Porto Covo

Porto Covo est l'une des deux « paroisses civiles » (freguesias) de la municipalité de Sines. Elle se trouve sur la côte ouest du Portugal, à environ 170 km de Lisbonne, et est bien connue pour ses plages. Le nom Porto Covo signifie probablement « Port des covos », un covo étant une sorte de nasse pour capturer homards et crabes.

Ne doit pas être confondu avec Porto Cervo.

Porto Covo

Héraldique
Administration
Pays Portugal
Région Alentejo
Sous-région Alentejo littoral
District Setúbal
Concelho Sines
Démographie
Population 1 116 hab. (2001)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 51′ 06″ nord, 8° 47′ 31″ ouest
Superficie 48,73 km2
Fuseau horaire Portugal
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Portugal
Porto Covo
Géolocalisation sur la carte : Portugal
Porto Covo

    Géographie

    L'océan Atlantique, à l'entrée du port de Sine à Porto Covo. Janvier 2020.

    Porto Covo a une superficie de 48,73 km2[1] et compte environ 1 400 habitants en 2008. La densité de population est de 22,9 hab/km2. Porto Covo se trouve sur la côte à environ 13 km au sud du port de Sines et à 170 km de la capitale, Lisbonne. Au cours des 2 dernières décennies, l'endroit est devenu une destination appréciée des touristes grâce à ses excellentes plages (dont beaucoup ne sont que de petites criques entre les rochers), ses beautés naturelles, et sa gastronomie. Durant l'été, la population décuple quasiment, avec l'arrivée de gens venus de tout le pays vers leur maison de vacances, leur appartement de location, ou le camping. L'île de Pessegueiro, avec son fort, est distinct du territoire de la freguesia de Porto Covo sur le plan géographique.

    La place principale de Porto Covo, Praça Marquês de Pombal, la place du marquis de Pombal, construite par le baron de Porto Covo à la fin du XVIIIe siècle.
    L'océan Atlantique, vu de Porto Covo.

    Histoire

    Le port de Porto Covo, vu de l'est.

    Au début du XVIIIe siècle, Porto Covo était un très petit village du littoral qui vivait de la pêche et du commerce. Cependant, son petit port était beaucoup tributaire des conditions climatiques et, lorsque le temps était mauvais, on ne pouvait sans risques ni entrer ni sortir du port. Vers la fin du siècle, un riche bourgeois de la capitale, Fernandes Bandeira, commença à s'intéresser à l'endroit, et encouragea ses activités de pêche et ses activités agricoles, ainsi que la rénovation du village[1]. Ses efforts furent reconnus par la Cour, et il fut fait baron de Porto Covo, en 1804.

    Près du village se trouvent deux forteresses de la fin du XVIe siècle, à l'époque du règne du roi Philippe Ier de Portugal (Philippe II d'Espagne) : l'une se trouve sur l'île de Pessegueiro, et est aujourd'hui en ruines ; l'autre se trouve sur la côte juste en face[1]. Toutes deux furent construites pour contribuer à la défense et à la surveillance de la zone, qui était supposée devenir un grand port maritime.

    La paroisse de Porto Covo fut officiellement créée le . L'île de Pessegueiro fait partie de la paroisse. Jusqu'à cette date, ce n'était que l'un des districts portant ce nom. Une chanson de Rui Veloso a pris le nom de ces freguesias et les a fait connaître du peuple portugais.

    Annexes

    Notes

      Références

      1. « Le jardin du Portugal : Porto Covo », sur lejardinduportugal.net (consulté le 22 juillet 2009)

      Bibliographie

      Articles connexes

      Liens externes

      • Portail du Portugal
      Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.