Rieger Orgelbau

Rieger Orgelbau est une entreprise de facture d'orgue autrichienne fondée par Franz Rieger (de) en 1845 à Jägerndorf, devenu aujourd'hui Krnov en République tchèque. Elle a aujourd'hui son siège à Schwarzach (Autriche), tandis qu'elle conserve un autre atelier à Krnov.

Rieger Orgelbau

Création 1845
Fondateurs Franz Rieger (de)
Forme juridique GmbH
Siège social Schwarzach (Vorarlberg)
 Autriche
Activité Instrument de musique
Produits Orgue
Site web www.rieger-orgelbau.com

Histoire

Franz Rieger

Franz Rieger construit en 1845 son premier orgue, avec 20 registres, deux claviers et un pédalier, pour l'église de Jägerndorf. Il revenait après un apprentissage auprès de Franz Seybert à Vienne en 1844. Ses fils Otto Anton et Gustav Rieger fondent en 1873 l'entreprise "Franz Rieger & Söhne". Les numéros de série des orgues Rieger commencent alors et l'entreprise se développe. Les frères obtiennent leur premier contrat en 1874 pour la Haupt- et Residenzstadt de Vienne puis avec la Hongrie (1875) et la Norvège (1876). En 1878, ils présentent deux orgues de salon à l'exposition universelle de 1878 à Paris. Ils reçoivent de Gibraltar, Istanbul, Jérusalem et Rome.

Atelier de Jägerndorf

Otto et Gustav Rieger deviennent en 1896 fournisseur de la Cour Impériale et Royale, ils sont faits chevaliers de l'ordre de François-Joseph. À la fin du XIXe siècle, l'entreprise comprend 200 employés. Elle propose comme alternative à l'harmonium une série de vingt-cinq petites orgues entre deux et 12 registres et deux claviers. En plus de son siège social à Jägerndorf, il existe une succursale à Budapest.

Après la Première Guerre mondiale, l'entreprise se remet difficilement. Otto Rieger meurt soudainement à 40 ans, Josef von Glatter-Götz reprend l'entreprise sept semaines après et en devient le propriétaire en 1924. En 1925, l'activité reprend avec un effectif de 100 employés.

En 1938, la facture fait 66 % de ses activités dans la grande Allemagne. Elle fournit aussi des orgues en grand nombre vers les pays baltes, la Scandinavie, l'Amérique du Sud, Afrique du Sud, la Chine et Israël. Dans les années 1930, Egon et Josef von Glatter-Götz créent leur propre entreprise. Alors que Josef von Glatter-Götz s'intéresse à la technique, son frère porte son attention sur la conception technique et artistique de l'ensemble de l'instrument. Egon von Glatter-Götz meurt en septembre 1940 lors de la campagne polonaise.

De 1943 à 1945, l'entreprise est arrêtée, elle est contrainte de fabriquer des munitions. Peu de temps après la Seconde Guerre mondiale, la facture Anton Behmann (de), dans le Vorarlberg, propose une collaboration à Rieger. Par la suite, Rieger déménage à Schwarzach, où elle loue ses ateliers. Pour se relancer, elle pense à construire des métiers à tisser et des fenêtres, voire à un sauna.

Atelier de Schwarzach

En 1950, à une exposition mondiale organisée à Chigago, un positif avec six registres est présenté. Avec le développement d'une série de petites orgues, l'activité reprend. En 1969, le fils aîné Caspar Glatter-Götz reprend la gestion de l'entreprise. Un nouvel atelier est bâti en 1972 et des améliorations qualitatives significatives en particulier sur la traction mécanique contribuent grandement au succès de l'entreprise. Le plus jeune fils Christoph Glatter-Götz entre dans l'entreprise en 1977 et reprend les activités de ventes à son père Josef, tandis qu'un autre fils Raimund Glatter-Götz se consacre à la conception des orgues. En 1980, Josef prend sa retraite et leur laisse l'entreprise. En 1993, Caspar Glatter-Götz crée sa propre entreprise sous son nom à Owingen, Wendelin Eberle est le dirigeant. Après la sortie de Christoph Glatter-Götz pour des raisons de santé, Wendelin Eberle dirige Rieger dès 2003 et rachète cette facture. Elle développe aujourd'hui un projet d'orgue adapté aux personnes handicapées.

À ses débuts, Rieger construit des orgues typiques du romantisme allemand, cependant elle apporte des modifications qui font son style. À la fin du XIXe siècle, elle propose une registration de 8', une expression plus généreuse avec davantage d'anche. Après la Seconde Guerre mondiale et durant les difficultés financières de l'après-guerre, elle revient en collaboration avec d'autres factures allemandes vers des orgues néo-baroques. Dans les années 1970, l'orgue français est à la mode, la registration de 8' est repensée avec des bombardes à la pédale au lieu des trompettes habituelles. Aujourd'hui, l'utilisation d'une telle registration est plutôt rare, de même que la bombarde. L'orgue Riegel présenté en octobre 2011 dans l'église Saint-Michel de Munich (réaménagment d'un orgue Sandtner de 1983) comprend 4 claviers et 75 registres et relance un intérêt pour l'orgue romantique allemand.

Orgues (sélection)

AnnéeVilleÉgliseImageClavierRegistreCommentaire
1905 Vienne Carmel de Döbling (de) II/P 30
1909 Budapest Église Matthias V/P 86
1913 Vienne Konzerthaus V/P 116
1913 Vienne Neusimmeringer Pfarrkirche (de) III/P 50
1914 Salzbourg Mozarteum
1916 Berndorf Église Sainte-Marguerite II/P 25
1917 Cenade Église évangélique
1939 Vienne Franz-von-Assisi-Kirche (Mexikokirche)
III/P 56
1940 Breslau Reichssender Breslau III/P 48
1952 New York Metropolitan Museum II/P 21
1953 Dresde Église Saint-Joseph (de) II/P 21 Orgue acheté en 1995 par l'église protestante de Traunstein
1957 Stuttgart Église Sainte-Élisabeth (de) IV/P 56
1960 Ulm Cathédrale, orgue de chœur. II/P 22
1961 Port-au-Prince Église épiscopale III/P 44
1962 Ansbach Église Saint-Jean III/P 48
1964 Philadelphie Église unitarienne (Germantown) III/P 44
1966 Düsseldorf Neanderkirche (de)
III/P 47
1966 Fribourg-en-Brisgau Cathédrale Notre-Dame, grand orgue.
IV/P 61
1966 Fribourg-en-Brisgau Cathédrale Notre-Dame, orgue de chœur.
II/P 25
1966 Feldkirch Dominikanerinnenkirche Maria Verkündigung II/P 11
1966 Munich Christuskirche
III/P 48
1967 Bad Buchau Abbaye de Buchau (de) III/P 39
1972 Ratzebourg Cathédrale II/P 6
1973 Bristol Cathédrale Saints-Pierre-et-Paul de Clifton III/P 28
1973 Richmond St James Episcopal Church III/P 49
1974 New York St Hilda & Hugh's School III/P 33
1975 Washington Chevy Chase Presbyterian Church III/P 37
1976 Bamberg Cathédrale Saint-Pierre et Saint-Georges, grand orgue
IV/P 78
1976 Bamberg Cathédrale Saint-Pierre et Saint-Georges II/P 21
1976 Bühl Église Saint-Pierre et Saint-Paul (de)
1977 Ratzebourg Cathédrale IV/P 60
1977 Adélaïde Festival Centre III/P 50
1977 Vienne Baumgartner Pfarrkirche (de) II/P 28
1979 Stuttgart Herz Jesu Stuttgart-Gaisburg III/P 35
1979 Oxford Oxford Christ Church Cathedral IV/P 43
1979 Akron First United Methodist Church III/P 37
1980 Ismaning Église Saint-Jean-Baptiste (de)
II/27 27
1980 Vienne Franziskanerkirche II/P 31
1980 Fribourg-en-Brisgau Evangelische Christuskirche III/P 39
1981 Schoppernau Église (de) II/P 26
1982 Jerusalem Église du Saint-Sépulcre II/P 39
1983 Vienne Église de la Rédemption II/P 29 Orgue construit à partir de celui de 1891.
1983 Rheinbach Église Saint-Martin (de) 43
1984 Vienne Schlosskapelle Schönbrunn II/P 13
1986 Burghausen Église Saint-Jacques (de)
III/P 50
1986 Tokyo Suntory Hall IV/P 75
1986 Gelsenkirchen Église Saint-Hippolyte (de) III/P 45
1986 Hong Kong Academy for Performing Arts IV/P 41
1987 New York Trinity Church III/P 32
1987 Londres St Marylebone Parish Church IV/P 52
1988 Reutlingen Église Sainte-Marie (de) III/P 53
1989 Hong Kong Hong Kong Cultural Centre IV/P 93
1989 Cologne St. Agnes III/P 50
1989[1] Vienne Neuottakringer Kirche (de) II/P 35
1989 Vienne Académie de musique et d'arts du spectacle
Orgue de travail, Institutsgebäude Lothringerstraße 18, Raum KG 23A
II/P 9
1990 Francfort-sur-le-Main Église Sainte-Catherine III/P 54
1990 Tübingen Église Saint-Jean-l'Évangéliste (de) III/P 39
1990 Munich Église Saint-Sauveur (de) III/P 43
1991 Vienne Cathédrale Saint-Étienne
IV/P 55
1991 Erding Église Saint-Jean (de)
III/P 49
1992 Séoul Mission Centre IV/P 74
1992 Édimbourg Cathédrale Saint-Gilles
III/P 56
1992 Clèves Collégiale (de) III/P 44
1992 Ravensbourg St. Jodok III/P 38
1993 Heidenreichstein Église (de)
II/P 16
1994 Bogen Église Sainte-Marie (de) II/P 31 Reconstruction d'après l'orgue baroque de 1730.
1995 Heidenheim an der Brenz Église Saint-Paul (de) III/P 40 D'après l'orgue de 1898.
1995 Ottobrunn Michaelskirche II/P 31
1995 Deux-Ponts Église Sainte-Croix (de) III/P 44 Remplacement d'un orgue construit par Gebr. Späth Orgelbau
1996 Fulda Cathédrale Saint-Sauveur IV/P 72
1996 Munich St. Bernhard II/P 32
1996 Stuttgart Hochschule für Musik und Darstellende Kunst (de) IV/P 81
1997 Dinkelsbühl Münster St. Georg III/P 58
1997 Bergen Cathédrale III/P 61
1998 Francfort-sur-le-Main Église Saint-Luc (de) II/P 24
1999 Bad Staffelstein Basilique Vierzehnheiligen IV/P 70
1999 Melbourne The Scot's Church IV/P 68
2000 Kulmbach Petrikirche III/P 50
2001 Lillehammer Lillehammer Kirke III/P 41
2002 Paris Conservatoire de Paris III/P 53
2002 Séoul Youngsan Arts Hall III/P 32
2003 Bethléem Basilique de la Nativité, église Sainte-Catherine, grand orgue III/P 37
2003 Bethléem Basilique de la Nativité, église Sainte-Catherine, orgue de chœur I/P 15
2003 Dornbirn Evangelische Heilandskirche II/P 10
2004 Memmingen Église de l'Assomption III/P 45
2005 Shanghai Oriental Art Centre V/P 88
2006 Hangzhou Hangzhou Grand Theatre Music Hall III/P 47
2007 Shenzhen Shenzhen Culture Centre V/P 87
2008 Kaarst Martinuskirche III/P 36
2009 Aalen Église (de) III/P 37
2009 Ratisbonne Cathédrale Saint-Pierre
IV/P 80
2009 Vienne Cathédrale Saint-Étienne, Orgue de Haydn
II/P 12[2]
2010 Séoul Sungrak Church IV/P 80
2010 Salzbourg Église St. Antoine, Itzling II/P 30
2011 Vienne Musikverein IV/P 86
2012 Nazareth Basilique de l’Annonciation III/P 49
2012 Bratislava Philharmonie slovaque III/P 66
2013 Séoul Shingil Church III/P 53
2013 Ōtawara Nasunogahara Harmony Hall III/P 41
2015 Paris Philharmonie de Paris IV/P 91 [3]

Source, notes et références

  1. Günter Lade: Orgeln in Wien. Wien 1990, (ISBN 3-9500017-0-0), S. 282.
  2. Rieger Orgelbau
  3. http://www.rieger-orgelbau.com/details/project/ParisPhil/
  • Portail de l’orgue
  • Portail de l'Autriche
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.