Saguinus nigricollis

Le Tamarin à manteau noir[1] (Saguinus nigricollis) est une espèce de primate de la famille des Cebidae.

Tamarin à manteau noir

Autres noms

Black-mantled tamarin. Pichico boca blanca, pichico de cuello negro, chichico (Pérou). Diablillo (Colombie).

Distribution

Sud de la Colombie, est de l’Équateur, nord du Pérou et une infime partie de l’ouest du Brésil (au nord de l’Amazone).

Sous-espèces

Deux sous-espèces :

  • Tamarin rouge et noir (S. n. nigricollis) : Peut-être interfluve Caquetá-Putumayo (distribution mal connue, il se pourrait même qu’il soit en fait absent de cette région) ainsi que l’interfluve Rio Içá-Putumayo et bas Río Marañon-Río Napo à l’ouest jusqu’au Río Yuvineto ;
  • Tamarin d’Hernández-Camacho (S. n. hernandezi) : Minuscule aire géographique non protégée au sud de la Colombie entre les Ríos Caquetá au sud, Caguán à l’est, Orteguaza à l’ouest et la base de la Cordillère orientale au nord. Se rencontre aussi au centre du pays sur la rive droite du Río Guaviare (Angostura, département de la Meta).

Habitat

Tous les types de forêt jusqu’à 1 000 m d’altitude, en particulier la dense forêt pluviale secondaire, avec une préférence pour la terra firme (en Équateur) et les forêts d’arbres moyens (en Colombie).

Sympatrie et association

S’associe au Saki à perruque (Pithecia monachus) et au Saki de l’Équateur (Pithecia aequatorialis). Souvent vu en compagnie du Saïmiri commun (Saimiri sciureus), du Tamarin à selle (S. fuscicollis), du Callimico (Callimico goeldii) et du Ouistiti pygmée (Cebuella pygmaea). Des toucans à bec rouge (Ramphastos tucanus) le suivent lors de sa quête alimentaire.

Description

De loin, apparaît entièrement noir ou grisâtre. En réalité, l’avant-corps (manteau) est noir tandis que le bas du dos et les pattes arrière sont rouge sombre à roux. Dessous brun. Queue noire sauf le premier quart rougeâtre. Face couverte de fins poils noirs mais éclairée par un museau blanc. Tamarin rouge et noir (S. n. nigricollis) : Riches tons rougeâtres à l’arrière du corps, pas de tons jaunâtres sur la selle. Tamarin d’Hernández-Camacho (S. n. hernandezi) : Arrière du corps brunâtre d’apparence sombre. Selle givrée de jaune et de noir.

Mensurations

Corps 22 cm. Queue 36 cm. Poids 470 g (M) et 480 g (F). Cerveau : 8,9 g. Caryotype : 2n = 46.

Domaine

De 30 à 50ha.

Locomotion

Quadrupède.

Comportements basiques

Diurne. Arboricole.

Activités

Parcourt chaque jour km. Budget d’activités : recherche et consommation d’insectes (35 %), recherche et consommation de plantes (17 %), repos et autres (48 %). Se repose deux à trois fois par jour pendant 1 à 1,5 h. Dort dans les enchevêtrements de lianes.

Alimentation

Frugivore-insectivore-exsudativore. Fruits, graines, fleurs, gomme, résine, insectes (grands orthoptères, comme blattes et sauterelles). Traque les insectes cachés sur les troncs et au sol en ne s’éloignant pas à plus de 2 ou 3 mètres des arbres protecteurs. Insectes volants attrapés avec la bouche, gros insectes avec les mains. Dévore les grandes sauterelles la tête la première en 5 minutes. Les adultes partagent leurs proies avec les jeunes. Les rares comportements agonistiques entre adultes interviennent durant cette activité de capture des insectes. En troupe, il cherche son alimentation à tous les étages de la forêt, alors qu’en comité restreint, la sécurité lui commande de se déplacer dans les basses strates.

Taille du groupe

6 (de 4 à 12). Rassemblements jusqu’à 40 durant un jours ou deux. Le seul tamarin à former de grands groupes temporaires bruyants rappelant ceux des saïmiris.

Structure sociale et système de reproduction

Groupe multimâle-multifemelle. Système de reproduction variable.

Hiérarchie

Plus nette dans les grands groupes que dans les petits.

Développement

Enfant jusqu’à 2 mois, jeune jusqu’à 14 mois, subadulte entre 14 et 18 mois.

Longévité

14 ans.

Communication visuelle et orale

Les adultes « mobbent » les prédateurs terrestres, permettant aux autres membres de s’enfuir.

Communication olfactive

Sécrétions périanales qu’il frotte sur les branches en position assise. Marquage suprapubien corps allongé et marquage à partir d’une glande de la poitrine. Les individus s'imprègnent mutuellement le dos. D’après K. Izawa, il semble que le marquage ne soit pas à but territorial.

Communication tactile

Toilettage mutuel avec les dents et les mains.

Menaces

Assez peu chassé mais victime d’une capture intensive pour la recherche biomédicale. Reste toutefois commun localement.

Conservation

PN de La Paya, SB de Caparú, PN d’Amacayacú et PN de Cahuinarí (Colombie). SB de Jatun Sacha (Pérou).

Statut

Tamarin d’Hernández-Camacho (S. n. hernandezi) : Vulnérable.

Références

  1. Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.

Liens externes

  • Portail des primates
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.