Société de la Haute-Auvergne

La Société des lettres, sciences et arts La Haute-Auvergne, plus couramment connue comme la Société de la Haute-Auvergne, est une société savante fondée en 1898 à l'initiative de Roger Grand et de Marcellin Boudet.

Société des lettres, sciences et arts "La Haute-Auvergne"
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Siège social
Pays
Organisation
Président
Robert de Léotoing
Président d'honneur
René Monboisse
Secrétaire général
Thérèse Delbac
Affiliation
Comité des travaux historiques et scientifiques et Fédération des sociétés savantes du Centre de la France
Publication
Revue de la Haute-Auvergne
Site web

Sans y faire référence, elle reprend la mission et succède à la Société cantalienne fondée vers 1838 et disparue sous le Second Empire.

Elle édite la Revue de la Haute-Auvergne.

Création

Fondateurs

L'Abbé Courchinoux, directeur du journal aurillacois La Croix du Cantal, avait formé le projet de la fondation d'une société culturelle qui publierait une revue. Il s'en était ouvert notamment au chartiste cantalien Louis Farges, alors en poste au ministère des affaires étrangères, et à l'archiviste du Cantal, Charles Aubépin. Ce projet avait paru excellent mais n'avait pas été suivi d'effet.

Mais il fallut attendre l'arrivée à Aurillac en août 1898 d'un nouvel archiviste, jeune, plein d'allant et d'une grande culture, Roger Grand, pour que le projet prenne vie[1].

Membres

Parmi les membres remarquables, on peut citer : Marcellin Boudet, Jean Brunhes, géographe, Bernard Brunhes, géophysicien (découvreur des inversions géomagnétiques), Édouard de Dienne, Émile Duclaux, biologiste, Charles Delzons, Eugène Lintilhac, Henri du Fayet de La Tour, Xavier Charmes, fonctionnaire au ministère de l’Instruction publique, Adolphe Chalvet de Rochemonteix, archéologue, Arsène Vermenouze, Jean-Pierre Chabrol, Jean-Baptiste Rames et Pierre Marty, géologues, Louis de Ribier, généalogiste, le Chanoine Joubert.

Objectifs

Comme son nom l'indique cette Société se donne pour objectifs de faire prospérer dans le Cantal, l'ancienne Haute-Auvergne, le progrès des lettres, des sciences, des arts et de l'industrie.

Prix

La société récompense tous les deux ans depuis 2001 l'auteur ou les auteurs d’au moins un ouvrage (livre imprimé ou mémoire dactylographié) portant sur l'histoire, les sciences, l'archéologie, la littérature ou les arts, essai, article, roman, ayant le Cantal ou un de ses aspects pour objet.

  • 2001, Jean-Pierre Serre, Les campagnes cantaliennes du Consulat à la seconde République, Éditions du Septentrion
  • 2003, Eric Bordessoule, Les montagnes du massif central, Éditions PUBP,
  • 2005, Marguerite Salles, "Le tourisme dans le Cantal des années 1880 à 1939, émergence du concept touristique cantalien : prise de conscience et organisation d’un nouvel enjeu culturel et économique", mémoire de maîtrise, université Clermont-2, 2004
  • 2007, Daniel Brugès, Vivre la terre : Jean et Marie-Louise, paysans, Éditions De Borée,
  • 2009, Béatrice Fourniel, Du bailliage des montagnes d'Auvergne au siège présidial d'Aurillac, PUSS, 2009
  • 2011, Christian Estève, Le Crime de la Saint-Mary de Mauriac, Aurillac, Gerbert, 2011.
  • 2015, Sébastien Fray, L’aristocratie laïque au miroir des récits hagiographiques des pays d’Olt et de Dordogne (Xe-XIe siècles), thèse, Paris IV ; et Anne-Line Brosse, Les acteurs des filières fromagères auvergnates (1881-1955). Approche sociale et culturelle du processus de structuration des filières, thèse, Lyon 2, 2014

Présidents

  • Marcellin Boudet (1834-1915), 1898-1911
  • Louis Farges, 1911-1941
  • Ernest Delmas, 1945-1952
  • Henri Tricot, 1952-1956
  • Abel Beaufrère, 1956-1973
  • Pierre Wirth (1921-2003), 1973-1978
  • André Muzac, 1978-1990
  • Marcel Delzons, 1990-1995
  • René Monboisse, 1995-2007
  • Vincent Flauraud, 2007-2014[2], réélu le 13 avril 2019
  • Geneviève Boisset-Degoul, 2014-2015
  • Robert de Léotoing, 10 octobre 2015-13 avril 2019

Une société savante au XXIe siècle

La Société des lettres, sciences et arts La Haute Auvergne est reconnue d'utilité publique.

C'est une institution culturelle ouverte aux chercheurs, aux enseignants, aux étudiants, et à tous ceux qui s'intéressent à la culture de cette province.

Administration

La Société est dirigée par un conseil d'administration qui élit un bureau. Le renouvellement des membres se fait tous les quatre ans. Son siège est à l'ancien hôtel de Cébié (dit aussi Roger-Ducos), rue Arsène-Vermenouze à Aurillac.

Fonctionnement

Admission des membres

Membres célèbres

Publications en ligne

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Notes et références

  1. René Monboisse
  2. Revue de la Haute-Auvergne, avril-juin 1996 et octobre-décembre 2007
  • Portail de la culture
  • Portail du Massif central
  • Portail du Cantal et de la Haute-Auvergne
  • Portail de l’Auvergne
  • Portail de l’histoire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.