Robert Mavounzy

Robert Mavounzy (Colon, Panama, - Créteil, ) est un saxophoniste français d'origine caribéenne qui s'est illustré dans le jazz et la musique antillaise et qui fut classé par la revue Jazz Hot premier saxophoniste de France, puis d'Europe[1].

Robert Mavounzy
Biographie
Naissance
Décès
(à 56 ans)
Créteil
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument
Genre artistique

Sa virtuosité saluée par André Hodeir[2] et ses talents d'improvisateur lui ont valu de jouer et d'enregistrer avec les plus grands jazzmen français des années 1940, tels Django Reinhardt, le pape du wabap Al Lirvat, Gus Viseur, ainsi qu'avec des musiciens américains tels que Harry Cooper, qu'il côtoiera également dans l'orchestre d'Eddie Barclay. Pendant l'Occupation, il participe à de nombreux concerts au Hot Club de France.

Il est ensuite l'un des tout premiers musiciens français à introduire en France le bebop. Il en enregistrera dès 1947 sous le nom de "Robert Mavounzy and his Be-Boppers" avec une formation comprenant Emmanuel Soudieux à la basse, Benny Bennet à la batterie, André Persiany au piano et Jack Carmen au trombone.

De 1947 à 1949, il est chef d'orchestre à La Boule blanche. En 1956, il est recruté à La Canne à Sucre, dirigé par Gérard La Viny[3].Il participera en 1960 à la revue de Joséphine Baker et dirigera également à plusieurs périodes différentes, et notamment au moment de sa mort, l'orchestre de La Cigale, lieu pour lequel il avait composé un morceau éponyme, enregistré le 14 janvier 1943 avec l'orchestre de Harry Cooper (formation : Mavounzy au sax alto et à la clarinette, Harry Cooper à la trompette, Sylvio Siobud et Félix Valvert aux sax ténors, Jack Diéval au piano, Pierre Gérardot à la guitare, Lucien Simoens à la basse, Armand Molinetti à la batterie.)

Il repose au cimetière de Saint-Ouen.

Références

  1. Frédéric Négrit, Musique et immigration dans la société antillaise : en France métropolitaine de 1960 à nos jours, L'Harmattan, 2004, p. 118
  2. « Ainsi Robert Mavounzy, à l'alto, montre une grande facilité d'exécution, jointe à une sonorité ronde et puissante du meilleur effet ; on discerne dans son style l'influence toute puissante de Bennie Carter, au service d'un tempérament généreux. » André Hodeir : Le Jazz, cet inconnu (France--Empire, 1945), p. 220
  3. Lameca : Figures musicales de la Guadeloupe

Liens externes

  • Portail du jazz
  • Portail des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.