Rue Simon-le-Franc

La rue Simon-le-Franc est située dans le quartier du Marais, dans le 4e arrondissement de Paris (quartier administratif Saint-Merri).

4e arrt
Rue Simon-le-Franc

La rue en direction du Centre Pompidou depuis la rue du Temple.
Situation
Arrondissement 4e
Quartier Saint-Merri
Début 45, rue du Temple
Fin 26, rue du Renard
2, rue Beaubourg
Morphologie
Longueur 96 m
Largeur 10 m
Historique
Création Antérieure à 1323
Géocodification
Ville de Paris 8607
DGI 8984
Géolocalisation sur la carte : Paris

Situation et accès

La rue Simon-le-Franc, d'une longueur de 96 mètres, est située dans le 4e arrondissement, quartier Saint-Merri, et commence au 45, rue du Temple et finit au 26, rue du Renard et au 2, rue Beaubourg.

La station de métro la plus proche est Rambuteau sur la ligne .

Origine du nom

Cette rue doit vraisemblablement son nom à un bourgeois de Paris et propriétaire, habitant cette voie, Simon Franque, qui serait mort avant 1211[1],[2].

Historique

Selon le cartulaire du prieuré Saint-Éloi de Paris, dépendant de l'abbaye de Saint-Maur-des-Fossés, datant de 1237, cette rue existait déjà et portait déjà son nom actuel.

Elle est citée dans Le Dit des rues de Paris, de Guillot de Paris, sous la forme de « rue Symon-le-Franc ».

En 1350, elle est appelée « rue Simon-le-Franc ».

Elle est citée sous le nom de « rue Simon le franc » dans un manuscrit de 1636 dont le procès-verbal de visite, en date du , indique : « pleine de boues et d'immundices ».

Une décision ministérielle du 13 vendémiaire an X () signée Chaptal fixe la moindre largeur de cette voie publique à 8 mètres[2]. Sa moindre largeur est portée à 10 mètres, en vertu d'une ordonnance royale du .

Au XIXe siècle, cette rue, d'une longueur de 147 mètres, qui était située dans l'ancien 7e arrondissement, quartier Sainte-Avoye, commençait aux 25-27, rue Sainte-Avoie et finissait au 16, rue du Poirier et au 2, rue Beaubourg[3]. Les numéros de la rue étaient rouges[1].

Le dernier numéro impair était le no 35 et le dernier numéro pair était le no 22.

En 1890, elle absorbe la rue Maubuée[4] qui était dans son prolongement, jusqu'à la rue Saint-Martin.

La rue Simon-le-Franc est mentionnée dans le poème de Guillaume Apollinaire Le Musicien de Saint-Merry, du recueil Calligrammes sorti en 1918.

La moitié de l'ancienne rue, entre la rue Brisemiche et la rue Beaubourg, disparait lors de la destruction de l'îlot insalubre no 1 en 1936. Rien n'y est alors construit, le terrain sert de parc de stationnement sous le nom de plateau Beaubourg pendant trente-cinq ans. De 1972 à 1977, le Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou et la place Georges-Pompidou sont aménagés à cet emplacement.

En septembre 2007 s'est ouvert, au no 9, un centre d'animation, le Pôle Simon Le franc, géré par la Fédération des MJC d'Île-de-France pour la mairie du 4e arrondissement de Paris.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

Notes, sources et références

  1. Jean de La Tynna, Dictionnaire topographique, étymologique et historique des rues de Paris, 1817.
  2. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments.
  3. Cadastre de Paris par îlot (1810-1836), plan 25e quartier « Sainte-Avoye », îlot no 3, F/31/86/18, îlot no 4, F/31/86/19.
  4. « Maubuée » signifiant malpropre.
  5. « Boutique », notice no PA00086248, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Bibliographie

Annexes

Liens externes

  • Portail de Paris
  • Portail de la route
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.