Provinces de Chine

Les provinces de Chine (sheng) sont la plus haute division administrative en république populaire de Chine. Il existe trente-quatre divisions de cette sorte, réparties en vingt-trois provinces (contesté, voir ci-dessous), quatre municipalités, cinq régions autonomes et deux régions administratives spéciales[1].

Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

De plus, la république populaire de Chine (RPC) réclame la souveraineté des territoires administrés par la république de Chine (RC) comme faisant partie de leur propre province de Taïwan. La RC administre également certaines îles qui font partie de la province du Fujian. Celles-ci font partie de la province autrefois unifiée du Fujian, qui depuis la guerre civile chinoise en 1949 a été divisée entre la RPC et la RC.

Chaque province possède un comité provincial du Parti communiste chinois, dirigé par un secrétaire. Le secrétaire du comité est responsable de la province, plutôt que le gouverneur du gouvernement provincial.

Types de provinces

Municipalité

La municipalité (chinois : 直辖市 ; pinyin : zhíxiáshì) constitue le plus haut niveau d'une ville, qui est directement sous le contrôle du gouvernement chinois, avec un statut équivalent à une province. En pratique, leur statut politique est même supérieur aux provinces communes.

Province

La province (chinois :  ; pinyin : shěng) possède un gouvernement provincial qui est dirigé par un comité provincial, à la tête duquel se trouve un secrétaire. Le secrétaire du comité est responsable de la province, à un niveau supérieur du gouverneur du gouvernement provincial.

La RPC revendique l'île de Taïwan et les îlots environnants, dont Penghu, en tant que province de Taïwan. Les îles de Kinmen et Matsu sont revendiquées par la RPC comme faisant partie de la province du Fujian. Les îles de Pratas et Itu Aba quant à elles sont revendiquées comme faisant partie respectivement des provinces du Guangdong et du Hainan. Ces territoires sont contrôlés par la république de Chine, communément appelée Taïwan.

Région autonome

La région autonome (chinois : 自治区 ; pinyin : zìzhìqū) est peuplée en majorité par un groupe ethnique minoritaire (少数民族, shǎoshù mínzú) et possède son propre gouvernement local. Les régions autonomes possèdent en théorie plus de droits législatifs que dans la pratique. Le dirigeant des régions autonomes est traditionnellement désigné par le groupe ethnique minoritaire.

Région administrative spéciale

La région administrative spéciale (RAS) (chinois : 特別行政區 ; pinyin : tèbiéxíngzhèngqū) est une division sub-nationale autonome et auto-gouvernée de la république populaire de Chine, qui est directement contrôlée par le gouvernement central de la RPC. Chaque RAS possède un statut équivalent à une province[2],[3],[4]. Un chef de l'exécutif est à la tête de la région et du gouvernement. Le gouvernement de la région n'est toutefois pas complètement indépendant, puisque la politique étrangère et la défense militaire restent de la responsabilité du gouvernement central de la RPC.

Liste des divisions de niveau provincial

NomSimpl.Trad.PinyinAbréviationCapitaleSuperficiePopulation
Municipalité de Pékin北京市北京市Běijīng ShìJīng-16 800 km219 612 368
Municipalité de Tianjin天津市天津市Tiānjīn ShìJīn-11 305 km212 938 224
Municipalité de Shanghai上海市上海市Shànghǎi Shì-6 340 km223 019 148
Municipalité de Chongqing重庆市重慶市Chóngqìng Shì-82 300 km228 846 170
Région autonome de Mongolie-Intérieure内蒙古自治区內蒙古自治區Nèi Měnggǔ ZìzhìqūMěngHohhot1 183 000 km224 706 321
Région autonome du Guangxi广西壮族自治区廣西壯族自治區Guǎngxī Zhuàngzú ZìzhìqūGuìNanning236 000 km246 026 629
Région autonome du Tibet西藏自治区西藏自治區Xīzàng ZìzhìqūZàngLhassa1 228 400 km23 002 166
Région autonome du Ningxia宁夏回族自治区寧夏回族自治區Níngxià Huízú ZìzhìqūNíngYinchuan66 400 km26 301 350
Région autonome du Xinjiang新疆维吾尔自治区新疆維吾爾自治區Xīnjiāng Wéiwú'ěr ZìzhìqūXīnÜrümqi1 660 400 km221 813 334
Région administrative spéciale de Hong Kong香港特别行政区香港特別行政區Xiānggǎng Tèbié XíngzhèngqūGǎng-1 104 km27 061 200
Région administrative spéciale de Macao澳门特别行政区澳門特別行政區Àomén Tèbié Xíngzhèngqūào-29 km2552 300
Anhui安徽安徽ĀnhuīWǎnHefei139 600 km259 860 000
Fujian福建福建FújiànMǐnFuzhou121 400 km234 710 000
Gansu甘肃甘肅GānsùGān,
Lǒng
Lanzhou390 000 km225 620 000
Guangdong广东廣東GuǎngdōngYuèGuangzhou197 000 km286 420 000
Guizhou贵州貴州GuìzhoūQián,
Guì
Guiyang176 000 km235 250 000
Hainan海南海南HǎinánQióngHaikou34 000 km27 870 000
Hebei河北河北HéběiShijiazhuang187 700 km267 440 000
Heilongjiang黑龙江黑龍江HēilóngjiāngHēiHarbin460 000 km236 890 000
Henan河南河南HénánZhengzhou167 000 km292 560 000
Hubei湖北湖北HúběiÈWuhan187 500 km260 280 000
Hunan湖南湖南HúnánXiāngChangsha210 500 km264 400 000
Jiangsu江苏江蘇JiāngsūNanjing100 000 km274 380 000
Jiangxi江西江西JiāngxīGànNanchang169 900 km241 400 000
Jilin吉林吉林JílínChangchun187 400 km227 280 000
Liaoning辽宁遼寧LiáoníngLiáoShenyang145 900 km242 380 000
Qinghai青海青海QīnghǎiQīngXining720 000 km25 180 000
Shaanxi陕西陝西ShǎnxīShǎn,
Qín
Xi'an206 000 km236 050 000
Shandong山东山東ShāndōngJinan156 700 km290 790 000
Shanxi山西山西ShānxīJìnTaiyuan150 000 km232 970 000
Taïwan (contesté)台湾臺灣TáiwānTái Taipei36 000 km223 000 000
Sichuan四川四川SìchuānChuān,
Shǔ
Chengdu480 000 km283 290 000
Yunnan云南雲南YúnnánDiān,
Yún
Kunming394 000 km242 880 000
Zhejiang浙江浙江ZhèjiāngZhè Hangzhou101 800 km246 770 000

Carte

Divisions administratives et disputes territoriales de la république populaire de Chine

Histoire

Les dirigeants de la Chine mettent en place les dix premières provinces sous la dynastie Yuan (1271-1368). Avec la dynastie Qing en 1644, le nombre de provinces passe à dix-huit, toutes situées en Chine historique :

Chaque province possède un xunfu (chinois : 巡撫, traduit par Gouverneur), un contrôleur politique sous l'autorité de l'empereur et un tidu (chinois : 提督, traduit par Capitaine général), un gouverneur militaire. De plus, il y a un zongdu (chinois : 總督), un inspecteur général militaire ou gouverneur général, pour deux ou trois provinces.

Les régions en dehors de la Chine historique ne sont pas divisées en provinces. Des dirigeants militaires ou des généraux supervisent la Mandchourie (constituée de Fengtian (maintenant Liaoning), Jilin, Heilongjiang) et le Mongolie, alors que des civils (dutong, chinois : 副都統) dirigent les ligues, une subdivision de la Mongolie. Les ambans (chinois : 驻藏大臣) supervisent l'administration du Tibet.

En 1884, le Xinjiang devient une province. En 1907, Fengtian, Jilin et Heilongjiang constituent des provinces proprement dites. Taïwan devient une province en 1885, mais la Chine cède l'île au Japon en 1895. De ce fait, il ne reste que 22 provinces en Chine à la fin de la dynastie Qing.

La république de Chine, établie en 1912, instaure quatre nouvelles provinces en Mongolie-Intérieure et deux provinces dans le Tibet historique, menant au nombre de 28 provinces. Mais la Chine perd quatre provinces avec l'établissement de l'état pro-japonais du Mandchoukuo en Mandchourie. Après la défaite du Japon en 1945, la Chine ré-intègre 10 provinces en Mandchourie et assume le contrôle de Taïwan. De ce fait, la république de Chine compte en 1946 35 provinces. Bien que la république de Chine ne contrôle maintenant qu'une seule province et quelques îles d'une seconde province (Fujian), elle continue à revendiquer formellement 35 provinces.

Liste des anciennes provinces

La république populaire de Chine a aboli beaucoup de provinces dans les années 1950 et en a converti un certain nombre en régions autonomes. Le Hainan devient une province séparée en 1988, apportant le nombre total de provinces sous le contrôle de la RPC à 22.

Références

Articles connexes

  • Portail de la Chine
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.