Rolls-Royce RB.162

Le Rolls-Royce RB.162 était un turboréacteur de construction simple et légère, produit par la société britannique Rolls-Royce Limited. Développé au début des années 1960, il fut spécialement conçu pour être utilisé comme moteur de sustentation pour avions à décollages verticaux, il fut ensuite utilisé dans l'avion de ligne Hawker Siddeley Trident, en tant que moteur supplémentaire.

Rolls-Royce RB.162
(caract. RB.162-86)

Constructeur Rolls-Royce Limited
Premier vol
Utilisation Hawker Siddeley Trident
Dornier Do 31
Caractéristiques
Type Turboréacteur simple flux monocorps[1],[2]
Longueur 1 311 mm
Diamètre 635 mm
Masse 127 kg
Composants
Compresseur Axial, à 6 étages
Chambre de combustion Annulaire
Turbine Axiale, à un seul étage
Performances
Poussée maximale à sec 23 kN
Débit d'air 39 kg/s
Rapport Poids/Poussée 18,75 kg/kN

Une version plus petite, le RB.181, ne dépassa pas le stade du projet, de même que sa version turbofan, le RB.175.

Conception et développement

Développement initial

Le RB.162 fut conçu pour correspondre avec anticipation aux potentiels besoins d'un futur ADAV, avec comme objectifs principaux la simplicité, la fiabilité et une relative légèreté de construction. Les coûts de développement furent partagés entre le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, après la signature d'un accord de développement commun entre ces pays[1]. Le moteur était doté d'un carter de compresseur en fibre de verre et de pales de compresseur en plastique, afin de limiter le poids et de réduire les coûts de production. Le moteur ne possédait pas de système de lubrification, une dose d'huile étant en fait injectée dans les deux roulements principaux du moteur par l'air comprimé utilisé pour entraîner le compresseur pendant le démarrage[3].

Bien que le RB.162 fut d'une conception réussie, le grand marché espéré dans le domaine des ADAV n'eut jamais l'occasion de vraiment se matérialiser, et le moteur fut seulement produit en très petite quantité, à 86 exemplaires[1].

Développement pour le Trident

En 1966, la British European Airways (BEA) émit une demande pour un avion à la distance franchissable améliorée, afin de pouvoir desservir des destinations en Méditerranée. Après qu'une proposition d'employer une flotte mixte d'appareils Boeing 727 et 737 ait été refusée par le gouvernement britannique[4], Hawker Siddeley proposa à la BEA une version allongée et aux performances améliorées de son Trident, qui existait déjà dans la compagnie. Cette version, désignée Trident 3B, utilisait, en plus de ses trois turbofans Rolls-Royce Spey, un RB.162-86 monté en position centrale, qui était utilisé pour le décollage et la montée en conditions atmosphériques chaudes et en zones de hautes altitudes, ce qui correspondait assez bien aux caractéristiques des aéroports visés situés en Méditerranée. Ce moteur de « boost » était éteint une fois que l'avion atteignait son régime de croisière.

Des travaux de modification furent nécessaires pour convertir le moteur, de sa position verticale habituelle, en une nouvelle position horizontale pour le Trident. Équipé de ce RB.162 supplémentaire, le Trident 3B bénéficiait de 15 % de poussée supplémentaire par-rapport à ses versions antérieures, avec une pénalité de poids de seulement 5 %[5].

RB.175 et 181

Rolls-Royce lança également une étude pour un dérivé turbofan du RB.162, alors désigné RB.175[6], ainsi que d'une version à échelle réduite, le RB.181, produisant approximativement 8,90 kN de poussée. Sept de ces moteurs de sustentation devaient potentiellement équiper la version ADAV jamais construite du Lockheed F-104 Starfighter, le Lockheed/Short Brothers CL-704[7].

Applications

Rolls-Royce RB.162-4D exposé au Deutsches Museum, à Munich.

Exemplaires en exposition

Notes et références

  1. (en) Gunston 1989, p. 150 & 151.
  2. (en) Swanborough 1971, p. 88.
  3. (en) « RB.162 », Flight magazine, Flight Global/Archives, vol. 83, no 2831, , p. 924 (lire en ligne [PDF]).
  4. (en) Swanborough 1971, p. 89.
  5. (en) Swanborough 1971, p. 90.
  6. (en) « Aero engines reviewed », Flight magazine, Flight Global/Archives, vol. 87, no 2913, , p. 29 (lire en ligne [PDF]).
  7. (en) « Aero engines 1962 », Flight magazine, Flight Global/Archives, vol. 2781, no 81, , p. 1018 (lire en ligne [PDF]).

Voir aussi

Articles connexes

Bibliographie

 : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Bill Gunston, World encyclopedia of aero engines, Wellingborough, New York, États-Unis, P. Stephens Distributed by Sterling Pub. Co, , 192 p. (ISBN 978-1-852-60163-8, OCLC 21117189, présentation en ligne).
  • (en) Gordon Swanborough et William Green, Air enthousiast, Vol. one, Londres (Royaume-Uni), Pilot Press ltd., , 1re éd., 398 p. (ISBN 0-385-08171-5 et 978-0385081719, ASIN B007DQGPMG).

Liens externes


  • Portail de l’aéronautique
  • Portail du Royaume-Uni
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.