  • Portail de la littérature
  • Portail du canton du Tessin
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.