Société européenne de mini-informatique et systèmes

La Société européenne de mini-informatique et systèmes (SEMS) était un constructeur informatique français spécialisé dans les mini-ordinateurs, qui a commercialisé deux lignes très populaires, celle du Solar et celle du Mitra 15. La SEMS est passée sous le contrôle de Bull au moment de sa nationalisation en 1982.

Histoire

À partir de 1973, la Télémécanique lance à Grenoble des travaux pour sortir un mini-ordinateur capable de concurrencer la gamme PDP-11 Digital Equipment Corporation, qui a un grand succès sur le marché mondial et français. Optimisé dès 1975, le Solar 16 prend des parts de marché importantes.

En 1976, l'État souhaite opérer des rectifications de frontières entre la CGE et Thomson, qui ont tous les deux des participations dans l'informatique. La Télémécanique doit alors se séparer de sa division informatique, qui fusionne avec la partie de la CII produisant les mini-ordinateurs concurrents Mitra 15. La nouvelle SEMS devient par là même occasion une filiale de Thomson. Elle ne récupère pas l'usine CII de Toulouse, qui avait connu des grèves. La fabrication du Mitra 15 fut transférée à Crolles, dans la banlieue de Grenoble. Au total plus de 7 000 exemplaires ont été fabriqués[1]. Au terme d'une fusion très conflictuelle, la SEMS continue à produire des Solar (ordinateur) 16, tout en vendant également des Mini 6 de CII-HB.

À partir de 1980, elle va commercialiser aussi des stations de travail sous UNIX, pour la conception assistée par ordinateur, avec l'aide ponctuelle du CNET[2]. Après la nationalisation de Bull en 1982, la SEMS passa sous son contrôle[1]. Le Mitra 15 se retrouva en compétition avec les successeurs du Mini 6, fabriqué sous licence Honeywell. La SEMS fut alors incluse dans « Groupement d'informatique distribuée », rassemblant les lignes de produits d'origine extra-Honeywell-Bull.

En 1984, le centre de recherches de Louveciennes de la SEMS fut fermé et toutes ses activités regroupées à Échirolles, dans la banlieue de Grenoble, avec la ligne Solar héritée de Télémécanique. Le réseau commercial du Groupe Bull limita les ventes des Mitra 15 à la continuation des affaires.

Références

  1. CII - SEMS - Bull-SEMS Ligne Mitra 1971-1985, sur FEB Patrimoine
  2. Alain Beltran, et Pascal Griset, Histoire d'un pionnier de l'informatique : 40 ans de recherche à l'Inria, page 121
  • Portail des entreprises
  • Portail de l’informatique
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.