Romanisation de l'EFEO

Le système de l'École française d'Extrême-Orient (EFEO), conçu par Séraphin Couvreur en 1902, est un système de transcription phonétique du chinois, qui fut la romanisation des langues chinoises la plus utilisée dans l'aire linguistique française jusqu'au milieu du XXe siècle, avant d'être peu à peu remplacée par le hànyǔ pīnyīn.

Ce système de romanisation a été adopté par le ministère des affaires étrangères et l'École française d'Extrême-Orient, avec de légères variantes, d'après le système conçu en 1901 par Arnold Vissière (1858-1930)[1].

Rudiments

La transcription du EFEO n'empruntait pas à la phonétique du mandarin standard actuel (pinyin : pǔtōnghuà). Elle reflète plutôt une norme supra-régionale des dialectes mandarins, ainsi qu'un état phonétique plus ancien (comme le Latinxua Sinwenz et l'ancienne version du Wade-Giles). Par exemple, des mots contenant le phonème pǔtōnghuà [ʨ] (aujourd'hui transcrit j en pīnyīn) y ont été transcrits soit ts soit k, comme pour le mot « fleuve » : le fleuve Bleu (chinois simplifié 扬子江) est retranscrit « Yángzǐ Jiāng » pinyin, et « Yang Tsé Kiang » selon EFEO.

Prononciation

Voyelles

Les premiers diagrammes connus de voyelles chinoises ont été publiés en 1920 par le linguiste Yi Tso-lin. Le tableau suivant liste les voyelles en mandarin : dans chaque case, en haut en gras son écriture en pinyin, au milieu sa prononciation de référence en API, et en bas en italique la transcription EFEO.

Point d'articulation Antérieures Quasi-antérieures Centrales Quasi-postérieures Postérieures
Aperture non arr.arr.non arr.arr.non arr.arr.non arr.arr.non arr.arr.
Fermées i
[i]
i
ü / u
[y]
u
i
[ɨ]
e / eu
u
[u]
ou
Pré-fermées o
[ʊ]
o / ou
Mi-fermées e
[e]
e
e
[ɤ]
ö / é
o
[o]
o
Moyennes e
[ə]
e / o
Mi-ouvertes a / ê
[ɛ]
e
o
[ɔ]
o
Pré-ouvertes a / e
[ɐ]
eu / e
Ouvertes a
[a]
a
a
[ɑ]
a

Tons

Le mandarin est une langue tonale à quatre tons (ou 聲調 shēngdiào). Ceux-ci sont représentés en pinyin par des accents, également appelés diacritiques. Lorsqu'on ne dispose pas des caractères accentués, on peut utiliser des chiffres écrits après les syllabes. Le 0 indiquant l'absence de ton.

La transcription EFEO omet les tons. Il en résulte un certain degré d'ambiguïté quant aux mots représentés. Le contexte devient alors très important pour bien comprendre le mot.

Cette table donne les caractères Unicode correspondant aux lettres accentuées utilisées en pinyin[2].

Les tons.
Ton Chiffre Accent API Voyelle
Neutre 0     aeiouü
Haut et plat 1 Macron [˥] āēīōūǖ
Haut montant 2 Aigu [˧˥] áéíóúǘ
Descendant légèrement puis remontant 3 Caron [˨˩˦] ǎěǐǒǔǚ
Descendant et bref 4 Grave [˥˩] àèìòùǜ

Consonnes et semi-voyelles

Le tableau suivant liste les consonnes employées en mandarin : dans chaque case, en haut en gras son écriture en pinyin, au milieu sa prononciation de référence en API, et en bas en italique la transcription EFEO.

Consonne[alpha 1] Bilabiale Labio-
dental
Alvéolaire Rétroflexe Alvéolo-
palatale
Palatale Vélaire Labio-
vélaire
Labio-
palatale
Glottal
SourdeVoiséeAspirée Sourde SourdeVoiséeAspirée SourdeAspirée SourdeAspirée Voisée SourdeVoiséeAspirée Voisée Voisée Sourde
Nasale  m

[m]
m

     n

[n][alpha 2]
n

         ng / ŋ

[ŋ][alpha 2]
ng

     
Occlusive b

[p]
p

 p

[]
p'

  d

[t]
t

 t

[]
t'

      g

[k]
k

 k

[]
k'

    [ʔ][alpha 3]
Affriquée     z

[ts]
ts

 c

[tsʰ]
ts'

zh / ẑ

[]
tch

ch / ĉ

[tʂʰ]
tch'

j

[]
ts / k

q

[tɕʰ]
ts' / k'

       
Fricative   f

[f]
f

s

[s]
s

   sh / ŝ

[ʂ]
ch

r

[ʐ][alpha 4]
j

x

[ɕ]
s / h

    h

[x]
h

     
Spirante        r

[ɻ][alpha 4]
j

  y / i

[j][alpha 5]
y / i

  w / u

[w][alpha 5]
w / ou

y / ü

[ɥ][alpha 5]
y / i

Spirante latérale      l

[l]
l

             
Notes
  1. Les cases colorées correspondent aux consonnes servant d'attaques.
  2. [n] et [ŋ] : consonnes nasales servant de coda.
  3. [ʔ] : anciennement le mandarin, comme d'autres langues chinoises aujourd'hui encore, employait un sixième ton appelé ton d'entrée. Celui-ci se caractérisait par une prononciation brève et vive. Il peut se marquer dans la langue contemporaine par un coup de glotte.
  4. [ʐ] et [ɻ] : allophones du même caractère r.
  5. [j], [w] et [ɥ] : semi-voyelles servant de médiane.

Prononciation chinoise de l'alphabet

L'ordre alphabétique dit levantin a été adopté par le système pinyin. Cependant la prononciation des lettres est propre au chinois. Le tableau suivant les liste avec leur équivalent dans l'alphabet phonétique chinois zhuyin, et les transcriptions en API et en pinyin de leur déchiffrement ; la représentation zhuyin est basée sur les habitudes générales d'écriture.

Lettre ABCDEFGHIJKLM
Zhuyin [alpha 1]
Pinyin abêcêdêeêfgêhayijiekêêlêm
API [ɑ][pɛ][tsʰɛ][tɛ][ɤ]f][kɛ][xa][i][iə][ɛ]l]m]
EFEO apets'eteéefkehayitsiek'eelem
Lettre NOPQRSTUVWXYZ
Zhuyin [alpha 2][alpha 3][alpha 2][alpha 1]
Pinyin nêopêqiuarêstêwuvêwaxiyazê
API [nɛ][o][ɛ][tɕʰiu][aʐ]s][ɛ][u][vɛ][ua][ɕi][ia][tsɛ]
EFEO neop'ets'iouajest'eouveouasiyatse
Notes
  1. Les caractères zhuyin ne distinguent pas les semi-voyelles I et Y.
  2. Les caractères zhuyin ne distinguent pas les semi-voyelles U et W.
  3. Le caractère zhuyin et la lettre V s'emploient pour orthographier des mots étrangers ou dans une langues chinoises non hàns.

Syllabe chinoise

Pour décrire une syllabe chinoise, on distingue son attaque et sa finale.

  • L'attaque, également appelée initiale, est une consonne débutant éventuellement la syllabe.
  • La finale, également appelée rime, se décompose elle-même en trois parties.
    • La médiane est une semi-voyelle se plaçant éventuellement entre l'attaque et le noyau.
    • Le noyau de la syllabe est une voyelle.
    • La coda est une seconde voyelle ou une consonne nasale, quelquefois un -r, attaché comme un suffixe grammatical, terminant éventuellement la syllabe.

Attaque

En phonologie, les consonnes débutant une syllabe sont appelés l'attaque ou l'initiale. En mandarin, celle-ci est optionnelle et constituée d'une seule consonne (ou 聲母 shēngmǔ).

Le pinyin mandarin en spécifie 21. Leur ordre conventionnel, dit zhuyin ou bopomofo en en reprenant les premières lettres, suit le mode d'articulation consonantique (on parle alors de classement alphabétique de type indien). Leur liste est la suivante :

b p m f d t n l g k h j q x zh ch sh r z c s

Cependant, en mandarin contemporain les initiales des mots prennent d'autres formes que ces 21 consonnes. La langue emploie ainsi des demi-voyelles, des coups de glotte et d'autres consonnes nasales. La phonologie classe celles-ci dans un segment de consonnes dites nulles. Mais le système Pinyin ne leur reconnaît pas le statut d'attaques : une syllabe ayant une consonne nulle n'est constituée que d'une finale. Ainsi les lettres w et y ne sont pas des caractères officiels d'attaque en pinyin ; aussi par convention, quand les noyaux i, u, ou ü ne sont pas précédées d'une attaque, on écrit les syllabes respectivement yi, wu, et yu.

Tableau de correspondances des attaques en mandarin, dans l'ordre conventionnel, entre quatre systèmes de transcription :

Zhuyin Pinyin API W-G EFEO Explication
b [p] p p Comme dans papa
p [] p' p' Comme dans papa avec une bouffée d'air en plus
m [m] m m Comme dans dame
f [f] f f Comme dans gaffe
d [t] t t Comme dans patte
t [] t' t' Comme dans patte avec une bouffée d'air en plus
n [n] n n Comme dans canne
l [l] l l Comme dans cale
g [k] k k Comme dans bac
k [] k' k' Comme dans bac avec une bouffée d'air en plus
h [x] h h Comme dans Juan en espagnol (avec l'arrière de la langue à l'arrière du palais)
j [t͡ɕ] ch ts / k Comme t, ss et ill prononcés en même temps (avec l'avant de la langue à l'avant du palais)
q [t͡ɕʰ] ch' ts' / k' Comme t, ss et ill prononcés en même temps et avec une bouffée d'air en plus
x [ɕ] hs s / h Comme ss et ill prononcés en même temps (avec l'avant de la langue à l'avant du palais)
zh / ẑ [t͡ʂ] ch tch Comme dans joker en anglais (avec la pointe de la langue retournée contre le palais)
ch / ĉ [t͡ʂʰ] ch' tch' Comme dans joker en anglais et avec une bouffée d'air en plus
sh / ŝ [ʂ] sh ch Comme dans shirt en anglais (avec la pointe de la langue retournée contre le palais)
r [ʐ] j j Comme dans red en anglais (avec la pointe de la langue retournée contre le palais)
z [t͡s] ts ts Comme dans tsar
c [t͡sʰ] ts' ts' Comme dans tsar avec une bouffée d'air en plus
s [s] s s Comme dans casse

Finale

En phonologie, la partie principale d'une syllabe chinoise est appelée la finale, ou la rime. Elle suit éventuellement une consonne d'attaque. Elle combine trois composantes optionnelles :

Médiane

Tableau de correspondances des phonèmes entre quatre systèmes de transcription :

Zhuyin Pinyin API W-G EFEO Explication
i / y [j] i / y i / y Comme dans fille
u / w [w] u / w ou / w Comme dans ouate
ü / yu [ɥ] ü / y i / y Comme dans huile (en français standard)

Selon que la médiane est précédée d'une attaque ou pas, le phonème peut être transcrit par une voyelle ou une consonne.

Noyau

Tableau de correspondances des voyelles (ou 韻母 yùnmǔ) entre quatre systèmes de transcription :

Zhuyin Pinyin API W-G EFEO Explication
a [ɑ] a a
o [ɔ] o o
e [ɤ] o / ê ö / é
ê [ɛ] eh e
ai [] ai ai
ei [] ei ei
ao [] ao ao
ou [ɤʊ] ou eou
an [an] an an
en [ən] ên en
ang [ɑŋ] ang ang
eng [ɤŋ] êng eng
ü [y] ü iu
i [i] i i
u [u] u ou
er [ɐɚ̯] êrh eul

Coda

Tableau de correspondances des phonèmes entre quatre systèmes de transcription :

Zhuyin Pinyin API W-G EFEO Explication
i [i] i i Comme dans vie
ㄨ / ㄛ u / o [u] u / o ou / o Comme dans ouate
n [n] n n Comme dans canne
ng / ŋ [ŋ] ng ng Comme dans parking (en français standard)

Finales constituées

Le tableau suivant transcrit les finales possibles en mandarin, en fonction des médianes et des coda, les noyaux étant indiqués en caractères gras : dans chaque case, en haut la transcription en pinyin pour une syllabe d'abord sans attaque puis avec attaque, au milieu la prononciation de référence en API, et en bas en italique la transcription EFEO pour une syllabe avec attaque.

Coda→[i][u][n][ŋ]
M
é
d
i
a
n
e

-i[alpha 1]

[ɨ]
e / eu

a
-a

[a]
a


-o

[ɔ]
o

e
-e

[ɤ]
ö / é


-ê

[ɛ]
e


-er[alpha 2]

[ɐɚ̯]
eul

ai
-ai

[ai̯]
ai

ei
-ei

[ei̯]
ei

ao
-ao

[au̯]
ao

ou
-ou

[ou̯]
eou

an
-an

[an]
an

en
-en

[ən]
en

 ang
-ang

[aŋ]
ang

eng
-eng

[əŋ]
eng

 
[j] yi
-i

[i]
i

ya
-ia

[ja]
ia

  ye
-ie

[je]
ie

   yao
-iao

[jau̯]
iao

you
-iu

[jou̯]
iou

yan
-ian

[jɛn]
ien

 yin
-in

[in]
in

yang
-iang

[jaŋ]
iang

ying
-ing

[iŋ]
ing

 
[w] wu
-u

[u]
ou

wa
-ua

[wa]
oua

wo
-uo[alpha 3]

[wo]
ouo

   wai
-uai

[wai̯]
ouai

wei
-ui

[wei̯]
ouei

  wan
-uan

[wan]
ouan

wen
-uen

[wən]
ouen

 wang
-uang

[waŋ]
ouang

weng
 

[wəŋ]
ouong


-ong

[ʊŋ]
ong

[ɥ] yu
-ü[alpha 4]

[y]
iu / u

   yue
e[alpha 4]

e]
iue

     yuan
an[alpha 4]

ɐn]
iuen

 yun
-ün[alpha 4]

[yn]
iun

  yong
-iong

[jʊŋ]
ioung

Notes
  1. Consonnes syllabiques.
  2. Les caractères ㄦ, 而, 二, etc. s'écrivent er.
  3. uo s'écrit o après b, p, m et f.
  4. ü s'écrit u après j, q et x.

Transcription comparée de finales

Tableau de correspondances de quelques finales entre quatre systèmes de transcription :

Zhuyin Pinyin API W-G EFEO Explication
ㄧㄢ ian [iɛn] ien ien
ㄧㄝ ie [] ieh ie
ㄩㄥ iong [yʊŋ] iung ioung
ㄧㄡ iu [iɤʊ] iu ieou / iou
ㄨㄛ uo / o [uo] uo / o ouo
u [u] u ou
ㄨㄞ uai [uaɪ] uai ouai
ㄨㄢ uan [uan] uan ouan
ㄨㄟ ui [ueɪ] ui ouei
ㄨㄣ un [uən] un ouen
ü / u [y] ü u
ㄩㄢ üan / uan [yɛn] üan iuen
ㄩㄝ üe / ue [] üeh iue
ㄩㄣ ün / un [yn] ün iun
Notes

    Références

    1. Paul Demiéville, Choix d'études sinologiques, Leyde, E. J. Brill, 1973, p. 88 [lire en ligne]
    2. Ces caractères peuvent être utilisés directement dans les documents codés en UTF-8 (ou autre codage Unicode) ou à l’aide d’entités de caractère dans les documents HTML non Unicode.

    Liens externes


    • Portail des langues
    • Portail de la linguistique
    • Portail de l’écriture
    • Portail de la Chine
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.