Salon international du livre d'Alger

Le Salon international du livre d'Alger (SILA) est une manifestation culturelle algérienne consacrée au livre et à l'écrit. Créé en 1996 par le ministère de la Culture, il est organisé chaque année au niveau du palais des expositions Pins maritimes à Alger.

Salon international du livre d'Alger (SILA)

Logo du SILA
Type Salon
Pays Algérie
Localisation Alger
Coordonnées 36° 44′ 01″ nord, 3° 09′ 24″ est
Commissaire Hamidou Messaoudi
Date de la première édition 1996
Fréquentation 2,2 million (2018)[1] visiteurs
Prix d'entrée Gratuit
Organisateur(s) Ministère de la culture
Site web www.sila.dz

Histoire

Salon du livre 2009.

Le Salon du livre a connu des formes diverses d’organisation et une évolution contrastée. Son institutionnalisation par le ministère de la Culture en 2009 a permis de lui donner une assise organisationnelle durable ainsi que des moyens.

Édition 2010

La 15e édition s'est tenue du 27 octobre au 6 novembre 2010 à Alger avec la participation de plus de 400 maisons d'édition d'une trentaine de pays[2]. La Suisse était l'invitée d'honneur. Parmi les participants, on peut citer Henning Mankell, Hamid Grine, Jean Ziegler, Patrick Poivre d'Arvor, Redha Malek, Patrice Nganang, Benjamin Stora, Abdelkader Djemaï, Slim, Pascal Boniface, etc.

En comparaison avec la précédente édition, celle de 2010 avait permis de relever notamment :

  • une fréquentation élevée, dépassant 1 200 000 visiteurs avec des pics de 200 000 entrées quotidiennes
  • une augmentation (environ 30 % par rapport à 2009) de la participation des exposants, ainsi qu’une extension de leurs origines géographiques et de leurs spécialités,
  • un espace accru (20 000 m2 sous chapiteau) et un aménagement des surfaces d’exposition, des voies de circulation et espaces spécialisés,

Cette évolution appelle les commentaires suivants :

  • Le SILA n’est plus le seul évènement lié au livre et il s’inscrit dans un dispositif national d’animation (festivals nationaux connexes tels que le FELIV ou le FIBDA ; initiatives de salons locaux, régionaux ou spécialisés ; généralisation cette année à toutes les wilayas de la manifestation « Lire en Fête »…).
  • L’avancement du programme de construction et de réhabilitation de bibliothèques dans le pays (qui deviennent d’ailleurs des visiteurs de plus en plus présents et actifs du SILA) renforce le réseau de lecture publique.

Édition 2011

Edition 2011

La 16e édition se tient du 21 septembre au 1er octobre 2011[3]. Le Liban est l'invité d'honneur de cette édition. Le nombre de participants s'élève à plus de 500 maisons d'édition dont 145 algériennes et 376 étrangères. Ces derniers sont répartis sur 402 stands sur une surface totale de 24 000 mètres carrés[4]. Plusieurs invités sont attendus à l'instar de Malika Mokeddem, Edgar Morin, Akli Tadjer, Breyten Breytenbach, Anouar Benmalek, Malek Alloula, Dominique Baudis, Maïssa Bey, Joumana Haddad, Arezki Metref, Rachid Boudjedra, Edwy Plenel, Tassadit Yacine, Mohamed Kacimi, Smaïn[5].

Dix jours durant, les Algériens ont eu l’occasion de découvrir les nouveautés de la rentrée littéraire 2011, d’assister à des conférences, des rencontres-débats ou de rencontrer des auteurs lors des ventes-dédicaces (éditeurs locaux ou étrangers). Smaïn Amziane, commissaire du Sila, déclare à propos du déroulement de ce 16e Salon international du livre d’Alger : « cette année, le chapiteau abritant le Sila 2011 s’étendait sur une superficie de 24 000 mètres carrés : une augmentation de 4 000 mètres carrés par rapport à 2014 ».

521 éditeurs étaient présents : 371 étrangers (environ 200 exposants issus du monde arabe) et 150 algériens. L’invité d’honneur est le Liban qui a été présent avec une soixantaine de maisons d’édition. Pour la première fois, la Russie, l’Ukraine, le Pérou et Monaco ont participé.

Dans cette édition plusieurs invités y ont participé à l'instar de Malika Mokeddem, Edgar Morin, Akli Tadjer, Breyten Breytenbach, Anouar Benmalek, Malek Alloula, Dominique Baudis, Maïssa Bey, Joumana Haddad, Arezki Metref, Rachid Boudjedra, Edwy Plenel, Tassadit Yacine, Mohamed Kacimi, Smaïn[5].

Édition 2015

Pour la première fois depuis sa création, il y a vingt ans, la France est l’invitée d’honneur du SILA. Bernard Emié, ambassadeur de France, signe l'édito du document de présentation du salon[6].̥ Le budget du salon est de 120 millions de dinars (environ 900 000 euros).

Édition 2019

Pour cette édition, le budget est revu à la baisse avec 55 millions de dinars (412 000 euros). Il y a eu 1 030 exposants (298 algériens et 323 arabes) et 250 000 titres ont été présentés. L'invité d'honneur est le Sénégal[7]. Cependant le salon affiche une baisse des visiteurs ː Mohamed Iguerb, commissaire du SILA, annonce 1 149 527 visiteurs pour cette édition qui se passe dans le contexte particulier de l'Hirak, contre 2,3 millions de personne en 2018[8].

Quelques auteurs présents ː Hamidou Sall, Khalil Diallo, Rahmatou Seck Samb, Abdoulaye Racine Senghor, Ibrahim Nasrallah, Olivier Le Cour Grandmaison, Fouad Soufi, Malika Rahal, Jean-Marie Blas de Roblès, Halfdan Freihow ou encore de l'Algéro-Américaine Elaine Mokhtefi[9].

Fréquentation

Participants célèbres

Notes et références

Liens externes

  • Portail de l’édition
  • Portail de la littérature
  • Portail de l’Algérie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.