Rapports sociaux

Les rapports sociaux inscrivent les humains dans une trajectoire de vie à travers des interactions et des liens d'interdépendance. La socialisation, qu'elle soit familiale, culturelle, ou sur un lieu de travail, contribue à la construction d'une identité propre. La déconstruction de ces liens sociaux, à la suite d'un événement dit rupture, peut amener l'individu à entrer dans la spirale de l'exclusion. Ces rapports peuvent être de plusieurs styles : de domination (patron/ouvrier) , de coopération (amis) ; ils peuvent être de type macro ou microsocial.

De l'approche marxiste

Karl Marx a appelé rapports sociaux de production, tous ceux qui surgissent entre les hommes au cours du processus de production, de changement et de distribution des biens matériels. Une des caractéristiques importantes de ce type de relations de production est qu'elles ne dépendent pas de la volonté du peuple, car elles peuvent être d'exploitation ou de coopération et d'entraide, selon la forme de propriété des moyens de production[1].

Bibliographie

  • Pierre Macherey, Aux sources des "rapports sociaux : Louis-Gabriel de Bonald, Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon, François Guizot, Genèses, no 9, 1992.
  • Françoise Héritier, Masculin/Féminin II, Paris, Odile-Jacob, 2002.

Références

  1. Zorilla Arena, Santiago. Diccionario de Economía. Relaciones sociales. México: Océano.
  • Portail de la sociologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.