Sorapong Chatree

Sorapong Chatree (en thaï : สรพงษ์ ชาตรี, né le à Pittaya Tiamswate dans la province d'Ayutthaya) est un acteur[1] thaïlandais.

Sorapong Chatree en 2007 à la rétrospective de Cherd Songsri.

Sorapong Chatree[2] est avec Mitr Chaibancha (มิตร ชัยบัญชา), Sombat Methanee (สมบัติ เมทะนี) et Tony Jaa (Panom Yeerum (thaï : พนม ยีรัมย์, khmer : Cha Phnom Yiram ចាភ្ំ យីរុាំ)) l'un des plus populaires acteurs du cinéma en Thaïlande.

Entre 1977 et 1990, il aurait tourné plus de 30 films par an dont de nombreuses apparitions dans des films hongkongais[3] (emploi du conditionnel car en réalité les films hongkongais étaient à l'époque souvent des films piratés mélangeant plusieurs bobines de films pour en faire un nouveau[4]). Il aurait donc ainsi participé à près de 500 films; il est aussi acteur dans de nombreuses séries TV thaï (dont la série Naresuan).

De 1977 à 1985, Sorapong Chatree et l'actrice Naowarat Yuktanan ont joué ensemble dans près de 100 films : après le duo Mitr Chaibancha et Petchara Chaowarat des années 1960 et le duo Sombat Metanee et Aranya Namwong des années 1970[5], c'est le nouveau couple acteur / actrice vedette du cinéma thaïlandais des années 1977 à 1980 (Ensuite, dans les années 1980, succédera le couple vedette Santisuk Promsiri et Jintara Sukapat (ou Chintara Sukapatana))[6].

Biographie

Sorapong Chatree a été novice (เณร : jeune bonze) pendant 8 ans de l'âge de 11 ans à 19 ans.

En 1969, il commence à tourner dans des films comme figurant, étant payé 30 à 40 Bath par jour. Sa voix dans les films était alors souvent différente car elle était doublée (souvent par Rong Khaomounkhadi) (films 16 mm en couleur sans bande son).

Sorapong Chatree participe à presque tous les films de Chatrichalerm Yukol [7]avec sa vraie voix dès son premier rôle d'acteur principal dans le film Out of the darkness (มันมากับความมืด / Mun ma gub kwam mud /It Comes Out of the Darkness) (1971), le premier film de science-fiction thaïlandais (films 35 mm en couleur avec bande son).

Sorapong Chatree a subventionné dès 2001 la construction d'un temple bouddhiste près de Khorat.

Filmographie[8]

  • Sorapong Chatree, bonze Kanchong พระมหาเถรคันฉ่อง dans les 6 films King Naresuan (ตำนานสมเด็จพระนเรศวรมหาราช)
    1970 : Ninja Destroyer
  • 1971 : Out of the Darkness (มันมากับความมืด / Mun Ma Kub Kwam Mued)
  • 1973 : Dr. Karn (เขาชื่อกานต์ / Khao Chue Karn)[9]
  • 1974 : Hotel Angel (เทพธิดาโรงแรม / Thep Thida Rong Raem / The Angel / La madonne des bordels)
  • 1976 : Angel Who Walks on the Ground (เทวดาเดินดิน / Grounded god)
  • 1977 : Chiwit batsop (ชีวิตบัดซบ /Damn Life / Stupid Life/ Saloperie de vie)
  • 1977 : Mafia defeated (ถล่มมาเฟีย)
  • 1977 : La Cicatrice[10] (The Scare / แผลเก่า / Plae Kao[11])[12]
  • 1978 : A Town in Fog[13]
  • 1978 : Sister-In-Law (น้องเมีย)
  • 1978 : Kama (กาม)
  • 1979 : Les bambous rouges[14],[15] (ไผ่แดง / Red bamboo)[16]
  • 1980 : Thunder Kid (เจ้าพายุ)
  • 1980 : Krai Thong 1 (ไกรทอง)
  • 1983 : Le tueur à gages (มือปืน /Mue Puen / Gunman 1)
  • 1983 : Puen-Paen (เพื่อน-แพง)
  • 1984 : Cobra Thunderbolt (นักรบประจัญบาน)
  • 1985 : Krai Thong 2 (ไกรทอง 2)
  • 1985 : Freedom of Taxi Driver (อิสรภาพของ ทองพูน โคกโพ / Freedom of Citizen /Citizen II / le citoyen 2)
  • 1985 : Top Secret (หกสี่เอี่ยว พยัคฆ์เหนือเมฆ)
  • 1987 : The Elephant Keeper[17] (คนเลี้ยงช้าง / Khon Liang Chang / Le gardien d'éléphant)
  • 1993 : Gunman 2 (Muepuen 2 Salawin / Salwen)[18]
  • 1994 : Daughter (เสียดาย / Sia Dai / Dommage)
  • 1995 : Daughter 2 (เสียดาย 2 / Sia Dai 2 / What a Shame 2 / Dommage 2)
  • 2001 : Suriyothai[19]
  • 2003 : Fighting Beauty (บิวตี้ฟูล บ๊อกเซอร์ / Beautiful Boxer )
  • 2007 : King Naresuan, le souverain du Siam[20]
  • 2008 : Pirates de Langkasuka
  • 2008 : Ong-bak 2 : La Naissance du dragon
  • 2010 : Yamada, la voie du samouraï
  • 2010 : Bangkok Knockout
  • 2015 : Arbat[21]

Notes et références

  1. « Sorapong Chatree », sur premiere.fr, Première (Magazine)
  2. Jean-Loup Passek, Dictionnaire du cinéma, Larousse, , 850 p. (ISBN 2-03-512317-8), Thaïlande page 749
  3. « Crocodile Fury », sur nanarland.com
  4. « Bad Ninjas », sur nanarland.com
  5. (en) Philip Jablon, « Keeping the alive story », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  6. (fr + en) Collectif, Thai Cinema / Le cinéma thaïlandais, Asiexpo Edition, , 256 p. (ISBN 978-2-9528018-0-5), Fin d'un Mitr par Bastian Meiresonne pages 25 à 34 (page 29)
  7. Adrien Gombeaud (sous la direction de), Dictionnaire du cinéma asiatique, nouveau monde (éditions), , 640 p. (ISBN 978-2-84736-359-3), page 600 (Article Chatrichalerm Yukol)
  8. « Filmographie partielle », sur telerama.fr, Télérama
  9. (en) Mary J. Ainslie et Katarzina Ancuta (Eds), Thai Cinema : The Complete Guide, I.B. tauris, , 288 p. (ISBN 978-1-78831-141-0), p. Chapitre 2 Les premiers films Article His name is Khan
  10. « La Cicatrice », sur 3continents.com, Festival des 3 continents de Nantes,
  11. (en) Kong Rithdee, « Not the usual fare », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  12. (en) Kong Rithdee, « The pastoral romance returns », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,
  13. « A Town in Fog », sur cinémas-asie.com, Festival International des Cinémas d'Asie de Vesoul,
  14. « Les bambous rouges », sur 3continents.com, Festival des 3 continents de Nantes,
  15. « Les Bambous rouges », sur cinemas-asie.com, Festival International des Cinémas d'Asie de Vesoul,
  16. Dictionnaire du cinéma, Larousse, , 850 p. (ISBN 2-03-512317-8), Thaïlande page 749
  17. « Le gardien d'éléphant », sur 3continents.com,
  18. (en) « A river runs through it », sur nationmultimedia.com, The Nation (Thaïlande),
  19. « bangkok en bref (King Naresuan et Suriyothai) », sur lepetitjournal.com, Le Petit Journal de Bangkok,
  20. « Entre films subversifs et films patriotiques, la junte fait le tri », sur lepetitjournal.com, Le Petit Journal de Bangkok,
  21. (en) « Movie "Abat" banned by Culture Ministry », sur bangkokpost.com, Bangkok Post,

Liens externes

  • Portail du cinéma
  • Portail de la Thaïlande
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.