Stasanor

Stasanor (en grec ancien Στασάνωρ / Stasánor) est un général d'Alexandre le Grand et le satrape d'Arie et de Drangiane puis celui de Bactriane et de Sogdiane.

Stasanor

Les satrapies orientales après la mort d'Alexandre.

Décès v.305 av. J.-C. ?
Origine Chypre
Allégeance Alexandre le Grand
Grade Satrape d'Arie puis de Drangiane
Conflits Conquête de l'empire perse
Guerres des diadoques
Autres fonctions Satrape de Bactriane-Sogdiane

Biographie

Sous le règne d'Alexandre

Stasanor est originaire de Soles à Chypre. Sa première mention date de la campagne menée en Arie en 330 av. J.-C. contre l'insurrection du satrape, Arsamès[1], déclenchée sous l'impulsion de Bessos. En compagnie de Phrataphernès, le satrape d'Hyrcanie et de Parthie, Stasanor accomplit sa mission avec succès en livrant Arsamès (et Baranès le satrape de Parthie désigné par Bessos) à Alexandre à l'automne 328[2]

En récompense de ses hauts faits, Stasanor reçoit la satrapie d'Arie, puis celle de Drangiane en remplacement. Lors du retour d'Inde du souverain, il lui vient en aide en avançant en Carmanie à la tête d'un convoi de chameaux et d'autres bêtes de somme[3].

Durant les guerres des diadoques

À l'issue des accords de Babylone conclus à la mort d'Alexandre en 323 av. J.-C., Stasanor est confirmé à la tête de la Drangiane et de l'Arie ; les accords de Triparadisos de 321 lui octroient un gouvernement plus important : la Bactriane et la Sogdiane[4]. Il semble avoir penché en faveur d'Eumène de Cardia dans le conflit contre Antigone le Borgne, mais sans véritablement s'engager. Sa prudence est récompensée par ce dernier qui en 316 le maintient à la tête de sa province[5], où il mène une politique juste et modérée envers la population qui lui permet de s'établir fermement. Son nom disparait ensuite de l'histoire. Néanmoins vers 305, Séleucos fait la conquête de la Bactriane et élimine soit Stasanor, soit son éventuel successeur[6].

Il est un contemporain et un compatriote de Cléarque de Soles, un philosophe péripatéticien, apparemment impliqué dans la fondation de la cité d'Alexandrie de l'Oxus (actuelle Aï Khanoum en Afghanistan).

Notes et références

  1. À distinguer d'Arsamès, satrape de Cilicie.
  2. Arrien, III, 29 ; IV, 7.
  3. Arrien, IV, 18; VI, 27-29
  4. Diodore, XVIII, 3, 39 ; Justin, XIII, 4.
  5. Diodore,XIX, 48.
  6. Justin, XV, 4.

Annexes

Sources antiques

Bibliographie

  • (en) Waldemar Heckel, The Marshals of Alexander’s Empire, Routledge, (ISBN 978-0415642736)
  • Portail de la Grèce antique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.