Ralph Woodford

Ralph Woodford of Carlby[1], esquire[2], premier baronnet de Carlby[3] né en juillet 1734[4], en Angleterre, est un homme politique, diplomate et écrivain anglais.

Ralph Woodford of Carlby
Naissance
Angleterre
Décès (à 76 ans)
Cheltenham, Angleterre
Nationalité Anglaise
Profession
Politicien, diplomate, écrivain
Ascendants
Matthew Woodford, Mary Brideoak
Conjoint
Lady Gertude Reesen
Descendants
Sir Ralph-James Woodford, Lady Elizabeth Woodford

Fils de Matthew Woodford, esquire de Southampton, et de son épouse Mary Brideoak[5] - ancêtres directs de la princesse de Galles, Diana Spencer - Ralph Woodford est issu de la famille Woodford[6], laquelle remonte à John de Woodford, fils d'un gentleman originaire de la région de Salisbury vivant au début du XIIIe siècle[7]. La famille Woodford compte parmi ses membres le peintre Samuel Woodforde, le diariste Robert Woodforde (1606-1654) ou bien encore le révérend James Woodforde (1740–1803), l'auteur de The Diary of a Country Parson.

Ralph Woodford figure, en 1796, dans le Boyle's Court and Country Guide and Town Visiting Directory.

Carrière

Membre du Parlement de Grande-Bretagne[8], Ralph Woodford est nommé, le 16 juin 1760, secrétaire d'ambassade auprès de la cour d'Espagne, à Madrid[9]. Il reste à ce poste jusqu'au 24 mai 1762. Le 16 mars 1763, il est nommé résident britannique auprès des Villes hanséatiques, notamment à Hambourg. Ce poste prend fin le 3 juillet 1772. Le même jour, il devient ministre extraordinaire auprès de la cour de Danemark et réside à Copenhague. Il quitte ce poste deux ans plus tard, le 5 juillet 1774. Le 12 janvier 1785, Ralph Woodford est nommé commissaire chargé de travailler, avec le commissaire du roi d'Espagne, sur les questions touchant aux nouveaux accords commerciaux - à la suite du traité conclu entre les couronnes d'Angleterre et d'Espagne deux ans auparavant, le 2 septembre 1783 à Versailles[10]. En 1791, il est nommé par le cabinet de St-James commissaire de la cour d'Angleterre pour travailler, avec le commissaire de la cour d'Espagne M. de La Sieras. Ils ont pour mission de fixer les dommages qui doivent être accordés au capitaine britannique Meares et à ses associés, pour les pertes que la capture de leurs navires par les Espagnols, à Nootka Sound, leur a fait essuyer[11]. Au début de l'année 1793, les deux commissaires signent la convention entre la Grande-Bretagne et l'Espagne : l'Espagne restitue les bâtiments pris et verse la somme de 210 000 dollars[12]. Ralph Woodford quitte son poste de commissaire auprès de l'Espagne le 12 février 1795. Il sera également ministre à la cour de Turin, mais l'on ne sait à quelle date[13].

Parallèlement à sa carrière politique, Ralph Woodford, comme un certain nombre de membres de sa famille, s'adonne à l'écriture. Membre du Cercle des bas bleus, il compte parmi les amis de la femme de lettres, philanthrope et féministe anglaise Elizabeth Montagu (1718-1800), épouse du cinquième fils[14] du 1er comte de Sandwich. Ralph semble avoir également fréquenté le Docteur Edward Jenner (1749-1823), premier médecin à avoir introduit et étudié le vaccin contre la variole, durant leurs années passées à Cheltenham.

Le 21 juin 1791, il est créé baronnet de Carlby, petite paroisse du district de South Kesteven dans le Lincolnshire. Ralph Woodford y possède une maison de campagne. À Londres, il réside au 22 New Norfolk Street[15], en bordure de Hyde Park, et - probablement plus tard - au 42 Upper Seymour Street, près de Portman Square[16], où vivent les Montagu[17]. Cette dernière résidence échoit à son fils Ralph-James à son décès.

Famille et descendance

Ralph Woodford épouse le 19 mai 1778[18], à Londres, une jeune lady originaire des Pays-Bas, Gertrude Reesen[19], fille de Jan Reesen[20], esquire, et de lady Maria Van Fleet. Gertrude est la demi-sœur de Christina-Cordelia Reesen[21], épouse Birch, belle-mère d'Alphonse de Lamartine - lequel a en effet a épousé sa fille unique, l'artiste-peintre et sculptrice française, Mary-Ann-Elisa Birch, connue sous le nom d'Elisa de Lamartine.

Ralph Woodford et Gertrude Reesen ont deux enfants :

  1. Sir Ralph-James Woodford (1784-1828), second baronnet de Carlby, capitaine de la marine anglaise puis gouverneur de Trinidad du 14 juin 1813 à sa mort, survenue le 17 mai 1828. Il décède en mer, à bord de H.M.S. Duke of York, alors qu'il revient de la Jamaïque[22]. Il ne s'était pas marié. Surnommé "Le Gouverneur au chapeau de paille", il s'était fait le protecteur des esclaves de Port d'Espagne. Dans une lettre adressée à son mari, datée du 17 août 1819, sa cousine, Elisa de Lamartine, parle de lui ainsi que de son père Ralph en ces termes : « Le frère de ma mère, le chevalier sir Ralph Woodford, a été chargé d’affaires en Espagne et était très bien connu dans le corps diplomatique dans le temps que le marquis de Cordoue était le ministre en Angleterre. Son fils, qui a hérité de ses talents, est à présent gouverneur de l'île de la Trinité, et très bien connu de lord Bathurst, le ministre ; et s'il était en Angleterre, ce serait certainement à lui que je vous adresserais, car il est comme mon frère[23]. »
  2. Lady Elizabeth Woodford (1779-1843), épouse en premières noces de Sir John Hammet (1767-1811), esquire, membre du Parlement britannique et banquier[24]; puis en secondes noces, du comte français Alfred-Léonard le Gentil de Rosmorduc (1796-1847). De ces deux unions naissent sept enfants :
  • John-Atholl Hammet (1802-1887), esquire, banquier[25].
  • Frederick-James-Gordon Hammet (né vers 1805, décédé à Trinidad en 1734), esquire, officier, secrétaire de son oncle Ralph-James puis planteur à Trinidad, où il possède une cacaoyère.
  • Charles Hammet, esquire.
  • Lady Gertrude Hammet, épouse Jolliffe.
  • Alfred-Ange le Gentil de Rosmorduc (1819-1881), comte de Rosmorduc, drogman. Époux de la princesse Nino Vakhtangovna Paghava[26].
  • Ernest-Albert le Gentil de Rosmorduc (1821-1894), élève de l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr, capitaine au corps d'état-major, aide de camp du général Louis Partouneaux[27]. Époux d'Hélène-Marguerite Van der Plaat Van Honswijk[28].
  • Elise (dite Louise) le Gentil de Rosmorduc (1822-1879), épouse du comte René-Gabriel-Philippe du Plessis de Grenédan.

Décès

Ralph Woodford décède le 26 août 1810, âgé de 76 ans, dans sa maison[29] de la ville thermale des Cotswolds, Cheltenham[30]. Il est inhumé le 1er septembre dans l'église médiévale de St Mary's de Cheltenham[31].

Notes et références

  1. Sources : Julie Robin-Wagner, descendante de sir Ralph Woodford, pour la majeure partie des informations.
  2. De l’anglais, issu de l’ancien français escuyer (« écuyer »). Titre de courtoisie anglais donné aux descendants par primogéniture de chevaliers (knight).
  3. Parfois orthographié "Carlsby" ou "Carleby".
  4. Baptisé le 15 juillet 1734 à Southampton.
  5. Petite-fille du Docteur Ralph Brideoak, évêque de Chichester.
  6. Le patronyme s'orthographie "Woodford" ou "Woodforde", selon les branches.
  7. Stephen Butt : http://www.woodforde.co.uk/index.htm
  8. Notices généalogiques sur les familles genevoises depuis les premiers temps jusqu'à nos jours, Jacques Augustins Galiffe, 1892, page 563.
  9. Le livre rouge or a new and extraordinary red-book, P.F. Callum, London, 1810.
  10. The New Annual Register, Or, General Repository of History, Politics, and literature for the Year 1785, Andrew Kippis.
  11. Journal historique et littéraire, François-Xavier de Feller
  12. Réimpression de l'Ancien Moniteur, Tome quinzième
  13. Notices généalogiques sur les familles genevoises : depuis les premiers temps jusqu'à nos jours, James Galiffe, 1829.
  14. Edward Wortley Montagu (1713-1776), membre du Parlement d’Angleterre, de tendance whig.
  15. Propriété probablement héritée de la famille Reesen. À présent Dunraven Street.
  16. L'Upper Seymour Street, qui semble ne plus exister, est située dans le quartier de Marylebone, juste au coin de Portman Square et un bloc au-dessus de Upper Berkeley Street.
  17. Montagu House, détruite durant le Blitz, se trouvait au 22 Portman Square.
  18. Ou 1773.
  19. Née après juin 1736, décédée le 17 juin 1794.
  20. "Riche marchand hollandais établi à Londres" d'après les Annales de l'Académie de Mâcon, 1982, page 48. Il semblerait avoir été également pasteur.
  21. Christina-Cordelia a été la maîtresse du prince Guillaume, 1er duc de Clarence et de St-Andrews (1765–1837), qui devint roi sous le nom de Guillaume IV du Royaume-Uni. Il a été dit qu'il était le père biologique de sa fille Elisa. Supposition évoquée dans l'ouvrage de 1954 The Lamartine Ladies, de Laura-Maria Roberts-Ragg.
  22. Décès mentionné dans la lettre d'Alphonse de Lamartine à sa mère du 16 juillet 1828 : « Nous la cachons à Mme Birch qu'elle tuerait. Ma femme est au désespoir, et moi très affligé. »
  23. Correspondance d'Alphonse de Lamartine : 1807-1829, 1816-1819, Christian Croisille
  24. Associé dans la banque "Sir James Esdaile, Esdaile, Hammet, Esdaile, & Hammet, bankers of City of London" de 1799 à sa mort, survenue à l'âge de 43 ans. Source : The Royal Bank of Scotland Group.
  25. Associé, dès 1825, à la Banque "Sir James Esdaile, Esdaile, Hammet, Esdaile, & Hammet, bankers of City of London". Source : The Royal Bank of Scotland Group.
  26. Originaire de Géorgie.
  27. Bulletin des lois de la République Française, Volume 19.
  28. Originaire des Pays-Bas.
  29. The Literary Panorama, and National Register, Volume 8.
  30. The Edinburgh Annual Register, 1808-26, Volume 3, Partie 2.
  31. Edward Jenner, the Cheltenham years, 1795-1823 : being a chronicle of the vaccination campaign, page 252.
  • Portail du Royaume-Uni
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.