Quartiers de Charleroi

Le Conseil communal de Charleroi du décide de remplacer la subdivision héritée des frontières entre les 15 anciennes communes de la Ville fusionnée par 55 quartiers.

Les 15 communes fusionnées

Carte des 15 sections de Charleroi

Quartiers et hameaux

Avant la fusion, les anciennes communes étaient déjà divisées en plusieurs quartiers, hameaux et autres subdivisions administratives, parfois très anciennes. Quelques exemples :

  • Lodelinsart, comportait, au XIXe siècle, outre son chef-lieu, les hameaux de Bonnaire, Chenois, Charniat, Gros-Fayt, Oniat, Romon-Cheval et Warchat[1].
  • Charleroi, comportait dans les années 1950, quatre divisions administratives, officiellement Sud, Centre, Nord (A et B)[2]. La division Nord B, communément appelée Broucheterre est déjà mentionnée sous le nom Brousseterre en 1297, avant la fondation de Charleroi[3].

Divisions en 55 quartiers

L'objectif poursuivi était de faire coller les subdivisions à la réalité du terrain, de l'histoire et du vécu des habitants. Le maintien de la division sur base des quinze communes fusionnées n'était plus, et dans certains cas depuis bien avant la fusion, conforme à ces données. Le creusement du canal Bruxelles-Charleroi et la mise en place du réseau ferré au XIXe siècle ; la construction des autoroutes dans le dernier quart du XXe siècle et l'allongement de la piste de l'aéroport au début du XXIe siècle ont créé de nouvelles frontières qui dans de nombreux cas constituent les limites des quartiers actuels.

Le nom de plusieurs anciens hameaux a été utilisé dans la nouvelle subdivision.

Le débat au Conseil communal fut houleux, car cette nouvelle division toucha à l'électorat de chacun des conseillers[4], principalement ceux du parti socialiste, et à l'organisation géographique interne de ce parti, basée sur les anciennes communes.

Liste des quartiers

Carte des 55 quartiers de Charleroi
  1. Gosselies Centre
  2. Le Faubourg de Bruxelles
  3. Sart Les Moines
  4. Roux Centre
  5. Heigne
  6. Jumet Chef Lieu
  7. Houbois
  8. Masses Diarbois - Tailleny
  9. Le Soquoy
  10. Les Raspes
  11. Ransart Bois
  12. Les Hamendes
  13. Le Gros Fayt
  14. Lodelinsart Centre
  15. Jumet Station
  16. Gohyssart
  17. Les Aiselies - La Bassée
  18. Hubes-Martinet
  19. La Bretagne
  20. Goutroux - Amérique
  21. Les Grands Trieux
  22. Monceau Parc
  23. Le Hameau
  24. La Docherie
  25. Marchienne État
  26. Fourcault Coucou
  27. Dampremy Centre
  28. La Broucheterre
  29. Le Faubourg
  30. La Ville Haute
  31. La Ville Basse
  32. Gilly Haies
  33. Les Quatre Bras de Gilly
  34. Sart Culpart
  35. Le Sart Allet
  36. Les Corvées
  37. La Neuville
  38. Montignies Centre
  39. Les Trieux - Saint-Jean
  40. Le Roctiau
  41. Les Fiestaux
  42. Couillet Centre
  43. Amérique-La Queue
  44. Le Transvaal - Hublinbu
  45. Marcinelle Centre
  46. La Villette - Belle Vue
  47. Le Quartier du XII
  48. Sart Saint-Nicolas - Les Haies
  49. La Bruyère
  50. Les Gonceries
  51. Les Haies Gadin
  52. Mont-sur-Marchienne Centre
  53. Matadi
  54. Marchienne Est - Forêt Libre
  55. Marchienne Cartier

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie

  • Michel Poulain (dir.), Ville de Charleroi - Atlas géostatistique des quartiers, Charleroi,

Notes et références

  1. Philippe Vandermaelen, Dictionnaire géographique de la province de Hainaut, Bruxelles, Établissement géographique, , p. 303.
  2. Jean Everard, Monographie des rues de Charleroi, Charleroi, Collins, , 223 p., In-12, p. 9-15
  3. Emile Lempereur, Charleroi à cœur ouvert, Paris-Gemboux, Duculot, coll. « Des villes et des hommes », , p. 8
  4. Denis Ghesquière, « Un petit Yalta au Conseil communal », Le Soir, , p. 19 (lire en ligne).


  • Portail de Charleroi
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.