Sophonisbe

Sophonisbe (en punique đ€‘đ€đ€đ€đ€đ€‹ áčąap̄anbaÊżal), nĂ©e Ă  Carthage en 235 av. J. -C. et morte Ă  Cirta en 203 av. J. -C., est une reine de Numidie, connue en berbĂšre sous le nom de Sofines[rĂ©f. nĂ©cessaire], et Ă©pouse de Syphax, roi berbĂšre de Numidie.

Sophonisbe

La Mort de Sophonisbe, attribuĂ© Ă  Anatole Devosge (XIXe siĂšcle).
Titre
Reine de Numidie
Biographie
Date de naissance 235 av. J. -C.
Lieu de naissance Carthage
Date de décÚs 203 av. J. -C.
Lieu de décÚs Cirta
PĂšre Hasdrubal Gisco
Conjoint Syphax puis Massinissa

Biographie

Fille d'Hasdrubal Gisco, gĂ©nĂ©ral carthaginois, cĂ©lĂšbre pour sa beautĂ© et son Ă©ducation, elle Ă©pousa Syphax, roi de Numidie vers -206/-205, sur ordre de son pĂšre, afin de sceller une alliance entre Carthaginois et Numides. D'aprĂšs Diodore de Sicile (XXVII, 7), elle passait pour instruite et pour avoir reçu une Ă©ducation. Appien (Lib., X.37) rapporte par ailleurs qu'elle fut auparavant fiancĂ©e Ă  Massinissa, autre roi numide rival de Syphax, avant qu'il ne devienne alliĂ© de Rome. La plupart des historiens grĂ©co-romains soulignent l'influence de Sophonisbe sur Syphax. Cet ascendant de la reine sur son Ă©poux est Ă  relativiser, et appartient plus Ă  l'historiographie antique, dĂ©favorable aux Carthaginois.[rĂ©f. nĂ©cessaire]

En juin -203, Ă  la suite de la dĂ©faite de Syphax et d'Hasdrubal Ă  la bataille des Grandes Plaines face aux armĂ©es romaines, puis Ă  la prise de Cirta par Massinissa, elle retrouva ce dernier, qui l'Ă©pousa sur-le-champ. Mais Scipion l'Africain dĂ©sapprouva cette union, craignant que Massinissa ne se dĂ©tourne de l'alliance romaine au profit de Carthage. Alors qu'elle devait finalement subir le sort des vaincus et ĂȘtre emmenĂ©e Ă  Rome pour figurer au triomphe de Scipion, Sophonisbe prĂ©fĂ©ra la mort plutĂŽt que de subir le dĂ©shonneur de tomber aux mains de ses ennemis et s'empoisonna.

ƒuvres littĂ©raires tirĂ©es de Sophonisbe

Toutes les Ɠuvres tragiques ayant Sophonisbe pour protagoniste sont inspirĂ©es de Tite-Live, Ab Urbe condita, livre XXX 11-15. Son rĂ©cit constitue, avec Appien et Plutarque, la seule source historique concernant ce personnage.

  • PĂ©trarque mentionne briĂšvement Sophonisbe et Massinissa dans son Ă©popĂ©e en latin Africa (livre V, v. 1-773).
  • Trissino (dit le Trissin) est l’auteur d’une Sophonisbe (Sofonisba, vers 1515) imitĂ©e des tragĂ©dies grecques et considĂ©rĂ©e comme la premiĂšre tragĂ©die classique italienne.
  • Mellin de Saint-Gelais a traduit la tragĂ©die du Trissin et l'a fait reprĂ©senter en avril 1556 devant la Cour au chĂąteau de Blois.
  • Claude Mermet a rĂ©alisĂ© lui aussi, en 1584, une traduction de la piĂšce du Trissin.
  • Antoine de Montchrestien a fait paraĂźtre en 1596 une Sophonisbe portĂ©e Ă  la scĂšne en 1601 sous le titre La Carthaginoise ou La LibertĂ©. La piĂšce figure dans la premiĂšre Ă©dition de ses tragĂ©dies complĂštes.
  • Jean Mairet a publiĂ© en 1634 une tragĂ©die, La Sophonisbe, oĂč il introduit la rĂšgle des trois unitĂ©s.
  • Georges de ScudĂ©ry a consacrĂ© Ă  la mort de Sophonisbe la 5e harangue de son ouvrage Les Femmes illustres ou Les Harangues hĂ©roĂŻques (1642).
  • Pierre Corneille a composĂ© sa tragĂ©die Sophonisbe en 1663.
  • Voltaire a Ă©crit sur le mĂȘme sujet une tragĂ©die imprimĂ©e en 1770 et dont la premiĂšre fut donnĂ©e le 15 janvier 1774.
  • Gabriel Camps a Ă©voquĂ© l'histoire de Sophonisbe dans son livre L'Afrique du Nord au fĂ©minin : hĂ©roĂŻnes du Maghreb et du Sahara (1992), oĂč il dresse en vingt tableaux l'histoire des peuples d'Afrique du Nord.
  • Marie-France Briselance a retracĂ© dans son roman Massinissa le BerbĂšre (1990) la vie de ce roi et relatĂ© l'histoire de Sophonisbe.
  • Rafik Darragi a consacrĂ© Ă  la vie de la reine son roman Sophonisbe, la gloire de Carthage (2005).
  • Claude GĂ©rard propose, sous une forme romancĂ©e, une histoire de la relation amoureuse de Massinissa et Sophonisbe, ainsi que de sa conclusion tragique L'Ă©pouse Ă©phĂ©mĂšre, Antony, Les Ă©ditions de l'Officine (2016). (ISBN 978-2-35551-244-5)

ƒuvres musicales tirĂ©es de Sophonisbe

  • Sofonisba, opĂ©ra de Maria Teresa Agnetti (1720 – 1795), livret d'Antonio et Girolamo Zanetti (Vienne 1747 ou 48)
  • Sofonisba, opĂ©ra de NiccolĂČ Jommelli (1714 – 1774), livret d'Antonio et Girolamo Zanetti (Venise 1747)
  • Sofonisba, opĂ©ra de Vincenzo Federici (1764 – 1826), livret d'Antonio et Girolamo Zanetti (Turin 1805)
  • Sofonisba, opĂ©ra de Ferdinando PaĂ«r (1771 – 1839), livret de Domenico Rossetti (Bologne 1805)
  • Sofonisba, opĂ©ra de Marcos Portugal (1762 – 1830), livret de Del Mar (Lisbonne 1803)
  • Sofonisba, opĂ©ra de Christoph Willibald Gluck (1747 – 1787), livret de Francesco Silvani pour les rĂ©citatifs et de Metastase pour les airs (Milan 1744)
  • Sofonisba, opĂ©ra de Leonardo Leo (1694 – 1744), livret de Francesco Silvani (Naples 1718)
  • Sofonisba, opĂ©ra de Luca Antonio Predieri (1688 – 1767), livret de Francesco Silvani (Rome 1722)
  • Sofonisba, opĂ©ra de Francesco Ciampi (1690 – 1765), livret de Gianmaria Tommasi (Livourne 1715)
  • Sofonisba, 2 opĂ©ras de Baldassare Galuppi « Il Buranello » (1706 – 1785) : 1/ livret de Gaetano Roccaforte (Rome 1753) - 2/ livret de Mattia Verazi (Turin 1764)
  • Sofonisba, opĂ©ra de Mattia Vento (1735 – 1776), livret de Giangualberto Bottarelli (Londres 1766)
  • Sofonisba, opĂ©ra d'Antonio Boroni (1738 – 1792), livret de Mattia Verazi (Venise 1764)
  • Sofonisba, opĂ©ra de Tommaso Traetta (1727 – 1779), livret de Mattia Verazi (Mannheim 1762)
  • Sofonisba, opĂ©ra d'Antonio Caldara (1670 – 1736), livret de Francesco Silvani (Venise 1708)

Cinéma

Peinture


Divers

Une rue de Carthage, située à proximité des thermes d'Antonin, porte son nom[2].

Notes et références

  1. Mina Gregori, Le MusĂ©e des Offices et le Palais Pitti : La Peinture Ă  Florence, Éditions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 394.
  2. Rue Sophonisbe, Site archéologique de Carthage, Tunisie, sur google.com/maps

Articles connexes

Lien externe

  • Portail des PhĂ©niciens et du monde punique
  • Portail des BerbĂšres
  • Portail du Maghreb
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.