Sloutsk

Sloutsk (en biélorusse et en russe : Слуцк ; en alphabet lacinka : Sluck ; en polonais Słuck) est une ville de la voblast de Minsk, en Biélorussie, et le centre administratif du raïon de Sloutsk. Sa population s'élevait à 62 046 habitants en 2014[1].

Sloutsk
Слуцк

Héraldique

Drapeau
Administration
Pays Biélorussie
Subdivision Voblast de Minsk
Raïon Sloutsk
Code postal BY 223610
Indicatif téléphonique +375 1795
Démographie
Population 62 046 hab. (2014)
Densité 2 522 hab./km2
Géographie
Coordonnées 53° 01′ 00″ nord, 27° 33′ 00″ est
Superficie 2 460 ha = 24,6 km2
Divers
Première mention 1116
Statut Ville
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Biélorussie
Sloutsk
Géolocalisation sur la carte : Biélorussie
Sloutsk
Sources
Liste des villes de Biélorussie

    Géographie

    Sloutsk se trouve à 98 km au sud de Minsk[2].

    Histoire

    La fondation de la ville remonte à l'année 1116. Sloutsk est donc l'une des plus vieilles cités de la Russie ancienne, appartenant à la principauté de Tourov et de Pinsk, du prince Iouri Iaroslavovitch. Elle fut le siège d'une principauté indépendante en 1160. Elle fit ensuite partie du voïvodat de Novogrodek au XIVe siècle, dans le grand duché de Lituanie, qui s'unit au royaume de Pologne au XVIe siècle. Elle reçut l'autonomie urbaine (droit de Magdebourg) en 1441. La ville fut prise plusieurs fois par les Tatars de Crimée entre 1502 et 1521 et défendue par la princesse Anastasie Sloutskaïa en 1506.

    Sloutsk entra dans l'Empire russe au deuxième partage de la Pologne, en 1793. La famille Radziwill en fit son fief pendant des siècles et le protestantisme luthérien y fleurit pendant quelques décennies, au XVIe siècle, tandis que les premières communautés juives arrivèrent au XVIIe siècle.

    Elle fit partie jusqu'en 1915, date de son occupation par l'armée allemande, du gouvernement de Minsk. En 1919, elle passa sous l'autorité de la république socialiste soviétique de Biélorussie, qui fut peu après incorporée à l'URSS. Elle fut ensuite occupée par l'armée polonaise entre et . La résistance au bolchévisme fut donc importante, surtout en 1920, et durement réprimée.

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, Sloutsk fut occupée entre le et le par les armées du Troisième Reich. Les Juifs formaient la majorité de la population avant la guerre et des milliers d'entre eux furent assassinés en par la Gestapo et des milices lituaniennes. Deux ghettos dirigés par Adolf Rübe regroupèrent la population juive (ghetto de Sloutsk) en 1943. La plupart des Juifs périrent dans les camps des environs ou furent déportés au ghetto de Minsk. On estime qu'en tout 30 000 civils furent tués à Sloutsk et dans les alentours pendant la guerre. La plus grande partie du patrimoine historique de la ville fut détruit.

    Le patrimoine historique de la ville est réhabilité depuis l'indépendance de la Biélorussie en 1990. Sloutsk est aujourd'hui majoritairement orthodoxe, les Juifs étant moins d'une centaine en 2004. Des communautés protestantes nouvelles y ont récemment recruté de nouveaux foyers.

    Galerie

    Population

    Recensements (*) ou estimations de la population[3] :

    Évolution démographique
    1877 1897 1907 1923 1926
    16 65114 34915 61813 66614 299
    1939 1944 1959 1970 1979
    21 9477 00022 74035 60945 176
    1989 1999 2009 2013 2014
    57 55663 50061 44461 84762 046

    Personnalités liées à la ville

    Jumelage

    La ville est jumelée à :

    Notes et références

    1. Estimation officielle de la population au 1er janvier 2014, sur pop-stat.mashke.org.
    2. Distances à vol d'oiseau ou distances orthodromiques.
    3. « Recensements depuis 1897 », sur pop-stat.mashke.org(ru) « Recensements de 1959, 1970, 1979 », sur www.webgeo.ru(en) « Population depuis 1979 », sur www.citypopulation.de

    Liens externes


    • Portail de la Biélorussie
    • Portail de la culture juive et du judaïsme
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.