Saint-Gervais (Charente)

Saint-Gervais est une commune associée à Nanteuil-en-Vallée, dans le département de la Charente.

Saint-Gervais

La mairie de Saint-Gervais
Administration
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Charente-Nord
Intercommunalité Communauté de communes des Trois Vallées
Commune Nanteuil-en-Vallée
Statut Commune associée
Maire délégué Philippe Mondion
Code postal 16700
Code commune 16324
Démographie
Gentilé Saint-Gervelins
Population 217 hab. (2007)
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 18″ nord, 0° 21′ 12″ est
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Nanteuil-en-Vallée
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Charente
Saint-Gervais
Géolocalisation sur la carte : Charente
Saint-Gervais
Géolocalisation sur la carte : France
Saint-Gervais
Géolocalisation sur la carte : France
Saint-Gervais

    Géographie

    Saint-Gervais est située dans le nord du département de la Charente, à km au sud-est de Nanteuil-en-Vallée et à km à l'ouest de Champagne-Mouton. Elle a été associée à Nanteuil-en-Vallée le par arrêté préfectoral du .

    Communes associées

    Moutardon (6 km) Messeux (4,5 km)
    Aizecq (3,5 km) N
    O    Nanteuil-en-Vallée    E
    S
    Pougné (3 km) Saint-Gervais (3 km)

    Toponymie

    Une forme ancienne est Sanctus Gervasius prope Nantolium (non datée, Moyen Âge)[1], qui signifie « Saint-Gervais près de Nanteuil ». Saint Gervais était un martyr du Ier siècle[2].

    Histoire

    Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1607.

    Au Moyen Âge, Saint-Gervais et le Bosc-Aujay appartenaient à la châtellenie de Ruffec.

    La chapelle Saint-Eutrope de Boisaugeais était un prieuré dépendant de l'abbaye de Nanteuil.

    Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était traversée par la ligne de Ruffec à Roumazières qui longeait la vallée de l'Argentor et y possédait une halte.

    À cette même époque, l'industrie était représentée par deux moulins à blé sur l'Argentor, à Tingaud et Roisson, ainsi qu'une usine à chaux hydraulique et à ciment, qui appartenait comme celle de Nanteuil à la Société anonyme des chaux et ciments de Nanteuil et trouvait sa matière première dans les carrières alentour. Elle était desservie par un petit embranchement ferroviaire particulier[3].

    Démographie

    L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en [5],[Note 1].

    En 2007, la commune comptait 217 habitants.

               Évolution de la population  [modifier]
    1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
    652653696722788723761730715
    1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
    716741689645629645638573582
    1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
    699532485524448425452416366
    1968 2007 - - - - - - -
    307217-------
    De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
    (Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
    Histogramme de l'évolution démographique

    Remarques

    En 2007, la commune comptait 217 habitants[8].

    Lieux et monuments

    L'église paroissiale Saint-Gervais

    L'église de Saint-Gervais

    La chapelle de Boisaugeais du XVe siècle est ornée de peintures. La chapelle et son décor peint ont été classés monument historique le 12 juin 1992[9].

    La chapelle de Boisaugeais

    Notes et références

    Notes

    1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

    Références

    1. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 226
    2. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
    3. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 273-274
    4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
    5. [ Calendrier départemental des recensements], sur le site de l'Insee.
    6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
    7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années .
    8. [xls] Insee : recensement 2007 : fiche de synthèse Excel, onglet Communes associées.
    9. « Chapelle de Boisaugeais », notice no PA00104554, base Mérimée, ministère français de la Culture

    Voir aussi

    Articles connexes

    Liens externes

    • Portail de la Charente
    • Portail des communes de France
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.