Quintil

Un quintil est une strophe composée de cinq vers sur deux rimes.

Au Moyen Âge

À cette époque, il est souvent de structure aabba : on le nomme alors « cinquain » ou « chinquain ». On le trouve également dans les ballades.

Exemple : Christine de Pisan Rondeaux, avant 1430

« Je ne sais comment je dure,
Car mon dolent cœur fond d’ire
Et plaindre n’ose, ni dire
Ma douloureuse aventure.
Ma dolente vie obscure,
Rien, fors la mort désir ; <Rien, fors la mort ne désire>
Je ne sais comment je dure
Et me faut par couverture,
Chanter mon cœur soupire
Et faire semblant de rire ;
Mais Dieu sais ce que j’endure <Mais Dieu sait (...)>
Je ne sais comment je dure. »
  • embrassé : abba
  • croisées : abab
  • plates (suivies) : aabb[1].

Le romantisme

Les romantiques et les parnassiens renouvellent cette forme médiévale par les rimes abaab, grâce auxquelles un déséquilibre se crée qui est comblé au dernier vers. (Notons que ce schéma est déjà employé dans les "Stances à l'Inconstance" d'Étienne Durand, 1611.) Ainsi dans Fantômes de Victor Hugo :

« Hélas ! que j'en ai vu mourir de jeunes filles !
C'est le destin. Il faut une proie au trépas.
Il faut que l'herbe tombe au tranchant des faucilles ;
Il faut que dans le bal les folâtres quadrilles
         Foulent des roses sous leurs pas. »

Notes et références

  1. Source  : 90 poèmes classiques et contemporain

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la poésie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.