Protestantisme en Italie

Le protestantisme en Italie est une branche chrétienne minoritaire comportant plusieurs Églises.

L'Église catholique est de loin la principale dénomination chrétienne en Italie, mais le protestantisme a une présence significative. Une approximation du nombre de protestants en Italie est fournie par le CESNUR (think tank italien dédié aux études religieuses, en particulier sur les nouvelles religions en Italie) : il y aurait 442 377 protestants en Italie, soit environ 0,73% de la population totale. Toutefois, en raison de la difficulté de tenir des décomptes précis concernant les appartenances religieuses des immigrés dans le pays, ce chiffre n'est qu'une approximation[1]. La dénomination majoritaire est de loin le pentecôtisme avec 340 000 adhérents, suivi par les églises historiques avec 71 600 membres[2]. La principale de ces églises historiques est l'Église évangélique vaudoise.

Histoire

Église vaudoise

La plus ancienne des églises protestantes d'Italie, l'Église évangélique vaudoise, est une confession pré-luthérienne fondée par le Lyonnais Pierre Valdès au XIIe siècle. Durant la réforme protestante, l'église adhère à la théologie calviniste et devient la branche italienne des églises réformées. L'essentiel de cette église est concentrée dans un groupe de vallées alpines, les « vallées vaudoises » (Val Pellice, Val Cluson et Val Germanasca), dans l'ouest du Piémont. Depuis 1975, les Vaudois forment une église unie avec l'Église évangélique méthodiste en Italie[3].

Dans le reste de l'Italie, la Réforme a commencé à la fin du XVe siècle et s'est effondrée rapidement au début du XVIIe siècle victime d'une sévère répression de la part de l'inquisition de l'Église catholique. Des groupes de protestants italiens ont alors retrouvé une vie plus paisible en Suisse, en particulier dans la région des Grisons.

Le , Charles Albert, roi de Piémont-Sardaigne, accorde la liberté religieuse et l'émancipation civique aux Vaudois. La liberté de culte et l'égalité des droits civiques et politiques ont ensuite été étendues aux Juifs et aux autres États italiens qui ont été progressivement annexés au Piémont-Sardaigne au cours du processus d'unification de l'Italie. La nouvelle église vaudoise a vu le jour ainsi que l'église chrétienne libre (qui a duré de 1852 à 1904) et l'église chrétienne évangélique des Frères. Pendant ce temps, des missionnaires britanniques et américains commencèrent à prêcher et à établir des églises anglicanes, méthodistes et baptistes.

Dynamique évangélique actuelle

Au début du XXe siècle, les missionnaires répandent le pentecôtisme dans le pays. De nos jours, la plupart des congrégations pentecôtistes résultantes appartiennent aux assemblées de Dieu en Italie, à la fédération des églises pentecôtistes et à l'église apostolique en Italie.

La Fédération des Églises évangéliques en Italie (FCEI), formée en 1967, comprend toutes les églises protestantes historiques d'Italie (y compris l'Union des églises méthodiste et vaudoise, l’église évangélique luthérienne en Italie, l'Union chrétienne évangélique baptiste d'Italie et des églises mineures), plus deux membres observateurs avec un grand nombre d'adhérents, la fédération des églises pentecôtistes et l'union italienne des églises chrétiennes adventistes du Septième Jour[4].

Le protestantisme, surtout dans ses formes évangéliques et pentecôtistes, est donc en augmentation. Massimo Introvigne, fondateur et directeur du CESNUR, rappelle comment Giorgio Bouchard, un pasteur vaudois, lui a dit que « quand il est né, le protestant typiquement italien était un homme, vivait au Piémont, avait un nom de famille comme Bouchard et était un Vaudois » , alors que « aujourd'hui, le croyant protestant typiquement italien est une femme, vit en Campanie ou en Sicile, s'appelle Esposito et est pentecôtiste ». Sans surprise, les Assemblées de Dieu ont la majorité de leurs communautés dans le sud et, selon Caritas Italiana (it), en 2012, l'Italie comptait 850 « églises néo-pentecôtistes africaines »[5].

Voir aussi

Notes et références

  1. Massimo Introvigne et PierLuigi Zoccatelli, « Le Religioni in Italia », sur http://www.cesnur.com, CENSUR (consulté le 27 décembre 2015)
  2. (en) « Number of Italian citizens belonging to Protestantism in Italy in 2017, by denomination », sur Statista, the Statistics Portal (consulté le 2 avril 2018)
  3. « Chiesa Evangelica Valdese ; Unione delle Chiese metodiste e valdesi », Chiesavaldese.org (consulté le 29 mai 2015)
  4. (it) « FCEI », sur le site de la Federazione delle chiese evangeliche in Italia (consulté le 2 avril 2018)
  5. « XXIII Rapporto Immigrazione 2013 » [PDF], Chiesacattolica.it (consulté le 2 octobre 2015)
  • Portail de l’Italie
  • Portail du protestantisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.