Sanne De Wilde

Sanne de Wilde est une photographe belge née en 1987 à Anvers.

Pour les articles homonymes, voir Wilde.
Sanne De Wilde
Biographie
Naissance
Activités
Autres informations
Site web

Elle est reconnue pour son travail sur la génétique et son influence sur les communautés. Elle interroge à la fois sur l’impact de celle-ci sur la vision des personnes concernées et sur la perception qu’en ont les autres.

Elle réside à Amsterdam aux Pays-Bas où elle travaille pour le journal De Volkskrant et l’agence Noor.

Biographie

Jeunesse et études

Sanne de Wilde est née le 15 avril 1987 à Anvers en Belgique[1].

Elle obtient une licence en photographie à l’Académie royale des beaux-arts de Gand (KASK) en 2010, puis un master en juin 2012, avec les félicitations du jury[2],[3].

Carrière photographique

Sanne De Wilde travaille sur la génétique. Elle explore le rôle que joue celle-ci dans la vie des gens et la façon dont elle façonne et affecte les communautés.

Depuis 2013, elle travaille avec le quotidien et magazine néerlandais De Volkskrant, à Amsterdam et a rejoint Noor en 2017[4]. Elle est représentée par la galerie East Wing à Doha au Qatar[3].

Ses photos ont été publiées dans de nombreux journaux et magazines dont The Guardian, The New Yorker, Le Monde, CNN ou Vogue et exposées dans plusieurs festivals majeurs comme Voies Off, Le festival du film de Tribeca, Circulations et le Lagos Photo

Le Royaume des petites personnes

Sanne De Wilde se fait remarquer dès sa sortie des beaux-arts par sa série The Dwarf Empire, réalisée dans un parc à thème chinois sur le nanisme, le Royaume des petites personnes. Durant son séjour à Kunming, elle ne cesse de se questionner sur l’éthique d’un tel « zoo humain » où l’on commercialise l’aide sociale[5]. Son reportage est récompensé par le Photo Academy Award (Prix photo de l'Académie) 2012 ainsi que par l’International Photography Award Emergentes DST (Prix international de la photographie Emergentes DST) en 2013.

Albinisme

Avec Snow White (Blanche neige), elle réalise une série de portraits d’albinos où elle tente de transcender la blancheur de la peau, sensible à la lumière, comme le papier photo[6]. Elle reçoit pour ce travail le 16e Prix national photographie ouverte du musée de la photo de Charleroi et le NuWork Award for Photographic Excellence (Prix NuWork d'excellence photographique).

En 2013, elle part sur l’île de Samoa en Océanie pour capturer le quotidien des albinos. Engagée dans son projet, elle consacre une grande partie de son temps à l’éducation, faisant le tour des écoles pour expliquer effets de l’albinisme sur la peau et la vue[7]. Sa série Samoa Kekea lui vaut le prix Nikon de la photo de presse.

Daltonisme

The Island of the Colorblind (L'île des daltoniens) raconte l'histoire de Pingelap et Pohnpei, deux îles d’Océanie présentant un pourcentage extraordinairement élevé d'achromatopsie. Cette maladie génétique entraînant une mauvaise vision et une incapacité totale à distinguer les couleurs (daltonisme complet), Sanne De Wilde a choisi photographier les personnes atteintes en masquant ou renforçant leurs yeux. Dans d’autres photos de la série, elle interroge par différents effets, sur leur manière d’inventer les couleurs[8],[9]. Elle publie en 2017 The Island of the Colorblind chez Kehrer Verlag[10].

La mythologie des jumeaux au Nigeria

Mené en collaboration avec Bénédicte Kurzen, également à l’agence Noor, Land of Ibeji explore la mythologie autours de la gémellité au Nigeria, qui représente l’harmonie ultime entre deux personnes. Des effets de couleurs sont utilisés pour amplifier la dualité et la magie des photos : le violet pour le spirituel et le céleste ; le rouge pour le terrestre[11].

Les deux photographes reçoivent le premier prix du concours World Press Photo 2019, dans la série portrait (reportage)[12].

Publications

  • The Island of the Colorblind, Kehrer Verlag, anglais, 1er juillet 2017, 160 pages, (ISBN 978-3868288261)

Expositions majeures

  • 2012 : The island of the colorblind, Lagosphoto festival
  • 2017 : The island of the colorblind, festival Circulation (s), festival européen des jeunes photographes[13]

Distinctions

  • 2012 : Photo Academy Award (Prix photo de l'Académie) pour The Dwarf Empire
  • 2013 : International Photography Award Emergentes DST (Prix international de la photographie Emergentes DST) pour The Dwarf Empire
  • 2013 : Prix Nikon de la photographie de presse belge pour Samoa Kekea[7]
  • 2014 : Nikon Press Award (Prix de la presse Nikon), jeune photographe la plus prometteuse[14]
  • 2014 : sélectionnée parmi les meilleurs talents émergents du monde par le British Journal of Photography
  • 2016 : Firecracker Grant (bourse Firecracker)
  • 2016 : Nikon Press Award (Prix de la presse Nikon), jeune photographe la plus prometteuse[14]
  • 2017 : 16e Prix national photographie ouverte pour Snow White
  • 2019 : Prix World Press, catégorie portraits (reportage), avec Bénédicte Kurzen, pour Land of Ibeji

Références

  1. Sanne De Wilde | LensCulture, « Sanne De Wilde », sur LensCulture (consulté le 6 janvier 2020)
  2. « KASK Conservatorium », sur KASK Conservatorium (consulté le 6 janvier 2020)
  3. (en) « Eastwing - New perspectives through photography », sur east-wing.org (consulté le 6 janvier 2020)
  4. (en-US) « Sanne De Wilde », sur NOOR (consulté le 6 janvier 2020)
  5. (en-GB) « The Dwarf Empire: China's theme park staffed by little people – in pictures », The Guardian, (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020)
  6. (en-GB) Kathryn Bromwich, « Sanne De Wilde's Snow White series – in pictures », The Guardian, (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 6 janvier 2020)
  7. « Pauline Beugnies et Sanne De Wilde : grandes gagnantes des NPPA 2013 », sur Fisheye Magazine, (consulté le 6 janvier 2020)
  8. « Sanne de Wilde «The island of the Colorblind» », sur Libération.fr, (consulté le 6 janvier 2020)
  9. (en-US) « WIS Island of the Colorblind », sur NOOR (consulté le 6 janvier 2020)
  10. (en) « Sanne De Wilde: Verblüffende und zauberhafte Visualisierung der Sehweise von Farbenblinden. », sur Kehrer Verlag (consulté le 6 janvier 2020)
  11. (en-US) « Land of Ibeji », sur NOOR (consulté le 6 janvier 2020)
  12. « Bénédicte Kurzen and Sanne De Wilde POS-AJ | World Press Photo », sur www.worldpressphoto.org (consulté le 6 janvier 2020)
  13. (en-GB) « DE WILDE Sanne », sur Circulations (consulté le 6 janvier 2020)
  14. « Sanne De Wilde – EN – NIKON Gallery », sur www.museephoto.be (consulté le 6 janvier 2020)

Liens externes

  • Portail de la photographie
  • Portail de la médecine
  • Portail de l’Océanie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.